Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Adresse : ATF, 5 rue Louis Blanc, 75010 Paris 

Tél. : 01.45.96.04.06, 

Fax. : 01.45.96.03.97,

Recherche

Liens

1 avril 2020 3 01 /04 /avril /2020 17:53
 
01 avril 2020
© AFP
CONTAGION

Petites prévisions sur l’impact du Coronavirus sur les inégalités

Branko Milanovic évoque les conséquences de la crise sanitaire du Covid-19 et ses répercussions sur la question des inégalités, su

Avec Branko Milanovic

Que peut-on dire de l'impact de la pandémie sur la répartition mondiale des revenus ? Il est difficile de dire quoi que ce soit de significatif aujourd'hui car nous n'avons aucune idée de la durée de la pandémie, du nombre de pays qui seront touchés, du nombre de personnes qui mourront, ni de la déchirure ou non du tissu social des sociétés.  Nous sommes totalement dans l'ignorance. La plupart de ce que nous disons aujourd'hui pourrait se révéler faux demain. Si quelqu'un a raison, ce n'est pas nécessairement parce qu'il est intelligent, mais parce qu'il a de la chance. Mais, dans une crise comme celle-ci, la chance compte pour beaucoup...

Quelle est la probabilité que la crise réduise les revenus mondiaux ? La figure ci-dessous montre les taux de croissance réels par habitant dans le monde de 1952 à 2018. La ligne épaisse donne la mesure conventionnelle : elle indique si le PIB réel moyen par habitant du monde a augmenté ou diminué. (Tous les calculs sont effectués en dollars de pouvoir d'achat égal.) Le PIB mondial par habitant n'a diminué que quatre fois : en 1954, 1982, 1991 et, plus récemment, en 2009, en conséquence de la crise financière mondiale. Chacune de ces quatre baisses mondiales a été provoquée par les résultats obtenus aux États-Unis. Cela est tout à fait compréhensible. Les États-Unis étaient jusqu'à récemment la plus grande économie du monde et lorsqu'ils ont ralenti, le taux de croissance mondial a été affecté.

Une autre mesure de la croissance mondiale est ce qu'on appelle le taux de croissance démocratique ou le taux de croissance réel de la population (ligne fine dans la figure ci-dessous). Elle pose la question suivante : en supposant que la répartition des revenus dans chaque pays reste la même, quelle a été l'expérience de croissance moyenne dans le monde ? Pour le dire plus simplement : si le PIB par habitant de l'Inde, de la Chine et d'autres pays peuplés augmente rapidement, plus de gens se sentiront mieux que si le PIB par habitant de certains pays riches, mais petits, augmentait. Ou encore différemment : pensez à l'époque des années 1960, lorsque le PIB total du Benelux était similaire au PIB total de la Chine. Dans un calcul ploutocratique, l'augmentation des deux comptera autant. Dans un calcul démocratique, l'augmentation de la Chine comptera beaucoup plus parce que beaucoup plus de gens ressentiront une amélioration. Cette deuxième mesure pèse donc les taux de croissance des pays avec leur population. On y constate que le monde n'a jamais eu de taux de croissance négatif, sauf en 1961, lorsque le désastre du (appelé ironiquement) Grand Bond en avant Chinois a réduit le revenu par habitant de 26 %, et a fait basculer le monde en négatif.

Que pouvons-nous dire de l'évolution probable des deux mesures en 2020 ? Le FMI, qui ne calcule que la première mesure, a récemment estimé que le PIB mondial serait réduit d'au moins autant que pendant la crise financière mondiale. La seconde mesure ne sera probablement pas négative car la Chine est en voie de guérison et, comme nous l'avons vu, ce sont les pays les plus peuplés qui déterminent en grande partie le sort de cette mesure. Pourtant, nous ne savons pas comment l'Inde sera affecté par la crise. Si son taux de croissance devient négatif, il pourrait - combiné avec les taux de croissance presque certainement négatifs de la plupart des pays d'Europe et d'Amérique du Nord - provoquer la deuxième récession populaire depuis les années 1950.

Les effets négatifs de la crise sur la croissance seront donc très forts. Mais elle n'affectera pas tout le monde de la même manière. Si le déclin économique est le plus grave, comme il apparaît actuellement, aux États-Unis et en Europe, l'écart entre les grands pays asiatiques et le monde riche se réduira. C'est la principale force qui a conduit à la réduction des inégalités mondiales depuis 1990 environ. Nous pouvons donc nous attendre, à l'instar de ce qui s'est passé après 2008-2009, à une accélération de la diminution des inégalités mondiales. Comme après 2008-2009, la réduction des inégalités mondiales ne sera pas obtenue par les forces "bénignes" de la croissance positive des économies riches et émergentes d'Asie, mais par les forces "malignes" de la croissance négative des pays riches.

Cela aurait les deux effets suivants. Premièrement, sur le plan géopolitique, le déplacement du centre de gravité de l'activité économique continuera à se déplacer vers l'Asie. Le fait de décider de "pivoter" vers l'Asie ou non sera de plus en plus sans importance. Si l'Asie continue à être la partie la plus dynamique de l'économie mondiale, tout le monde sera naturellement poussé dans cette direction. Deuxièmement, la baisse des revenus réels des populations occidentales surviendra exactement au moment où les économies occidentales sortiront de la période d'austérité économique et de faible croissance, et l'on pourrait s'attendre à ce que l'absence de croissance des classes moyennes qui a caractérisé ces pays depuis la crise financière prenne fin. 

En termes purement comptables, nous sommes donc susceptible de voir se reproduire dans une certaine mesure la crise financière mondiale : la détérioration de la position relative des revenus de l'Occident, l'accroissement des inégalités au sein des pays riches (car les travailleurs à bas salaires et plus vulnérables sont perdants), et la stagnation des revenus des classes moyennes. Le choc de la crise du coronavirus pourrait donc constituer un deuxième choc dramatique pour la position des pays riches au cours des 15 dernières années.

On peut s'attendre, dans certains domaines, à un renversement de la mondialisation. Cela est particulièrement évident, à relativement court terme (un à deux ans), pendant lequel, même dans le cadre du scénario optimiste sur la gestion de la pandémie, la circulation des personnes et éventuellement des marchandises sera beaucoup plus contrôlée qu'avant la crise. Bon nombre des obstacles à la libre circulation des personnes et des biens pourraient provenir de la crainte fondée d'une réapparition de la pandémie. Mais certains d'entre eux seront liés aux intérêts économiques des entreprises. La suppression des restrictions sera donc difficile et coûteuse. Nous n'avons pas supprimé les mesures de sécurité aérienne coûteuses et lourdes, malgré l'absence d'attentat terroriste depuis des années. Il est peu probable que nous les supprimions dans ce cas également. Il y aura également une crainte non déraisonnable que le fait de dépendre entièrement de la gentillesse d'étrangers dans les conditions d'urgence nationale ne soit pas nécessairement la meilleure politique. Cela sapera également la mondialisation.  

Cependant, nous ne devons pas surestimer ces obstacles au commerce et à la circulation de la main-d'œuvre et des capitaux. Lorsque notre intérêt personnel à court terme est en jeu, nous sommes très prompts à oublier les leçons de l'histoire : ainsi, si plusieurs années passent sans nouvelles turbulences majeures, nous sommes, je pense, susceptibles de revenir aux formes de mondialisation que nous avons connues avant la crise du coronavirus.

Mais ce qui ne reviendra peut-être pas à l'état antérieur, c'est la puissance économique relative des différents pays et l'attrait politique des modes de gestion des sociétés libéraux par rapport aux modes plus autoritaires. Les crises aiguës comme celle-ci tendent à encourager la centralisation du pouvoir car c'est souvent la seule façon pour les sociétés de survivre. Il devient alors difficile de se défaire du pouvoir de ceux qui l'ont accumulé pendant la crise, et qui peuvent d'ailleurs prétendre de manière crédible que c'est grâce à leur capacité ou à leur sagesse que le pire a été évité. Ainsi, la politique restera turbulente.

 

Partager cet article

Repost0

commentaires