Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Adresse : ATF, 5 rue Louis Blanc, 75010 Paris 

Tél. : 01.45.96.04.06, 

Fax. : 01.45.96.03.97,

Recherche

Articles Récents

Liens

6 janvier 2021 3 06 /01 /janvier /2021 16:07

Des sources proches de la présidence du gouvernement ont confié à Tunisie numérique que le limogeage du ministre de l’Intérieur, Taoufik Charfeddine vient suite aux tentatives de ce dernier de remplacer certains responsables haut placés, notamment des chefs de districts et des chefs de services.

D’après la même source, Taoufik Charfeddine a envoyé un télégramme en vertu duquel, plusieurs responsables de haut rang seront destitués de leurs fonctions et ce, sans la consultation préalable du Chef du gouvernement. Ce dernier a alors procédé à un arrêt d’exécution et au limogeage de Charfeddine.

D’après le communiqué publié par la présidence du gouvernement, c’est Hichem Mechichi lui-même qui va assurer l’intérim, combinant ainsi le poste de Chef du gouvernement et celui de ministre de l’Intérieur.

Or, il est de coutume que ce soit le ministre de la Justice ou celui de la Défense Nationale qui remplacent le ministre de l’Intérieur lorsque ce poste est vacant.

 

 
Partager cet article
Repost0
4 janvier 2021 1 04 /01 /janvier /2021 12:19
Vaccination: malgré les critiques, la HAS défend sa stratégie de cibler les Ehpad partagez Vaccination: malgré les critiques, la HAS défend sa stratégie de cibler les Ehpad Une dose du vaccin de Pfizer-BioNTech contre le Covid-19, le 2 janvier 2021 dans un hôpital parisien ©Sameer Al-DOUMY, AFP A lire aussi Vaccin contre le Covid-19 : quand pourrez-vous être vacciné ? France Vaccin contre le Covid-19 : quand pourrez-vous être vacciné ? France Vaccin contre le Covid-19 : les résidents des Ehpad doivent être prioritaires, recommande la HAS AFP, publié le lundi 04 janvier 2021 à 12h05 La Haute autorité de santé (HAS), qui a élaboré la stratégie française de vaccination contre le Covid-19, a défendu lundi le choix de vacciner en priorité les personnes âgées des Ehpad, malgré les vives critiques sur la lenteur du démarrage de cette campagne. "Il faut garder son calme et garder les priorités, parce que si on vaccine beaucoup mais pas les bons, on va mettre des mois à diminuer les hospitalisations et les décès", a déclaré sur RMC/BFMTV la présidente de la HAS, Dominique Le Guludec. Mme Le Guludec a assuré que le choix de commencer la campagne de vaccination par les Ehpad était justifié par le fait que ces établissements représentaient "30% des décès" du Covid-19. "Il faut que les Français comprennent la logique de tout ça (...) Un tiers des morts pour 1% des Français, c'est ça le nœud du problème", a-t-elle martelé. "On doit vacciner vite ceux qui en ont le plus besoin. Les autres viendront après". La Pr Le Guludec a également défendu le choix de vacciner les résidents des Ehpad dans leur établissement, ce qui nécessite une logistique importante. "Pour démarrer, pour vacciner les plus âgés, les plus fragiles, les plus vulnérables, aller les envoyer faire la queue dans des vaccinodromes ne nous a pas semblé être la meilleure solution, en plein hiver et avec un risque de Covid", a-t-elle dit. "La stratégie reste: priorité sur les personnes les plus vulnérables, et les professionnels de santé, en élargissant quand on peut, si on a le nombre de doses nécessaire", a pour sa part déclaré sur France Inter Elisabeth Bouvet, présidente de la Commission technique des vaccinations de la HAS. closevolume_off "Pour nous, la stratégie reste la même. La mise en œuvre de la stratégie doit probablement s'accélérer", a-t-elle toutefois concédé. Mme Bouvet a ainsi écarté l'idée d'administrer le vaccin aux volontaires en priorité : "Compte tenu du nombre de doses qui, je le rappelle, est limité actuellement, on ne peut pas le distribuer comme ça aux gens qui en ont envie, alors qu'ils n'ont pas de risques". Interrogée sur le rythme de cette vaccination, elle a répondu que ce n'était pas le choix de cette institution qui conseille le gouvernement. "Il n'a jamais été demandé qu'il y ait cette lenteur", a dit l'infectiologue. Mais selon elle, les critiques sont trop virulentes. "Je crois qu'il faut être extrêmement positif et rappeler les éléments optimistes de cette vaccination et arrêter de se flageller, de la même manière qu'aujourd'hui il faut arrêter de dire que c'est un désastre", a-t-elle souligné. "Il ne faut pas exagérer: on a commencé de vacciner il y a une semaine, on ne peut quand même pas parler de désastre". Sur France Inter également, le généticien et président de la Ligue contre le cancer Axel Kahn s'est montré de nouveau très critique contre le gouvernement. Le fait que les tests cliniques du vaccin Pfizer-BioNTech soient très encourageants "est vraiment un immense espoir, et c'est vraiment quelque chose de très enthousiasmant. Et donc le ton [du gouvernement], c'est une erreur psychologique (...) C'est une gigantesque erreur psychologique, et ça, je crois que le ministre [de la Santé Olivier Véran] l'a entendu", a-t-il estimé. partagez Ailleurs sur le web
Partager cet article
Repost0
29 décembre 2020 2 29 /12 /décembre /2020 11:16

تونس في 28 ديسمبر 2020

 

 

في الذكرى العاشرة للثورة

يُجرح الجريح و يُقتل الشهيد مرة اخرى...

 

 

إن الجمعيات والمُنظمات الحقوقية المُمضية أسفله والتي تُتابع بكل انشغال وضعية جرحى الثورة وعائلات الشهداء المُعتصمين بمقر الهيئة الوطنية للشهداء وجرحى الثورة و الذين دخل البعض منهم في اضراب جوع وحشي، تُعبّر عن مساندتها المُطلقة للمطالب المشروعة التي تحرّكوا من أجلها يوم 17 ديسمبر 2020 حيث تعرّضوا للضرب و الإهانة أمام مقر رئاسة الحكومة .

إن المُنظمات المُمضية أسفله إذ تُدين بشدة ما تعرّض له جرحى الثورة وعائلات الشهداء فهي تُطالب رئاسة الحكومة بنشر القائمةالرسمية للشهداء والجرحى في الرائد الرسمي للجمهورية التونسية قبل موعد 14 جانفي كما تُناشد جميع مُكونات المجتمع المدني  والقُوى السياسية للتضامن مع الجرحى و عائلات الشهداء و الضغط معهم من اجل تحقيق مطالب المُعتصمين و تُحمّل السلطات تدهور  وضعهم الصحّي والاجتماعي.

وحتى لا تنتصر قُوى الردّة و أعداء ثورة الحرية والكرامة، نُعبّر مرة اخرى عن تمسّكنا بمطالب الجرحى وحق عائلات الشهداء .

عاشت ثورة الحرية والشغل والكرامة 

المجد للشهداء

الصحة والكرامة للجرحى 

 

المُنظمات و الجمعيات المُوقّعة

· الرابطة التونسية للدفاع عن حقوق الانسان

· الاتحاد العام التونسي للشغل

· الاتحاد التونسي للإعلام الجمعياتي

· اصوات نساء

· الائتلاف التونسي لإلغاء عقوبة الاعدام

· جمعية التلاقي للحرية والمساواة

· الجمعية التونسية للدفاع عن الحريات الفردية

· الجمعية التونسية للدفاع عن القيم الجامعية

· الجمعية التونسية للنساء الديمقراطيات

· الجمعية التونسية لمساندة الأقليات

· جمعية الشارع فن

· جمعية المواطنة والتنمية والثقافات والهجرة بالضفتين

· جمعية النساء التونسيات للبحث حول التنمية

· جمعية تالة المتضامنة

· جمعية تفعيل الحق في الاختلاف

· جمعية خلق و ابداع من اجل التنمية و التشغيل

· جمعية فنون وثقافات بالضفتين

· جمعية مؤسسة حسن السعداوي للديمقراطية والمساواة

· جمعية نشاز

· جمعية يقظة من اجل الديمقراطية والدولة المدنية

· دمج الجمعية التونسية للعدالة و المساواة

· رابطة الكتاب التونسيين الاحرار

· لا سلام دون عدالة

· لجنة اليقظة من أجل الديمقراطية في تونس ببلجيكا

· اللجنة من اجل احترام الحريات و حقوق الانسان بتونس

· مركز تونس لحرية الصحافة

· منتدى التجديد للفكر المواطني والتقدمي

· المنتدى التونسي للحقوق الاقتصادية والاجتماعية

· المنظمة التونسية لمناهضة التعذيب

· منظمة ذكرى ووفاء

·  اتحاد التونسيين للعمل المواطني

·  فيدرالية التونسيين من أجل المواطنة في الضفتين

· محامون بلا حدود

· جمعية التونسيين بفرنسا

 

 

Partager cet article
Repost0
27 décembre 2020 7 27 /12 /décembre /2020 17:20

 La levée du corps aura lieu demain lundi 28 décembre 2020 à la Chambre Funéraire de CHEVILLY-LARUE De 13h30 à 16h30

 

Azza Ghanmi
Ma belle-sœur Claudine Naccache, Slim Naccache et moi-même remercions toutes celles et tous ceux qui ont partagé notre douleur et notre peine suite au décès de Papi Gilbert Naccache
Nous remercions Monsieur Le Président de la République, Monsieur L'Ambassadeur de Tunisie en France, Monsieur le Consul Général pour tout ce qu'ils ont fait pour nous rendre cette épreuve moins pénible.
La levée du corps aura lieu demain lundi 28 décembre 2020 à la Chambre Funéraire de CHEVILLY-LARUE
125 Boulevard Jean Mermoz
94550 CHEVILLY-LARUE
De 13h30 à 16h30 avec respect des règles sanitaires exigées en France (accès à la salle à tour de rôle par groupe de trente personnes)
La dépouille du défunt sera rapatriée mardi 29 décembre 2020. Nous communiquerons, dès confirmation, l'heure du vol ainsi que celle de l'enterrement qui aura lieu mercredi 30 décembre
Encore merci
Partager cet article
Repost0
27 décembre 2020 7 27 /12 /décembre /2020 17:18

Gilbert Naccache, symbole et Vétéran de la résistance de la jeunesse des années 60 et 70

pour le progrès et la démocratie nous a quitté

 

Nous avons appris avec une grande tristesse hier, le décès de Gilbert Nakache, figure historique et grand dirigeant de la Gauche tunisienne. C’est une grande perte pour le mouvement progressiste et démocratique tunisien.

Gilbert Naccache a milité dans toutes les organisations politiques de la Gauche tunisiennes qui ont joué un rôle primordial dans les années 50, 60 et 70 (le parti communiste tunisien, le GEAST et El Amel tounsi).

Il était connu pour son patriotisme et son attachement à la Tunisie et malgré les persécutions qu’il a subi dans les années 60 et 70, victime des régimes autoritaires, de Bourguiba et de Ben Ali. Au temps de Bourguiba, il a été condamné à dix ans fermes qu’il avait passé dans diverses prisons dont la prison de Borj Roumi et de l’exile intérieur lorsqu’il n’est pas en prison pendant des années.

En plus de son activisme politique, Gilbert Naccahe a participé avec ses livres par une réflexion féconde.

Dans les années 90, avec sa femme Azza GHANMI et son fils Slim les cibles des agissements et des racistes et anti-juifs, des intégristes et des réactionnaires, ils étaient obligés de quitter la Tunisie et se sont installés en France pendant 20 ans. Ce n’est qu’après l’avènement de la Révolution tunisienne en 2011, qu’ils ont retrouvé la liberté de circulation et de voyage.

Gilbert Naccahe est resté jusqu’à sa mort un patriote fidèle à ses idées et à sa patrie la Tunisie.

En ces moments difficiles de deuil, le Bureau National de l’Association des Tunisiens en France (ATF) présente nos sincères condoléances et nous leur présentons notre solidarité fraternelle à sa femme Azza, son fils Slim, sa sœur Claudine Naccache, sa famille et ses camarades.

 

P/° le Bureau National de l’ATF

Mohamed-Lakhdar ELLALA

Partager cet article
Repost0
23 décembre 2020 3 23 /12 /décembre /2020 12:42

تونس في 23 ديسمبر 2020  Tunis le 23 décembre 2020 ---

جمعيات تونسية تُعبّر عن ارتياحها لتجديد تونس لموقفها الرافض للتطبيع مع إسرائيل، طالما يتواصل احتلالها للأراضي الفلسطينية وانتهاكها لقرارات الشرعية الدولية والقانون الدولي

) النص العربي تحت)

Des associations tunisiennes expriment leur satisfaction pour la réaffirmation par la Tunisie de sa position hostile à la normalisation avec Israël tant qu’il continuera à occuper les territoires palestiniens et à violer les résolutions internationales et le droit international

Les associations tunisiennes soussignées se réjouissent de l’annonce, par le ministère des affaires étrangères, de la migration et des Tunisiens à l’étranger, que   « la Tunisie renouvelle son attachement à ne participer à aucune initiative qui pourrait porter atteinte aux droits légitimes du peuple palestinien frère » et qu'elle « n’est pas concernée par l’établissement de relations diplomatiques avec l'entité occupante tant qu’elle poursuit sa politique de mépris des résolutions internationales et du droit international ».

Les associations tunisiennes considèrent cette position officielle de la Tunisie, publiée le mardi 22 décembre, comme une réponse claire aux allégations récemment répandues et particulièrement aux déclarations attribuées par le New York Times à des sources officielles américaines selon lesquelles la Tunisie et le sultanat d’Oman sont sur le point de marcher sur les pas des Emirats Arabes Unis, de Bahrein, du Soudan et du Maroc qui ont conclu, avec Israël, des transactions baptisées « Accords d’Abraham ». Ces quatre Etats ont accepté en vertu de ces arrangements la normalisation de leurs relations avec Israël avant qu’il ne mette fin à son occupation des territoires palestiniens et qu’il ne démantèle le régime d’apartheid imposé au peuple palestinien.

 Le New York Times du 21 décembre courant a indiqué, dans un article, qui se réfère à des sources officielles américaines bien informées et au courant « des efforts de l’administration américaine pour aboutir à la conclusion de ces transactions », que la Tunisie et le sultanat d’Oman étaient les plus disposés à conclure ces accords que le président américain raciste Donald Trump pousse les Etats arabes à signer avant la fin de son mandat au mois de janvier prochain. Des incitations, qui enfreignent le droit international et les résolutions de l’ONU relatives à la question palestinienne et à celle du Sahara occidental, sont la contrepartie de ces accords https://nyti.ms/3rmqf5O 

Les associations signataires réaffirment que ces transactions entre Israël et un certain nombre d’Etats arabes les plus despotiques  ne peuvent qu’engendrer des agressions plus nombreuses contre le peuple palestinien, la remise en cause de l’utilité du respect du droit et des traités internationaux et le mépris continuel pour la soif de vivre des peuples arabes dans des Etats démocratiques fondés sur des institutions constitutionnelles élues garantissant les droits civiques, politiques, sociaux, économiques et culturels.

Les associations signataires

  • Association histoire et mémoire commune pour la liberté
  • Association Citoyenneté, Développement, Cultures & Migrations Des Deux Rives
  • Association tunisienne de défense des libertés individuelles
  • Association tunisienne de défense des valeurs universitaires
  • Association Vigilance pour la démocratie et l’Etat civique
  • Coalition tunisienne pour l’abolition de la peine de mort
  • Forum Attajdid pour la pensée progressiste
  • L’Association Arts et Cultures des deux Rives
  • L’association Aswat Nissa
  • L’association Création et Créativité pour le Développement et l'Embauche
  • La Fondation Hassen Saadaoui pour la démocratie et l'égalité
  • L'association des Tunisiens en France
  • L'association L'ART RUE
  • L'association Nachaz-Dissonances
  • L'Association tunisienne de soutien aux minorités
  • Le Comité de Vigilance pour la Démocratie en Tunisie – Belgique
  • Ligue des écrivains tunisiens libres
  • Ligue tunisienne de défense des droits de l’homme
  • Organisation 10_23 de Soutien au Processus de la Transition Démocratique
  • Organisation contre la torture en Tunisie
  • Perspectives El 3amel Ettounsi
  • Souvenir & fidélité

 

جمعيات تونسية تُعبّر عن ارتياحها لتجديد تونس لموقفها الرافض للتطبيع مع إسرائيل، طالما يتواصل احتلالها للأراضي الفلسطينية وانتهاكها لقرارات الشرعية الدولية والقانون الدولي

تُعبّر الجمعيات التونسية المُوقّعة أسفله عن ارتياحها لإعلان وزارة الخارجية والهجرة والتونسيين بالخارج عن تجديد تونس ﻟ "تمسكها بعدم المشاركة في أية مبادرة تمس من الحقوق الشرعية للشعب الفلسطيني الشقيق". كما أنها "غير معنية بإرساء علاقات دبلوماسية مع الكيان المُحتل، طالما يُواصل سياسته التي تضرب عرض الحائط بقرارات الشرعية الدولية ومبادئ القانون الدولي".

وتعتبر الجمعيات هذا الموقف الرسمي التونسي، الصادر يوم الثلاثاء 22 ديسمبر، ردا واضحا على ما راج مُؤخرا من إدعاءات، خاصّة ما نسبته صحيفة "نيويورك تايمز " لمصادر رسمية أمريكية من تصريحات مُفادها أن تونس وسلطنة عُمان على وشك النسج على منوال الامارات العربية المُتّحدة والبحرين والسودان والمغرب، التي ابرمت مع إسرائيل صفقات أُطلق عليها اسم "اتّفاقيّات إبراهيم". وقد وافقت هذه الدول العربية الأربع بمُقتضاها على تطبيع علاقاتها مع اسرائيل، قبل إنهاء احتلالها للأراضي الفلسطينية وتفكيك نظام الميز العنصري المفروض عل الشعب الفلسطيني.

وذكرت صحيفة "نيويورك تايمز"، الصادرة بتاريخ 21 ديسمبر الجاري في مقال يستند الى مصادر رسمية أمريكية مُطّلعة على علم "بجهود الادارة الأمريكية الرامية لإبرام هذه الصفقات"، أن تونس وسلطنة عُمان هما الأكثر جاهزيّة لتوقيع هذه الاتفاقيات، التي يحثّ الرئيس العنصري دونالد ترامب الدول العربية على توقيعها قبل نهاية ولايته في جانفي القادم، مُقابل تحفيزات تضرب عرض الحائط بالقانون الدُولي و قرارات الأمم المتحدة المُتعلقة بقضيتي فلسطين والصحراء الغربية  https://nyti.ms/3rmqf5O  .

وتُؤكد الجمعيات المُوقّعة مُجدّدا أن هذه الاتفاقيات بين اسرائيل وعدد من الدول العربية الأكثر استبدادا لا يُمكن أن ينجم عنها سوى المزيد من العُدوان على الشعب الفلسطيني، والتشكيك في جدوى الالتزام بالقانون والمُعاهدات الدولية، واستمرار الاستخفاف بتعطّش الشعوب العربية للعيش في ظل دول ديمقراطية، ترتكز على مُؤسسات دستورية مُنتخبة وضامنة للحقوق المدنية والسياسية والاجتماعية والاقتصادية والثقافية.

الجمعيات الموقّعة

  • اصوات نساء
  • الائتلاف التونسي لإلغاء عقوبة الاعدام
  • جمعية آفاق العامل التونسي
  • الجمعية التونسية الشارع فن
  • الجمعية التونسية للدفاع عن الحريات الفردية
  • الجمعية التونسية للدفاع عن القيم الجامعية
  • الجمعية التونسية لمساندة الأقليات
  • جمعية التونسيين بفرنسا
  • جمعية المواطنة والتنمية والثقافات والهجرة بالضفتين
  • جمعية خلق و ابداع من اجل التنمية و التشغيل
  • جمعية ذاكرة مشتركة من اجل الحرية
  • جمعية فنون وثقافات بالضفتين
  • جمعية مؤسسة حسن السعداوي للديمقراطية والمساواة
  • جمعية نشاز
  • جمعية يقظة من اجل الديمقراطية و الدولة المدنية
  • الرابطة التونسية للدفاع عن حقوق الإنسان
  • رابطة الكتاب التونسيين الأحرار
  • لجنة اليقظة من أجل الديمقراطية في تونس ببلجيكا
  • منتدى التجديد للفكر المواطني والتقدمي
  • المنظمة التونسية لمناهضة التعذيب
  • منظمة ذكرى و وفاء
  • منظمة 10_23 لدعم مسار الانتقال الديمقراطي

 

Partager cet article
Repost0
19 décembre 2020 6 19 /12 /décembre /2020 11:26

Journée Internationale des Migrants

Déclaration à l’adresse de Mr Hichem Mechichi chef du Gouvernement tunisien

La libre circulation et les mouvements migratoires sont une chance pour la paix et l’amitié entre les peuples. Ils n’ont rien à voir avec les extrémismes.

En visite officielle en France, le chef du gouvernement tunisien, M. Hichem Mechichi, a accordé une interview à la chaîne France 24 dans laquelle il a tenu des propos inacceptables concernant les Tunisien(ne)s en situation irrégulière en France – des propos dignes de ceux habituellement utilisés par l’extrême-droite française. En effet, affirmer comme le fait M. Mechichi que « qui dit immigration clandestine dit aussi terrorisme », ou que « les personnes se trouvant sur le territoire français d’une manière illégale ou qui constitueraient une menace pour nos amis ont vocation à rentrer chez eux… » est non seulement un amalgame dangereux mais également un signe qui en dit long sur le degré d’alignement de l’exécutif tunisien sur la politique de fermeture et d’expulsion prônée par le gouvernement français.

Les Tunisien(ne)s et leurs associations à l'étranger condamnent, avec la plus grande fermeté, les propos indignes du chef de gouvernement tunisien et rappellent que, si des dizaines de milliers de jeunes Tunisien(ne)s choisissent, souvent au péril de leur vie, de fuir le pays pour trouver un peu d’espoir d’une vie meilleure ailleurs, c’est d’abord en raison de l’échec des politiques économiques et sociales des gouvernements tunisiens successifs, dont le sien.

Les Tunisien(ne)s et leurs associations à l’étranger, qui n’ont eu de cesse de condamner le terrorisme, n’acceptent pas l’amalgame dangereux du chef du gouvernement tunisien et exigent qu’il s’explique publiquement sur ses propos indignes. Les Tunisien(ne)s et leurs associations à l’étranger demandent à la société civile et aux forces démocratiques en Tunisie de condamner les déclarations du chef du gouvernement tunisien, de créer les conditions d’un véritable débat national sur la question migratoire et d'adopter une stratégie migratoire nationale conformes aux droits de l'Homme et à l'intérêt des Tunisien(ne)s. Le désir massif des jeunes à vouloir quitter la Tunisie se heurte à la fermeture des frontières et au diktat des pays de l’Union européenne qui cherchent à imposer l’externalisation des frontières et à favoriser le retour massif des immigrés.

Un débat national doit être engagé pour prendre à bras le corps la question du retour en Tunisie de celles et ceux qui sont suspectés de connivence avec le terrorisme en Europe et ses conséquences sur la sécurité nationale de la Tunisie.

De même, il est indispensable que des réponses appropriées soient enfin trouvées à l’aspiration incompressible d’un grand nombre de compétences tunisiennes (y compris les jeunes diplômés) à l’émigration.

Non à l’amalgame et aux discours simplistes.

Non à l’alignement sur les politiques de fermeture et d’exclusion de l’Union européenne. 

Lien Entretien Hichem Mechichi Fr 24 

https://www.france24.com/fr/%C3%A9missions/l-entretien/20201214-hichem-mechichi-chef-du-gouvernement-tunisien-les-musulmans-vivent-librement-en-france
Paris, le 18 décembre 2020.

Premiers signataires 

Associations : Arts et Cultures des deux Rives (ACDR), Association des Tunisiens en France (ATF), Association des Tunisiens du Nord de la France (ATNF), Association des deux Rives, Association Démocratique des Tunisiens en France, Association le Pont de Genève (Suisse), Association Vigilance pour l Etat Civile – (Yakadha), Cap-med-FTCR – Marseille, Centre Inter-Culturel Formation Médiation, Comité pour le Respect des Libertés et des Droits de l’Homme en Tunisie (CRLDHT), Comité de Vigilance pour la Démocratie en Tunisie (CVDT) Belgique, Création Culture Citoyenneté 3C, CSP-92, Fawacil, Association d’étude de la pensée et de la société, Fédération des Tunisiens Citoyens des deux Rives (FTCR), Générations Solidaires, Mouvement Citoyen des Tunisiens en France (MCTF), Réseau Euro Maghrébin Citoyenneté et Culture (REMCC), Réseau IDD (Immigration Développement Démocratie), Union des Tunisiens pour une Action Citoyenne (UTAC), Zembra Echo, 

Personnes : ABASSI Mouhieddine, militant associatif, ABDESSAMAD Hichem, historien, militant associatif, AFFES Hafedh, enseignant, militant associatif -Lille, AKKARI Hedi, militant responsable associatif, ALLAL Mourad, directeur de Centre de formation, militant associatif, AMARA Ahmed, militant associatif, AYEB Habib, sociologue, AZAIEZ Nasr, avocat, BACCOUCHI Nejib, philosophe, BAABOURA Noureddine, conseiller juridique, militant associatif, BAHRI Moncef, militant associatif, BALTI Mohsen, secrétaire de la section France du parti des Travailleurs -Tunisie, BARDI Houcine, avocat militant associatif, BAZZA Mohammed Militant Associatif, BEN ABDALLAH Faycal, président de la FTCR, BEN ARFA Slim, militant politique, syndical et associatif, BEN BRIK Taoufik, écrivain, BEN DHIA Moez, militant politique et associatif, BEN GHORBEL Mohamed, militant politique et associatif, BEN HIBA Tarek, militant associatif, BENKHELIFA Selma, avocate au Barreau de Bruxelles, BENYAKHLEF Imed, acteur associatif Uni't, BEN KRAIEM Hédi, ingénieur, retraité, Toulouse, BEN MOUSSA Sassi, militant associatif, BENRAJEB Nacer, militant associatif, BEN SAID Mohamed, médecin, militant associatif, BHAR Mohamed, musicien, BOUDEN Hajer, traductrice, CHAABANE Nadia, féministe, députée de la  constituante en Tunisie, CHENCHABI Hédi directeur de Centre de formation, militant associatif, CHERBIB Mouhieddine, défenseur des droits de l’Homme, CHOUAIEB Jelloul, chef d'entreprise, DAKHLIA Jocelyne, historienne, anthropologue, enseignante à l' EHSS, DRIDI Mohsen, militant associatif, ELFAHEM Naceur, militant politique et associatif, EL GHOUL Chafik, enseignant, militant démocrate, ELLALA Mohamed Lakhdar, président de l ATF, ELLOUMI Chedly, militant associatif – Grenoble, ELLOUZE Mohamed FERJANI Claudette, enseignante, retraitée, FERJANI Mohamed Cherif, Professeur Honoraire de l'Université Lyon2, FOURATI Sarah, militante associative, GAFSIA Nawel, avocate, GHADHOUMI Mrad, militant associatif, GHARBI Najla, chercheuse enseignante, Rouen, GHRIBI Hatem, militant associatif, Strasbourg, HAJALI Fethi, militant associatif, Belgique, HAMMAMI Ines, maitresse de conférence, université Coté d'Azur, Nice, AMMAMI Nader, docteur en civilisation arabo-musulmane, HAMROUNI Mohamed, militant associatif, HAMROUNI POTHIER Radhia, militante associative, HAMZAOUI Mejed, Professeur universitaire Belgique, AHMED Chokri, politiste, universitaire Paris Dauphine, HORCHANI BOUAZIZI Abderrazak, HOUAICHIA Hédi, militant associatif – Lille, JABRANE Aicha, militante associative, JALLOUL Nacer, militant associatif,  JENDOUBI Kamel, militant des droits de l’Homme, KHABLACHI Saifallah, syndicaliste, retraité, KHENISSI Mohamed, president de l’association Nachaz-Dissonances, KHIRI Mohamed, militant associatif, JLASSI Chokri, militant politique, KITAR Abderrazak, militant associatif, LASSOUAD Abdou, militant associatif – Lièges, LASSOUAD Sanjurjo Ines, militante démocrate – Lièges, LIMAM Wajdi, sociologue, militant associatif Uni't, LTIFI Adel, historien, enseignant à la Sorbonne, MAKHLOUFI Sofiane, député à l’ARP, MANSAR Mohamed Militant Associatif, MATRI Jalel, président du Pont de Genève, M’HAMEDI Hend, militante associative, MILED Najet, libraire, MIZOUNI LINDENBERG Najet, enseignante, militante associative, MKADEM Faical, militant Associatif, MNAOUAR Maryam, activiste pour le Droit et la Justice, MOHSEN BEN AMEUR, citoyenne tunisienne, MOSBAH Mawaheb, militante politique, NACHI Mohamed, sociologue, militant associatif, Belgique, NAJAR Noureddine, Banquier retraité, OUARDA Habib, libraire, OUESLATI Ramzi, militant associatif, OUEZINI Bahija, militante pour les droits des femmes, REBAI Lilia, directrice Euromed-Droit, SAADALLAH Fathi, comédien et metteur en scène de Théâtre, SALAMA, Hassen, universitaire – Italie, SAMAH Sassi, SANHOURI Maher, militant associatif, SELMI Youssef, militant associatif – Grenoble, SENOUSSI Noureddine, militant politique, SMIDA Mohamed, militant politique et associatif, SRAIEB Hédi, économiste, THABET Thabet, militant politique (PTT), TLILI Ridha, Fondation Ahmed Tlili pour la Culture Démocratique, TOUKABRI Tarek, président de l'ADTF, coordinateur du CAITE, TRIFI Mokhtar, président d’honneur de la LTDH, YOUSSFI Hela, sociologue, universitaire Paris Dauphine, ZARRAD Azza, défenseure des Libertés, 

Partager cet article
Repost0
19 décembre 2020 6 19 /12 /décembre /2020 11:16

Pour la Journée internationale des droits humains jeudi, retrouvez l’interview croisée de Jean-Paul Benoit, président de la fédération de la Mutualité française (FMF), et de Malik Salemkour, président de la Ligue des droits de l’Homme (LDH)sur L’HUMANITÉ.FR

EXPULSION VIOLENTE DES CAMPEMENTS DE SAINT-DENIS PUIS DE RÉPUBLIQUE OUVERTURE AU COMPTE-GOUTTES DES PORTS AUX BATEAUX DE SECOURS EN MÉDITERRANÉE, DÉCRET DU 30 OCTOBRE RESTREIGNANT LA PRISE EN CHARGE DES DÉPENSES DE SANTÉ DES ÉTRANGERS : LA FRANCE A-T-ELLE UN PROBLÈME AVEC LES RÉFUGIÉS ?

Malik Salemkour Nous parlons de femmes et d’hommes qui au péril de leurs vies ont dû s’exiler, qui fuient des pays en guerre où règnent la violence et la misère, aspirant à retrouver la paix et l’espoir. La France est impliquée militairement dans les conflits du Moyen-Orient et d’Afrique et ne peut rester indifférente à leurs lourdes conséquences sur les populations civiles, particulièrement celles qui ont réussi à arriver en Europe et lui demandent asile. C’est un droit fondamental, internationalement reconnu et un devoir d’humanité. Partout où l’État a ouvert des centres d’accueil en France, cela se passe très bien. La solidarité est là, avec des élus locaux, des associations et des habitants accueillants. Mais le climat politique et médiatique est différent avec une déformation des réalités et des inquiétudes attisées par des idéologies nationalistes et xénophobes auxquelles les pouvoirs successifs ont cédé avec des lois durcissant toujours plus l’accès à l’asile et au séjour. Elles précarisent la situation de tous les étrangers en France et alimentent les voies irrégulières. Les associations humanitaires et de défense des droits dénoncent aussi des pratiques indignes comme à Calais, dans la Vallée de la Roya ou à Paris dernièrement avec des évacuations violentes de camps de fortune qui n’existent que par les insuffisances de structures d’accueil. Le problème reste celui d’un accès libre et effectif au droit d’asile et au séjour avec le respect des droits fondamentaux, avoir un toit, protéger les enfants, avoir un minimum de ressources et un accès aux soins particulièrement dans la dramatique crise sanitaire actuelle.

Jean-Paul Benoit Et je partage son constat : nous ne sommes pas face à une « crise des réfugiés », mais face à une crise de l’accueil des réfugiés. Et ce n’est pas la France, toute la société française, qui aurait un problème. Mais celles et ceux qui se mobilisent pour venir en aide aux réfugiés, pour leur trouver où dormir, puisqu’on en est là, pour leur donner accès aux soins, pour les accompagner dans le maquis réglementaire que 49 lois successives en 45 ans ont créé sont traînés devant les tribunaux comme si, par une nauséabonde inversion des valeurs, la solidarité était devenue un délit. Les mêmes ont été accusés par les autorités, à l’occasion du campement de fortune de la place de la République, de « faire de la mise en scène ». Mais la seule mise en scène dans toute cette histoire, ce sont les responsables politiques qui la font en faisant des réfugiés des boucs émissaires ! L’extrême-droite a réussi à imposer ses thématiques et ses fantasmes dans le débat public avec la complicité de dirigeants politiques cyniques et irresponsables. Ce qui nous amène à des politiques publiques proprement sidérantes. Le décret Castex-Véran du 30 octobre qui restreint la prise en charge des frais de santé des étrangers en apporte une nouvelle preuve. Ce texte écrit sans, bien sûr, consulter les corps intermédiaires, met en danger les enfants, les femmes et les hommes en situation d’extrême précarité en les privant concrètement du droit à la santé. Mais, par ricochet, il atteint aussi toute la société ; parce que restreindre l’accès à la santé d’une partie de la population a des conséquences sur l’ensemble. On devrait avoir compris ça à l’heure de la Covid !

RÉCEMMENT CHEZ NOS CONFRÈRES DE BRUT, E. MACRON A RÉCUSÉ TOUTE DÉRIVE AUTORITAIRE. QU’EN PENSEZ-VOUS ?

Malik Salemkour La réalité est celle de son choix d’un présidentialisme exacerbé et l’affaiblissement de tous les contre-pouvoirs : le Parlement, la justice, les partenaires sociaux. L’Exécutif, avec les ministres et les préfets, a vu ses pouvoirs s’hypertrophier au fil des lois dans tous les domaines, au détriment des juges, des élus locaux et surtout des libertés publiques de toutes et tous. La gestion de la pandémie de la COVID est exemplaire avec la décision d’un état d’urgence sanitaire, alors qu’on avait déjà vécu au début du quinquennat un état d’urgence au nom de la lutte contre le terrorisme. Le Président décide seul avec un conseil de défense occulte et impose ses arbitrages annoncés dans les médias. E. Macron veut un dialogue direct avec les Françaises et les Français, comme il l’avait fait face à la crise des gilets jaunes avec le « grand débat national » ou face aux enjeux climatiques avec la conférence citoyenne pour le climat. Le Parlement, les élus, les forces politiques, les syndicats, les associations sont court-circuités ce qui affaiblit notre démocratie, la force du dialogue social et civil et ainsi la capacité à construire une délibération collective, travaillée avec toutes les parties prenantes pour un arbitrage éclairé et partagé. Or cette méthode autoritaire et infantilisante conduit à de fortes tensions, à des mouvements sociaux crispés, à des oppositions violentes et des opinions inconciliables avec en corollaire des réponses sécuritaires et de contrôles généralisés de toute la population. Le risque est grand de désespérer du politique, ouvrant la voie aux pires alternatives, l’extrême droite et les populismes sont aux aguets. L’apaisement est urgemment nécessaire qui passe par le retour d’une démocratie équilibrée, un état de droit garanti par l’équilibre des pouvoirs et la défense des libertés.

Jean-Paul Benoit Je crains que le chef de l’État ne vive dans un monde parallèle ! Un peu comme son collègue d’outre-Atlantique qui croit encore avoir gagné les élections. En Mutualité nous ne plaisantons ni avec la démocratie ni avec les libertés fondamentales. C’était d’ailleurs un des sujets de notre tout récent congrès à Brest. Vous savez, le monde mutualiste s’est construit, dans sa forme moderne, autour de l’idée démocratique à une époque, le Second Empire, où la France n’était pas une démocratie. C’est vous dire que ça vient de loin et que c’est ancré solidement dans les valeurs de notre mouvement. Et là, la dérive est visible à l’œil nu. Prolongeons l’exemple de la crise de la covid-19. Sa gestion par le gouvernement est exclusivement verticale, sans démocratie, sans corps intermédiaire et, même, sans le parlement, on l’a dit ! Elle repose sur l’opacité et est principalement fondée sur un « fais pas-ci, fais pas-ça » hebdomadaire infantilisant. Or, la démocratie n’est pas une élégance mais une méthode de gouvernement qui, en impliquant les personnes « gouvernées » en amont des prises de décision, permet que ces dernières soient éclairées de leurs expertises et de leur expérience. Et puis, pour lutter contre une pandémie, il ne suffit pas d’obéir à des règles de précautions. Il faut le faire mais ça ne suffit pas. Il faut que chacun se mobilise, adapte consciemment sa manière de vivre, ait la latitude de mettre en œuvre de nouvelles formes de solidarité. Injonction, infantilisation et stigmatisation ne fonctionnent pas, c’est la pandémie de Sida qui nous a appris ça. Quelle désolation de ne pas en avoir tiré la leçon.

VOUS VOILÀ BIEN SOMBRES SUR LES DROITS HUMAINS AU PAYS DES LUMIÈRES…

Jean-Paul Benoit Malik Salemkour et moi, à des titres différents, sommes conscients des difficultés et partageons une préoccupation commune. Avec nous, j’en suis convaincu, bien des militantes et des militants, bien des organisations, bien des habitants de ce pays partagent le constat que nous avons brossé. Et si la situation est inquiétante, nous ne cédons pas à la fatalité. Nous avons aussi des raisons d’espérer et de tenir nos engagements solidaires et humanistes. Dans la période récente, nous avons, par exemple, travaillé avec des militants de la LDH, de Médecins du Monde pour préparer le congrès la Fédération des mutuelles de France en octobre dernier. Nous soutenons, depuis longtemps, le Secours Populaire, et d’une manière générale, nous participons à toutes les initiatives qui visent à respecter la dignité humaine, à valoriser l’entraide et la solidarité… Nous sommes convaincus que c’est, sur la base de ces valeurs communes, en échangeant, en se parlant et en agissant ensemble, que notre pays et ses habitants iront mieux !

Malik Salemkour La France est forte de ces citoyennes et citoyens. Bien sûr, il y a des peurs, des inquiétudes sur leurs conditions de vie, sur les perspectives, des colères contre les injustices et les inégalités qu’ils vivent. Mais les mobilisations collectives dans la rue ou sur les réseaux sociaux qui se multiplient sont porteuses d’espoir si on les écoute bien. Elles appellent à être acteur de son destin, à plus d’égalité, plus de justice, à des droits égaux pour toutes et pour tous. Toutes portent au cœur notre idéal républicain et appellent les dirigeants à le rendre concret partout et pour tous. Je pense également à cette jeunesse engagée pour l’avenir de notre planète contre le réchauffement climatique, contre le racisme, contre la pauvreté, pour l’égalité entre les femmes et les hommes, pour les droits des personnes LGBTI. Nous avons aussi tous vécu lors du premier confinement, la puissance de la solidarité avec des initiatives remarquables entre habitants d’un même quartier, d’une même ville quel que soit leur âge, leur origine, leur religion, leur fortune. Je reste donc optimiste. Il reste à traduire ses aspirations en projet commun dans une démocratie apaisée. La Déclaration universelle des droits de l’Homme offre un cadre fort pour l’éclairer. C’est à chacune et chacun d’y apporter sa pierre par son engagement et sa participation à ces débats dans la richesse de nos diversités. La FMF et ses membres avec l’expérience mutualiste ont avec la LDH à prendre toute leur place dans cet ambitieux chantier.

Retrouvez l’interview croisée sur L’HUMANITÉ.FR

Partager cet article
Repost0
8 décembre 2020 2 08 /12 /décembre /2020 16:52

تونس في 8 ديسمبر 2020

 

جمعيات تونسية تُندد باتخاذ البرلمان مطية للتّضليل والتحريض على الكراهية وتشويه سُمعة المرأة و فضاء لممارسة العنف الجسدي

تُندّد الجمعيات التونسية المُوقعة أسفله بتمادي اتخاذ البرلمان، الذي ضحّى من أجله - بالنفس والنفيس - آلاف من نساء تونس ورجالها، مطية للتضليل والتدجيل، والتحريض على التفرقة والكراهية وممارسة العنف اللفظي و الجسدي، وكيل أشنع الشتائم والقذف للتونسيات المُتمسكات بحقّهن في الحرية والمُساواة والعدل، وثلب كل التونسيين الدّاعمين لهذا الحق، وتشويه سُمعة قادة الحركة الوطنية ومُؤسسي الدولة التونسية.

وتستنكر وقوف رئاسة مجلس نواب الشعب والسلطة القضائية موقف المُتفرج، ازاء ما تفوّه به النائب التكفيري محمد العفاس (كتلة "ائتلاف الكرامة")، يوم 3 ديسمبر الجاري في الجلسة العامة المُخصّصة لمناقشة ميزانية وزارة المرأة والأسرة والطفولة وكبار السن، من استهتار بحقوق المرأة - المضمونة دستوريا منذ أكثر من 60 سنة – واعتداء على كرامتها، وتحريض على الفتنة و"سحق" من يُعارضون قراءته الوهابية للدين الإسلامي، المُهدّدة لسلامة تونس واستقرار دولتها المدنية.

وتُحذّر الجمعيات التونسية المُوقّعة من خطورة هذا الخطاب الذي يتّخذ المؤسسة التشريعية – العاجزة عن تحمّل مسؤولياتها المساهمة في وقف التدهور المُستمر للأوضاع الاجتماعية والاقتصادية الخانقة – منبرا لحث التونسيات والتونسيين على التباغض، والتفرقة، وتكفيرالحق في الاختلاف، وإهانة المرأة، التي تتعرّض الى مزيد من العنف، حسب احصاءات رسمية وغير حكومية.

و بناء عليه:

· تدعو الجمعيات المُوقّعة الى رفع الحصانة البرلمانية عن كل من تثبت ادانته من أعضاء هذه الكتلة التي تخصّصت في مُعاداة حرية الرأي والضمير والتعبير والصحافة، والحق في الحياة، وفي ممارسة العنف ضد مخالفيها. وآخر اعتداء بالعنف الشديد، شنّه عدد من أعضاء هذه الكتلة الفوضوية، حدث في 7 ديسمبر الجاري تحت قبة مجلس نواب الشعب، واستهدف عددا من أعضائه المُنتمين الى كتل مُختلفة، وخاصة الكتلة الديمقراطية.

· تُندّد بالحصار الذي فرضه في نفس اليوم عدد من أتباع النائب سعيد الجزيري، مالك اذاعة خاصة تبُث خارج القانون ، لمقر الهيئة العليا المستقلة للاتصال السمعي البصري. وقد رفع أتباع هذا النائب الذي لا يقل فوضوية وعداء للدولة المدنية من أعضاء "ائتلاف الكرامة"، شعارات تكفيرية ومُهدّدة لسلامة أعضاء الهيئة وموظّفيها ، من بينها: "لا إلاه إلا الله والهيكا عدو الله".

· وتُطالب الجمعيات المُوقّعة بمُقاضاة النائب سيف الدين مخلوف، رئيس كتلة "ائتلاف الكرامة"، بسبب ترويجه في جلسة عامة بمجلس نواب الشعب في 28 نوفمبر لخبر كاذب ومُهدّد للصحة العمومية يتعلّق ب"اكتشاف" دواء في تونس يحمي من جائحة "الكورونا".

· وتدعو، من جهة أخرى، السلطات القضائية الى القاء الضوء على عملية السرقة وحرق كتب ووثائق، التي طالت في 28 نوفمبر الماضي بمدينة سوسة بيت الأستاذة الجامعية والكاتبة آمنة الرميلي - المعروفة بمواقفها الناقدة لقادة مُختلف الأحزاب السياسية الماسكة بزمام الحكم منذ نهاية 2011 - وزوجها الأستاذ الجامعي البشير الوسلاتي.

 

الجمعيات المُوقّعة

§         الأورو متوسطية للحقوق

§         الائتلاف التونسي لإلغاء عقوبة الاعدام

§         جمعية آفاق العامل التونسي

§         جمعية التلاقي للحرية والمساواة

§         الجمعية التونسية الشارع فن

§         الجمعية التونسية للأمم المتحدة

§         الجمعية التونسية للدفاع عن الحريات الفردية

§         الجمعية التونسية للدفاع عن القيم الجامعية

§         الجمعية التونسية للنساء الديمقراطيات

§         الجمعية التونسية للوقاية الايجابية

§         جمعية التونسيين بفرنسا

§         جمعية المواطنة والتنمية والثقافات والهجرة بالضفتين

§         جمعية النساء التونسيات للبحث حول التنمية

§         جمعية بيتي

§         جمعية تفعيل الحق في الاختلاف

§         جمعية خلق و ابداع من اجل التنمية و التشغيل

§         جمعية فنون وثقافات بالضفتين

§         جمعية مواطنة و حريات

§         جمعية مؤسسة حسن السعداوي للديمقراطية والمساواة

§         جمعية نشاز

§         جمعية يقظة من اجل الديمقراطية و الدولة المدنية

§         دمج الجمعية التونسية للعدالة و المساواة

§         ذكرى ووفاء

§         الرابطة التونسية للدفاع عن حقوق الإنسان

§         لجنة اليقظة من أجل الديمقراطية في تونس ببلجيكا

§         اللجنة من أجل احترام الحريات وحقوق الإنسان في تونس

§         مبادرة موجودين للمساواة

§         المرصد الوطني للدفاع عن مدنية الدولة

§         مركز تونس لحرية الصحافة

§         منتدى التجديد للفكر المواطني والتقدمي

§         المنظمة التونسية لمناهضة التعذيب

§         منظمة 10_23 لدعم مسار الانتقال الديمقراطي

§         النقابة الوطنية للصحفيين التونسيين

Partager cet article
Repost0
8 décembre 2020 2 08 /12 /décembre /2020 16:20

Bonjour

Ci-dessous une initiative de la Mairie du 20e  et du Bus de la solidarité du barreau de Paris jeudi prochain : des permanences pour aider à la préparation du dépôt de plainte pour les victimes de violences conjugales et intrafamiliales.

 

En vous souhaitant une bonne réception,

Cordialement,

Amélie Videau

OPVF/Ville de Paris

 


Objet : Atelier le 9/12 de préparation au dépôt de plainte

 

Bonjour à toutes et à tous,

Dans la poursuite des actions menées à l’occasion de la journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes,

nous tenons à vous informer de la tenue mercredi 9 décembre de 12h à 15h au bus de la solidarité, d’un atelier dédié à la préparation et à l’explication du dépôt de plainte des femmes victimes de violences.

2 avocates pénalistes spécialisées sur les sujets des violences conjugales et intrafamiliales seront ainsi présentes pour préparer les femmes victimes de violences à cette procédure importante.

                                               

Vous trouverez en pièce-jointe l’affiche de l’événement.

Nous vous invitons à relayer largement cette initiative, pour aider les femmes qui en ont besoin à s’informer sur la procédure.

                              

Bien à vous,

 

 

Alix Vernotte
Chargée de mission démocratie locale, vie associative, citoyenneté, lutte contres les inégalités et les violences faites aux femmes, accès aux droits
Cabinet d’Eric Pliez

 

Logo Paris 20 fier

 

 

cid:image002.png@01D6A19F.40DA7920 cid:image003.png@01D6A19F.40DA7920 cid:image004.png@01D6A19F.40DA7920 cid:image005.png@01D6A19F.40DA7920

 

Partager cet article
Repost0