Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Adresse : ATF, 5 rue Louis Blanc, 75010 Paris 

Tél. : 01.45.96.04.06, 

Fax. : 01.45.96.03.97,

Recherche

Liens

20 avril 2017 4 20 /04 /avril /2017 15:24

Auteur : Propos recueillis par Olfa Belhassine

Actualités : Nation

Souhayr Belhassen :

« On continue à virevolter autour de Bourguiba comme des derviches tourneurs »

 
 

Journaliste pendant plus de vingt ans, Souhayr Belhassen s’engage très tôt pour la cause des droits de l’Homme. En 2007, elle est élue à la présidence de la Fédération internationale des droits de l’Homme (Fidh), devenant ainsi la première femme arabo-musulmane à prendre sa direction. En collaboration avec l’historienne Sophie Bessis, elle publie entre 1988 et 1989 une biographie de Bourguiba* en deux parties. L’ouvrage, très fouillé, foisonnant de croustillants détails sur la vie, l’action, la personnalité et l’entourage de Bourguiba, reste parmi les références les plus sérieuses sur le « Combattant suprême  ».

Sublimé par les uns, diabolisé par les autres, héros et zaim pour les uns, despote et réformateur autoritaire pour les autres, qui est le vrai Bourguiba ? 
Bourguiba réunit tout cela à la fois. C’est essentiellement un politique, au sens noble du terme. C’est-à-dire un visionnaire, qui fait preuve d’audace lorsqu’il veut mettre en application un projet. En même temps, le personnage est capable d’actes condamnables, voire odieux. Sa technique consistait autant à convaincre et mobiliser ses camarades de lutte qu’à instrumentaliser et réduire des personnalités non dépourvues d’intelligence ni de sens politique : Mohamed Masmoudi, Béchir Ben Yahmed, Ahmed Ben Salah, Mahmoud Messaadi... Quand il pressentait des menaces pour son pouvoir, il n’hésitait pas à exclure, à bannir et même à éliminer. En une seule année, 1961, le nombre de condamnations à mort exécutées pour youssefisme se comptent par dizaines. Il était tellement habitait par ses desseins pour la Tunisie, à savoir « détruire les archaïsmes » et « investir la modernité », qu’il considérait l’assassinat d’un Ben Youssef, la pendaison haut et court de dizaines de personnes ou l’exécution d’un coup d’Etat contre Lamine Bey comme des détails de l’histoire. Certes, l’exercice du pouvoir n’est pas que vertu. Le pouvoir, et notamment le pouvoir absolu, rend souvent le détenteur de celui-ci absolument effrayant. In fine, il ne faut pas juger Bourguiba en fonction d’une dimension de sa personnalité mais plutôt en tant qu’homme d’Etat. Si on se référait à lui en le comparant à Ben Ali, je pense que l’histoire va oublier son successeur, qui est resté un flic à l’allure d’un videur de cabaret. Par contre, l’histoire retiendra de Bourguiba, le grand réformateur malgré l’exercice personnel parfois exécrable du pouvoir. Elle enregistrera qu’il a mis ce pays sur les rails de la modernité et du progrès, mais pas de la démocratie. 

Bourguiba : mythe ou démon ? Cette question vous a-t-elle interpellée alors que vous démarriez votre travail sur lui, Sophie Bessis et vous ?
Nous n’avions pas eu ce questionnement a priori. Nous avions commencé à travailler sur Bourguiba à la fin de l’année 1985, il était encore au pouvoir. Son hagiographie envahissait alors sa dramatique fin de règne : son autobiographie d’une part à travers ses discours et la saga transcrite par Mohamed Sayah d’autre part. Pour nous, il fallait revisiter le personnage alors que des témoins étaient encore en vie. Difficile entreprise. Rien ne pouvait en effet être réellement clair, les réponses des uns et des autres étaient biaisées, car le poids de Bourguiba pesait sur tout le monde sans exception, opposants comme thuriféraires. Nous avions accumulé documents, témoignages et interviews et on s’est dit s’il y avait moyen d’en faire un portrait un peu plus vrai que ce qui avait été publié jusque-là. Faire le tour du personnage en montrant les deux faces de Janus. Comment en fait s’est construite la statue ? Au prix de quelles avanies et de quels coups d’éclat ? Et où l’épopée a remplacé l’histoire ?

Avez-vous fait des découvertes sur le personnage ?
Oui comme d’avoir retrouvé le magnifique discours du capitole à Rome, lors de son voyage officiel en Italie. Lumineux d’intelligence, étonnant de clarté, il remonte l’histoire et explique avec brio ce qu’il décèle chez le Tunisien de romain, d’humain et donc d’universel. Au détour d’une phrase, et en citant Lénine il dira : « Il faut accepter beaucoup de choses pour pouvoir en changer quelques-unes ». 

Avez-vous décelé d’autres moments où s’exprime le côté inattendu du personnage ?
Par exemple lorsqu’il cherchait l’affrontement avec de Gaulle au sujet de Bizerte pour le provoquer et prouver à Nasser et Ben Bella, poussés par Ben Youssef, qu’il ne fuyait pas l’affrontement avec la France. Il appelle Béchir Ben Yahmed, son ancien ministre de l’Information, et lui demande d’écrire à de Gaulle pour réclamer l’évacuation de Bizerte. Ben Yahmed lui répond : « Que voulez-vous qu’il vous réponde, oui ou non ? ». « Non ! », réplique Bourguiba. Cet épisode résume bien le personnage : il a toujours su ce qu’il voulait, restant calme et se maîtrisant devant des situations parfois impossibles, alors que ses violences et ses colères sont homériques. Il ne s’attendait pas visiblement à ce que les évènements tournent à ce point au drame. De Gaulle a été ferme et Bourguiba se retrouve tout seul face à un carnage. Alors comment s’en sortir ? Il se rend le 3 septembre 1961 au sommet des Non-Alignés à Belgrade. Là on lui ramène la déclaration de De Gaulle sur Bizerte, lors d’une conférence de presse tenue le même jour : «  Il faut qu’un jour soit négocié le retrait des troupes...Mais la situation ne comporte pas une telle issue ». Bourguiba ne retient que la première partie de la phrase et la juge très positive, de Gaulle lui-même doute de ce qu’il a pu dire et demande qu’on lui apporte le texte de sa conférence pour vérifier ses propos. Pour tenter de surmonter le tragique faux pas de Bizerte, Bourguiba, selon son habitude, reprend sa lecture unilatérale des évènements. La tragédie de Bizerte résume tout Bourguiba. Le personnage surprend toujours, car on le retrouve là où on ne l’attendait pas. 

Pendant longtemps, Bourguiba a fait corps avec l’histoire de la Tunisie, notamment pendant la lutte anticoloniale et la construction de l’Etat moderne. Comment avez-vous abordé cette relation entre un homme et son pays tellement magnifiée dans les discours du « Combattant suprême » ?
Il est en effet quasi impossible de séparer Bourguiba de la geste nationale. D’où les difficultés de faire une histoire objective à ce niveau. Parce qu’il a voulu être l’élément constitutif du mouvement national en effaçant tous les autres, en racontant et en construisant cette geste tout en se faisant assister par Mohamed Sayah. Il va continuer à la nourrir et à la fabriquer tous les jours, comme pour l’épisode du sommet de Belgrade. D’autre part, chez lui vie publique et vie privée sont totalement imbriquées. Pour ceux qui travaillent sur sa biographie, il est très difficile de dissocier entre la vie personnelle de Bourguiba et l’Histoire. On a par exemple l’impression que le carnage de Bizerte lui donne une telle énergie et un tel appétit de vivre qu’il va, coup sur coup, épouser Wassila Ben Ammar, assassiner Salah Ben Youssef et se réconcilier avec de Gaulle !

Qu’est-ce qui rend, à votre avis, Bourguiba aussi prégnant dans la vie, le référentiel et l’imaginaire des Tunisiens dix-sept ans après sa disparition ?
En fait, il est devenu une icône. La bourguibamania est d’abord entretenue par la Deuxième République, cela va de la réappropriation de l’image physique de Bourguiba par Béji Caïd Essebsi à la réinstallation de la statue équestre au cœur de Tunis. En vérité, ce régime est incapable de produire des icônes. Les soulèvements sont encore trop proches ! Or, le pays ne peut apparemment pas s’en passer d’autant plus que nous sommes en période de transition. La Tunisie semble avoir besoin d’icône pour combler le déficit de visions d’avenir, de programmes et d’équipes politiques solides. Le socle sûr, face à ce vide laissé par l’éclatement que représente un soulèvement, se cristallise désormais autour de Bourguiba, y compris pour Ennahdha et les partis de gauche. D’ailleurs aucun n’ose toucher aux fondamentaux mis en place par Bourguiba. Il reste le seul référentiel parce qu’il a aussi tout fait pour créer le vide face à lui en empêchant les autres de développer et de structurer une idéologie ou une pensée. C’est pour cela qu’on continue à virevolter autour de lui comme des derviches tourneurs. Or, on ne peut revisiter Bourguiba sans scruter ce qu’il nous a légué comme pleins et vides. Les pleins sont remplis par cette vision de la modernité et les vides réfèrent à ses décisions liberticides sur par exemple les associations et les partis politiques. Décisions dont on continue à payer la facture aujourd’hui parce qu’on n’a pas eu le temps d’apprendre les principes d’une démocratie. En Tunisie, on a sauté une génération, la mienne, qui, au lieu d’entrer en dissidence avec le pouvoir, aurait pu exercer une opposition beaucoup plus saine et organisée. Elle aurait pu assurer le lien et le passage entre les époques politiques de la Tunisie si Bourguiba n’avait pas été un dictateur. Aujourd’hui, on ne sait toujours pas comment remplir ces vides. 
Quel rôle peut jouer, à votre avis, l’Instance vérité et dignité (IVD) pour réajuster la « vérité » sur le parcours et la vie de Bourguiba ?
Je pense que l’IVD reste une institution majeure de la transition qu’il faut protéger. Mais il faut aussi qu’elle se protège elle-même en gardant une vigilance absolue par rapport au contenu de ses auditions publiques. Or, je n’ai pas trouvé lors de la dernière séance du 24 mars consacrée au youssefisme la neutralité et l’objectivité qui lui sont demandées. Le film documentaire présenté à cette occasion aurait pu être plus complet. A aucun moment, on n’y évoque la guerre civile, qu’a entraînée la crise entre les deux chefs, qui étaient déterminés à se détruire, Bourguiba et Ben Youssef. Une vraie guerre civile avec des assassinats, des enlèvements et des milices des deux côtés. Béchir Ben Yahmed avait publié le 17 mars 2016 un document datant d’avril 1956 attestant que Ben Youssef devait envoyer à Ben Guerdane une armée financée entre autres par Nasser, « l’Armée de libération de la Tunisie ». De ce combat de chefs, l’IVD ne nous montre, à travers son documentaire, qu’un seul point de vue, celui des youssefistes. L’Instance, à mon avis, aurait pu se suffire des témoignages, qui sont une parole libérée qu’il faut respecter en les contextualisant avec rigueur et neutralité.


*Bourguiba : Sophie Bessis et Souhayr Belhassen, Groupe Jeune Afrique Paris, pour la première édition 1988 et 1989 et Editions Elyzad, Tunis 2012 pour la seconde édition.

 

 
 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by atf-federation - dans Echos de Tunisie
commenter cet article

commentaires