Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Adresse : ATF, 5 rue Louis Blanc, 75010 Paris 

Tél. : 01.45.96.04.06, 

Fax. : 01.45.96.03.97,

Recherche

Liens

29 août 2016 1 29 /08 /août /2016 12:11

Aux musulmans, Chevènement conseille la "discrétion" dans une "période difficile"

Jean-Pierre Chevènement à la sortie de l'Elysée le 9 janvier 2015 à Paris

©AFP, AFP

A lire aussi

Question-du-jour

Fondation pour l'islam : Chevènement est-il l'homme de la situation ?

Politique

Jean-Pierre Chevènement : «La laïcité n'est pas tournée contre la religion»

AFP, publié le lundi 15 août 2016 à 11h54

Islam: Jean-Pierre Chevènement conseille aux musulmans la "discrétion" dans l'espace public en "cette période difficile"

Pressenti pour prendre la tête de la Fondation pour l'islam de France, Jean-Pierre Chevènement estime que les musulmans "doivent pouvoir pratiquer leur culte en toute liberté" mais conseille la "discrétion" dans l'espace public "dans cette période difficile".

"Les musulmans, comme tous les citoyens français, doivent pouvoir pratiquer leur culte en toute liberté. Mais il faut aussi qu'ils comprennent que, dans l'espace public où se définit l'intérêt général, tous les citoyens doivent faire l'effort de recourir à la +raison naturelle+", explique l'ancien ministre de l'Intérieur dans une interview parue dans Le Parisien lundi.

"Le conseil que je donne dans cette période difficile - comme le recteur de la mosquée de Bordeaux - est celui de discrétion", poursuit-il, alors que les polémiques se succèdent autour du port du voile et désormais du burkini.

Début août, François Hollande avait évoqué son nom de façon informelle pour prendre la tête de la nouvelle Fondation pour l'islam de France, que l'exécutif veut remettre sur les rails.

Relancer la fondation est "une bonne réponse à la poussée du terrorisme", estime M. Chevènement, répétant son intention de ne pas "se "dérober" à cette mission. Début août, il avait annoncé à l'AFP qu'il se prononcerait officiellement à la rentrée.

Le président Hollande avait souligné la nécessité pour cette fondation, créée en 2005 mais paralysée par des dissensions internes, d'exercer un contrôle notamment sur le financement de la construction des lieux de culte musulmans.

M. Chevènement a indiqué poser comme "condition" à son acceptation "que les financements étrangers soient prohibés afin que tout se passe dans la plus grande transparence et que l'islam de France dépende d'un argent collecté en France."

"Il me semble que l'islam de France, y compris dans sa version théologique où je n'ai pas à intervenir, doit pouvoir se développer avec des fonds français ou, en tout cas, qu'un mécanisme de transparence soit institué en l'absence de tout +fléchage+ de la part des donateurs", explique-t-il, alors que certains ont critiqué la possible nomination d'un non-musulman à la tête de la fondation.

C'est l'association cultuelle qui "sera adossée" à la fondation qui seule aura la responsabilité de "sélectionner les projets", insiste-t-il.

Concernant une éventuelle modification de la loi de 1905 qui interdit les subventions, M. Chevènement souligne que "le Premier ministre n'a fait que l'évoquer et le président de la République a rejeté toute modification."

"D'autre part, mon acceptation de principe ne signifie en aucune manière que je renonce à ma liberté d'expression en tant qu'homme politique au long cours", précise l'ex-candidat à la présidentielle.

Tahar Ben Jelloun parmi les membres de la future Fondation pour l'islam

L'écrivain Tahar Ben Jelloun, le 9 janvier 2008 à Paris, à l'enregistrement de l'émission littéraire "Vol de Nuit"

©AFP, AFP

A lire aussi

Politique

Aux musulmans, Chevènement conseille la "discrétion" dans une "période difficile"

Politique

Financement des mosquées : le gouvernement en terrain miné

AFP, publié le lundi 29 août 2016 à 11h48

Islam: quatre personnalités, dont l'écrivain Tahar Ben Jelloun, entoureront Jean-Pierre Chevènement à la tête de la future Fondation pour l'islam

L'écrivain Tahar Ben Jelloun, l'islamologue Ghaleb Bencheikh, le recteur de la mosquée de Lyon Kamel Kabtane et l'entrepreneure Najoua Arduini-Elatfani seront au conseil d'administration de la Fondation pour l'islam de France, qui sera présidée par Jean-Pierre Chevènement, a indiqué lundi le ministère de l'Intérieur.

Cette fondation doit permettre de lever des financements pour des projets en matière profane (cultures islamiques, éducation, recherche, formation civique...), a-t-on confirmé place Beauvau, où le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a ouvert lundi matin une "journée de consultations sur l'islam de France".

Laïcité oblige, le volet religieux de la recherche de financements (formation théologique des imams, construction de mosquées...) sera entre les mains d'une association cultuelle (loi de 1905) administrée par des représentants musulmans, et dans laquelle l'Etat ne sera pas partie prenante.

Ni la fondation laïque ni l'association cultuelle qui lui sera adossée ne seront autorisées à recevoir des financements étrangers, a-t-on confirmé place Beauvau.

Un groupe de travail doit être mis en place prochainement pour déterminer les statuts et la composition de l'association cultuelle, selon l'Intérieur. Ce groupe aura aussi à engager une négociation avec la filière halal pour établir une "contribution volontaire" sur ce marché alimentaire juteux, dont les représentants musulmans espèrent faire une source de financement durable.

Contrairement à la Fondation des oeuvres de l'islam de France, mort-née en 2005 en raison de dissensions internes, la future Fondation pour l'islam de France, qui doit être officiellement créée par décret à l'automne, n'aura qu'un objet profane. L'ancien ministre de l'Intérieur Jean-Pierre Chevènement, 77 ans, en prendra la présidence.

Quatre autres "personnalités qualifiées", toutes de confession ou culture musulmane, siègeront à ses côtés au conseil d'administration de la fondation: l'écrivain Tahar Ben Jelloun en qualité de personnalité culturelle, un islamologue réformateur en la personne de Ghaleb Bencheikh, un gestionnaire de terrain reconnu, le recteur de la grande mosquée de Lyon Kamel Kabtane, et la cadre supérieure d'entreprise Najoua Arduini-Elatfani.

Le CA de la fondation comprendra en outre le président du Conseil français du culte musulman (CFCM), Anouar Kbibech - membre de droit - trois représentants de ministères (Intérieur, Education, Culture) et deux membres désignés par le "comité des donateurs" de cette structure.

Partager cet article

Repost 0
Published by atf-federation - dans Immigration
commenter cet article

commentaires