Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Adresse : ATF, 5 rue Louis Blanc, 75010 Paris 

Tél. : 01.45.96.04.06, 

Fax. : 01.45.96.03.97,

Recherche

Liens

26 août 2017 6 26 /08 /août /2017 18:18

Macron veut des « hébergements d'urgence partout »

LES ECHOS  
 
 
 
 Partager par mail  Imprimer

Le président de la République a annoncé la création de « hotspots » en Libye.

En déplacement hier à Orléans pour participer à une cérémonie de naturalisation, Emmanuel Macron en a profité pour prononcer un discours sur l'accueil des migrants. Tout en rappelant la «  tradition d'accueil » de la France, il a réaffirmé la ligne gouvernementale séparant le traitement des demandeurs d'asile et des migrants économiques. «  Il n'existe pas le pays qui peut aujourd'hui accueillir l'ensemble des migrants économiques », a admis le Président , qui a rappelé que près d'un million de personnes sont actuellement en Libye pour tenter la traversée de la Méditerranée.

Décidé à agir en amont, Macron a annoncé la création cet été de «  hotspots » en Libye, des centres d'examen de demandes d'asile. Le but est de dissuader les personnes non éligibles au droit d'asile d'entamer une traversée périlleuse. Une proposition qui laisse les associations de défense des migrants dubitatives, car parmi les « hotspots » déjà existants en Libye, certains ressemblent plus à des zones de non-droit, gérées par des milices, voire des trafiquants, que de véritables centres de rétention. «  Qui M. Macron va-t-il envoyer là-bas pour gérer ces « hotspots » ? Quelles garanties pour assurer que les droits des personnes soient respectés ? » s'interroge l'association Human Rights Watch. L'Elysée a d'ailleurs précisé jeudi soir que cette solution n'était «  pas possible aujourd'hui » et qu'  « une mission de faisabilité » se tiendrait «  fin août ».

Plus d'hébergements

Le président de la République s'est exprimé sur l'hébergement des migrants arrivés en France et en attente de demande d'asile. «  Je ne veux plus, d'ici la fin de l'année, avoir des femmes et des hommes dans les rues, dans les bois ou perdus [...] Je veux partout des hébergements d'urgence », a affirmé Emmanuel Macron. Une position qui va à 180 degrés de celle défendue par son ministre de l'Intérieur. Gérard Collomb s'était opposé en juin dernier à toute nouvelle ouverture de centres pour migrants. Le budget de l'hébergement d'urgence étant régulièrement sous-doté, la promesse du président sera compliquée à tenir. Emmanuel Macron s'est par ailleurs engagé à une «  réduction drastique » des délais de traitement des demandes d'asile.

C. M., Les Echos

Macron veut des « hébergements d'urgence partout »

LES ECHOS  
 
 
 
 Partager par mail  Imprimer

Le président de la République a annoncé la création de « hotspots » en Libye.

En déplacement hier à Orléans pour participer à une cérémonie de naturalisation, Emmanuel Macron en a profité pour prononcer un discours sur l'accueil des migrants. Tout en rappelant la «  tradition d'accueil » de la France, il a réaffirmé la ligne gouvernementale séparant le traitement des demandeurs d'asile et des migrants économiques. «  Il n'existe pas le pays qui peut aujourd'hui accueillir l'ensemble des migrants économiques », a admis le Président , qui a rappelé que près d'un million de personnes sont actuellement en Libye pour tenter la traversée de la Méditerranée.

Décidé à agir en amont, Macron a annoncé la création cet été de «  hotspots » en Libye, des centres d'examen de demandes d'asile. Le but est de dissuader les personnes non éligibles au droit d'asile d'entamer une traversée périlleuse. Une proposition qui laisse les associations de défense des migrants dubitatives, car parmi les « hotspots » déjà existants en Libye, certains ressemblent plus à des zones de non-droit, gérées par des milices, voire des trafiquants, que de véritables centres de rétention. «  Qui M. Macron va-t-il envoyer là-bas pour gérer ces « hotspots » ? Quelles garanties pour assurer que les droits des personnes soient respectés ? » s'interroge l'association Human Rights Watch. L'Elysée a d'ailleurs précisé jeudi soir que cette solution n'était «  pas possible aujourd'hui » et qu'  « une mission de faisabilité » se tiendrait «  fin août ».

Plus d'hébergements

Le président de la République s'est exprimé sur l'hébergement des migrants arrivés en France et en attente de demande d'asile. «  Je ne veux plus, d'ici la fin de l'année, avoir des femmes et des hommes dans les rues, dans les bois ou perdus [...] Je veux partout des hébergements d'urgence », a affirmé Emmanuel Macron. Une position qui va à 180 degrés de celle défendue par son ministre de l'Intérieur. Gérard Collomb s'était opposé en juin dernier à toute nouvelle ouverture de centres pour migrants. Le budget de l'hébergement d'urgence étant régulièrement sous-doté, la promesse du président sera compliquée à tenir. Emmanuel Macron s'est par ailleurs engagé à une «  réduction drastique » des délais de traitement des demandes d'asile.

C. M., Les Echos

 

Partager cet article

Repost 0
Published by atf-federation - dans Immigration
commenter cet article

commentaires