Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Adresse : ATF, 5 rue Louis Blanc, 75010 Paris 

Tél. : 01.45.96.04.06, 

Fax. : 01.45.96.03.97,

Recherche

Liens

13 janvier 2018 6 13 /01 /janvier /2018 18:28

 

 

بيان

 

 

التقت أحزاب و جمعيات تونسية و مناضلين ناشطين في فرنسا يوم الخميس 11/01/2018 للحوار حول ما تشهده البلاد من حراك شعبي رافض لقانون المالية المجحف في حق الفقراء من شعبنا, محملين المسؤولية للحكومة و الإتلاف الحاكم الذي يواصل سياسة التفقير والتهميش و إذ يرى المجتمعون ضرورة؛ 

12) دعوة كل الأحزاب و المنظمات الوطنية لحوار اقتصادي اجتماعي يعالج مشاكل البلاد و المنوال الاقتصادي الذي يتماشى مع أهداف ثورة شعبنا. 

3) نطالب بإطلاق سراح الموقوفين الذين لم تثبت إدانتهم في أعمال النهب والتخريب وضرورة إحترام حقوق الإنسان و الحق الدستوري في التظاهر السلمي

4) نطالب بالكف و بعدم شيطنة و تجريم المحتجين السلميين والمطالب ألمشروعة 

5) مواجهة الفساد الحقيقي الذي ينخر البلاد و بمقدراتها 

6) نحمل الحكومة و الأمن مسؤولية الحفاظ على سلامة المتظاهرين و حماية الممتلكات الخاصة و العامة 

7) نندد بالدور التسلطي لصندوق النقد الدولي و عدم وفاء الإتحاد الأوروبي بوعوده التي أطلقها تجاه التجربة الديمقراطية في تونس. 

 الأحزاب و الجمعيات الممضية  

ATF, REMCC, FTCR, CRLDHT, MCTF, El Massar, Jomhouri, Association des Tunisiens de l'Isère Citoyens des Deux Rives, Collectif 3 C signe, ALESCO, ATI-CDR

  

 

 

 

Communiqué

 

Réunis le 10 janvier 2018, des militants-es tunisiens-es, les représentants-es des associations de l’immigration  tunisiennes et des partis militants tunisiens en France  après avoir discuté de la situation qui prévaut en Tunisie depuis le 08/01/2018, constatant que la Tunisie connaît un mouvement social large englobant toutes les régions tunisiennes pour s'opposer à la promulgation de la loi de finances de l’année 2018 qui a provoqué une augmentation des prix et cherté de la vie et instauré un régime de rigueur économique,

 

Certes cette situation est l’effet cumulatif de la politique libérale et les choix économiques et sociaux imposés par le FMI, la Banque mondiale et l’Union européenne à la Tunisie depuis les années 80 et 90 et auxquelles ont adhéré les gouvernements successifs depuis la révolution la grande majorité de cadres supérieurs de l’État et des des dirigeants politiques.

 

Malgré la révolution tunisienne de 2011, les gouvernements successifs en Tunisie ont continué à marcher dans les pas du régime de Ben Ali, sur les plans économiques et sociaux, vidant de leurs contenus les demandes de dignité, de l’emploi et de la justice sociale des slogans creux et poussant la jeunesse et les populations y compris les classes moyennes dans un désespoir, un rejet de l’action politicienne et dans l’exclusion sociale, citoyenne et culturelle.

 

Cette crise qui s’est accentuée par le développement d’une économie informelle, la généralisation de la corruption à tous les niveaux des appareils de l’État et la prolifération du terrorisme obscurantiste laisse les mains libre aux réseaux mafieux et à la contre bande organisés alliés du terrorisme jihadiste.

 

L’impunité de fait accordée aux anciens et comme aux nouveaux mafieux qui gangrènent l’économie nationale et empêchent la mise en place une justice fiscale, de la lutte contre la relégation des coches populaires et les exclusions, la promotion de la santé, de l’éduction et du développement régional

 

La dérive économique et sociale n’est plus tolérable et supportable par la jeunesse, les classes et catégories populaires et moyennes.

 

Les revendications de la jeunesse tunisienne et des catégories populaires sont légitimes puisque rien n’a changé radicalement dans la vie quotidienne des gens.

Criminaliser les mouvements sociaux c’est faire fi de cette injustice flagrante, que subit le peuple tunisien, la jeunesse et les travailleurs de plus en plus précarisés et les couches moyennes.

 

Pire, le chômage des jeunes et en particulier les jeunes diplômés n’a fait que croitre. Iil est fin 2017 de l’ordre de 15% de la population active soit  628.600 chômeurs correspondant à 12,3% chez les garçons et 22,8% chez les filles et conjugués à d’un taux d’inflation de 5.6%.

Aucun ne peut prétendre que ce mouvement est inattendu  puisque les mouvements sociaux contre la cherté de la vie et contre le chômage ont touché à tour de rôle toutes les régions de Tunisie et tous les secteurs économiques et sociaux.

L’incapacité des divers gouvernements à résorber ces cancers sociaux ne peut que provoquer les frustrations de la jeunesse et semer l’opacité des horizons et donc pousser certains jeunes à choisir l’immigration clandestine et la mort dans la méditerranée et l’utilisation de certains jeunes et moins jeunes par les contre bandes, les corrupteurs et les réseaux jihadistes.

Les présents expriment

· Leur soutien aux revendications sociales et économiques légitimes exprimées par les manifestants et le respect de leur droit constitutionnel à manifester pacifiquement

· Présentent leurs condoléances à la famille du défunt le jeune Khomsi EL-YERFENI, écrasé par une voiture de la police à Tébourba.

· Demandent au Président de la République, le Président du Gouvernement et à l’assemblée des représentants du peuple à sursoir à l’application de la loi de finances et à annuler les augmentions excessives prévues et ou intervenues.

-    Nous appelons :

· Le développement et la généralisation de la compagne de lutte contre les corrupteurs et les mafieux et contre tous les passes d’armes.

· La convocation des forces nationales politiques, sociales, économiques pour un dialogue national pour proposer une démarche et un programme qui répondra aux revendications du peuple tunisien et de sa jeunesse, pour sortir le pays de cette crise économique et sociale profonde.

-    Nous condamnons

· la criminalisation des manifestants pacifiques et les actes de vandalismes des casseurs qui détruisent les biens publics et privés et font le jeu d’une future dictature.

· le respect de la constitution, les droits de l’homme et la libération des manifestants dont la participation aux actes de vandalisme et à la destruction des biens publics et privés n’est avérée.

· le double discours du FMI, de la Banque mondiale et l’Europe qui n’ont pas honoré leurs promesses d’aide à l’expérience et la transition démocratique tunisienne au Sommet du G20 en Autriche.

· Nous assumons les forces de l’ordre d’assurer la sécurité des manifestants pacifique et des biens publics et privés.

 

Les partenaires signataires appellent les tunisiennes et les tunisiens, leurs amis et les force démocratiques de se solidariser avec les luttes de la jeunesse tunisienne et du peuple tunisien dans le rassemblement qui aura lieu le dimanche 14/01/2018 à partir de 14h00 à la place de la République

Vive la lutte du peuple tunisien pour la démocratie, la liberté et la dignité

Premiers signataires :

ATF, REMCC, FTCR, CRLDHT, MCTF, El Massar, Jomhouri, Association des Tunisiens de l'Isère Citoyens des Deux Rives, Collectif 3 C signe, ALESCO, ATI-CDR

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires