Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Adresse : ATF, 5 rue Louis Blanc, 75010 Paris 

Tél. : 01.45.96.04.06, 

Fax. : 01.45.96.03.97,

Recherche

Liens

8 mars 2021 1 08 /03 /mars /2021 20:33
 

La reconnaissance par la France de l’assassinat de l’avocat

et dirigeant nationaliste Ali Boumendjel, par l’armée française

en Algérie, a été saluée par Alger, ce jeudi 4 mars.

Cette photo d’archive prise le 30 juillet 1957 montre des Algériens arrêtés par les parachutistes du colonel français Bigeard sur la place du Gouvernement (actuellement place des Martyrs) dans la capitale Alger.
Cette photo d’archive prise le 30 juillet 1957 montre des Algériens arrêtés par les parachutistes du colonel français Bigeard sur la place du Gouvernement (actuellement place des Martyrs) dans la capitale Alger. | AFP

Le président Emmanuel Macron a reconnu mardi, «au nom de la France», que l’avocat et dirigeant nationaliste Ali Boumendjel avait été «torturé et assassiné» par l’armée française pendant la Bataille d’Alger en 1957.

« L’Algérie a enregistré avec satisfaction l’annonce du président français Emmanuel Macron de sa décision d’honorer le combattant et martyr Ali Boumendjel », a indiqué la télévision publique à l’ouverture de son journal de la mi-journée.

Une volonté « d’intensifier le dialogue »

Cette initiative «s’inscrit dans le cadre des bonnes intentions et de la volonté sincère d’intensifier le dialogue entre la France et l’Algérie concernant l’époque coloniale», a commenté la chaîne A3.

 

« À travers une telle initiative, il est possible pour l’Algérie et la France d’aller de l’avant dans la construction de relations stables et sereines, une réconciliation véritable et une coopération multiforme», a-t-elle conclu.

Un assassinat maquillé à l’époque en suicide

L’aveu de l’assassinat d’Ali Boumendjel, maquillé à l’époque en suicide, fait partie des gestes d’apaisement recommandés par l’historien Benjamin Stora dans son rapport sur la colonisation et la guerre d’Algérie, afin de résoudre les tensions autour de la mémoire de ce conflit.

Alors que le 60e anniversaire de la fin de la guerre et de l’indépendance de l’Algérie sera célébré en 2022, la «réconciliation des mémoires» est un dossier prioritaire entre Alger et Paris.

Engagés à travailler ensemble sur cette question mémorielle

Emmanuel Macron et son homologue Abdelmadjid Tebboune se sont engagés à travailler ensemble sur cette question mémorielle.

En juillet dernier, Paris avait déjà fait un geste «fort» en restituant à Alger les restes de 24 nationalistes algériens tués au début de la colonisation française au XIXe siècle.

Des « actes symboliques » tardifs et insuffisants

Dès 2018, Emmanuel Macron avait franchi un pas historique dans le travail de mémoire sur la guerre d’Algérie en demandant pardon à la veuve de Maurice Audin, militant communiste mort sous la torture.

Toutefois, pour beaucoup d’Algériens -- des historiens notamment --, les «actes symboliques» du président Macron sont tardifs et insuffisants.

La France doit reconnaître « les crimes contre l’humanité »

«La France doit reconnaître qu’elle a commis en Algérie des crimes contre l’humanité, d’innombrables crimes à l’encontre des Algériens», a déclaré mercredi 3 mars Mustapha Bouchachi, avocat et militant des droits humains.

Outre le contentieux des archives coloniales, les autorités algériennes veulent aussi remettre sur la table le dossier des «disparus» pendant la guerre d’indépendance (1954-1962), plus de 2 200 personnes selon Alger, et celui des essais nucléaires français dans le Sahara algérien qui «ont fait et continuent à faire des victimes».

Partager cet article
Repost0

commentaires