Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Adresse : ATF, 5 rue Louis Blanc, 75010 Paris 

Tél. : 01.45.96.04.06, 

Fax. : 01.45.96.03.97,

Recherche

Articles Récents

Liens

8 décembre 2020 2 08 /12 /décembre /2020 16:17

تونس في 8  ديسمبر 2020

 

جمعيات تونسية تُندد باتخاذ البرلمان مطية للتّضليل والتحريض على الكراهية وتشويه سُمعة المرأة و فضاء لممارسة العنف الجسدي

تُندّد الجمعيات التونسية المُوقعة أسفله بتمادي اتخاذ البرلمان، الذي ضحّى من أجله - بالنفس والنفيس - آلاف من نساء تونس ورجالها، مطية للتضليل والتدجيل، والتحريض على التفرقة والكراهية وممارسة العنف اللفظي و الجسدي، وكيل أشنع الشتائم والقذف للتونسيات المُتمسكات بحقّهن في الحرية والمُساواة والعدل، وثلب كل التونسيين الدّاعمين لهذا الحق، وتشويه سُمعة قادة الحركة الوطنية ومُؤسسي الدولة التونسية.

وتستنكر وقوف رئاسة مجلس نواب الشعب والسلطة القضائية موقف المُتفرج، ازاء ما تفوّه به  النائب التكفيري محمد العفاس (كتلة "ائتلاف الكرامة")، يوم 3 ديسمبر الجاري في الجلسة العامة المُخصّصة لمناقشة ميزانية وزارة المرأة والأسرة والطفولة وكبار السن، من استهتار بحقوق المرأة - المضمونة دستوريا منذ أكثر من 60 سنة – واعتداء على كرامتها، وتحريض على الفتنة و"سحق" من يُعارضون قراءته الوهابية للدين الإسلامي، المُهدّدة لسلامة تونس واستقرار دولتها المدنية.

وتُحذّر الجمعيات التونسية المُوقّعة من خطورة هذا الخطاب الذي يتّخذ المؤسسة التشريعية – العاجزة عن تحمّل مسؤولياتها المساهمة في وقف التدهور المُستمر للأوضاع الاجتماعية والاقتصادية الخانقة – منبرا لحث التونسيات والتونسيين على التباغض، والتفرقة، وتكفيرالحق في الاختلاف، وإهانة المرأة، التي تتعرّض الى مزيد من العنف، حسب احصاءات رسمية وغير حكومية.

و بناء عليه:

· تدعو الجمعيات المُوقّعة الى رفع الحصانة البرلمانية عن كل من تثبت ادانته من أعضاء هذه الكتلة التي تخصّصت في مُعاداة حرية الرأي والضمير والتعبير والصحافة، والحق في الحياة، وفي ممارسة العنف ضد مخالفيها. وآخر اعتداء بالعنف الشديد، شنّه عدد من أعضاء هذه الكتلة الفوضوية، حدث في 7 ديسمبر الجاري تحت قبة مجلس نواب الشعب، واستهدف عددا من أعضائه المُنتمين الى كتل مُختلفة، وخاصة الكتلة الديمقراطية.

· تُندّد بالحصار الذي فرضه في نفس اليوم عدد من أتباع النائب سعيد الجزيري، مالك اذاعة خاصة تبُث خارج القانون ، لمقر الهيئة العليا المستقلة للاتصال السمعي البصري. وقد رفع أتباع هذا النائب الذي لا يقل فوضوية وعداء للدولة المدنية من أعضاء "ائتلاف الكرامة"، شعارات تكفيرية ومُهدّدة لسلامة أعضاء الهيئة وموظّفيها ، من بينها: "لا إلاه إلا الله والهيكا عدو الله".

· وتُطالب  الجمعيات المُوقّعة بمُقاضاة النائب سيف الدين مخلوف، رئيس كتلة "ائتلاف الكرامة"، بسبب ترويجه في جلسة عامة بمجلس نواب الشعب في 28 نوفمبر لخبر كاذب ومُهدّد للصحة العمومية  يتعلّق  ب"اكتشاف" دواء في تونس يحمي من  جائحة "الكورونا".

· وتدعو، من جهة أخرى، السلطات القضائية الى القاء الضوء على عملية السرقة وحرق كتب ووثائق، التي طالت في 28 نوفمبر الماضي بمدينة سوسة بيت الأستاذة الجامعية والكاتبة آمنة الرميلي - المعروفة بمواقفها الناقدة لقادة مُختلف الأحزاب السياسية الماسكة بزمام الحكم منذ نهاية 2011 - وزوجها الأستاذ الجامعي البشير الوسلاتي.

 

الجمعيات المُوقّعة

§         الأورو متوسطية للحقوق

§         الائتلاف التونسي لإلغاء عقوبة الاعدام

§         جمعية آفاق العامل التونسي

§         جمعية التلاقي للحرية والمساواة

§         الجمعية التونسية الشارع فن

§         الجمعية التونسية للأمم المتحدة

§         الجمعية التونسية للدفاع عن الحريات الفردية

§         الجمعية التونسية للدفاع عن القيم الجامعية

§         الجمعية التونسية للنساء الديمقراطيات

§         الجمعية التونسية للوقاية الايجابية

§         جمعية التونسيين بفرنسا

§         جمعية المواطنة والتنمية والثقافات والهجرة بالضفتين

§         جمعية النساء التونسيات للبحث حول التنمية

§         جمعية بيتي

§         جمعية تفعيل الحق في الاختلاف

§         جمعية خلق و ابداع من اجل التنمية و التشغيل

§         جمعية فنون وثقافات بالضفتين

§         جمعية مواطنة و حريات

§         جمعية مؤسسة حسن السعداوي للديمقراطية والمساواة

§         جمعية نشاز

§         جمعية يقظة من اجل الديمقراطية و الدولة المدنية

§         دمج الجمعية التونسية للعدالة و المساواة

§         ذكرى ووفاء

§         الرابطة التونسية للدفاع عن حقوق الإنسان

§         لجنة اليقظة من أجل الديمقراطية في تونس ببلجيكا

§         اللجنة من أجل احترام الحريات وحقوق الإنسان في تونس

§         مبادرة موجودين للمساواة

§         المرصد الوطني للدفاع عن مدنية الدولة

§         مركز تونس لحرية الصحافة

§         منتدى التجديد للفكر المواطني والتقدمي

§         المنظمة التونسية لمناهضة التعذيب

§         منظمة  10_23 لدعم مسار الانتقال الديمقراطي

§         النقابة الوطنية للصحفيين التونسيين

 

 

Partager cet article
Repost0
1 décembre 2020 2 01 /12 /décembre /2020 14:33


 Association des Tunisiens en France  

 

 

 

Communiqué

 

A l’occasion de la journée mondiale de lutte contre le Sida-Vih, l’Association organise une exposition de rue d’affiches bilingues sur la vitrine de son local (16 m de long), pour exprimer notre

 

En effet, malgré la crise sanitaire due à la Covid-19, le sida-Vih est toujours présent et continue à apporter la mort de milliers de personnes.

L’ATF étant engagée depuis 1989 dans la lutte contre le VIH-Sida et elle continue cette tâche.

Nous rappelons toutes et tous à ne pas oublier que le VIH-Sida malgré les avancées réalisées, aucun médicament qui peut guérir de ce virus ni un vaccin.

Pour cela nous disons avec l’ONUSIDA

 

Solidarité mondiale et responsabilité partagée

 

Du 01 au 06 décembre 2020

 

 

Association des Tunisiens en France 3-5, rue Louis Blanc 75010 Paris

Tel. : 00.33.9.75.82.80.20, E-mail atf.bn@orange.fr

Site : http//www.atf-federation.org

Partager cet article
Repost0
11 novembre 2020 3 11 /11 /novembre /2020 22:13

Halte aux intimidations et aux amalgames !

Les locaux de l’association L’ACORT (Assemblée Citoyenne des Originaires de Turquie) ont été tagués le matin du 9 novembre 2020, avec l’inscription : « Islam = Mort ».

Nous, associations démocratiques de l’immigration et de solidarité internationale, dénonçons avec la plus grande fermeté un tel acte d’intimidation vis-à-vis d’une association qui n’a cessé, depuis sa création, de lutter contre toutes les formes de discriminations et de racisme.

Ces tags s’inscrivent dans une logique de susciter un climat de tension, de haine et de stigmatisation, créant l’amalgame entre une religion et des terroristes se réclamant d’elle. Ils sont l’expression de la connivence entre les pratiques de l’extrême-droite française et l’intégrisme religieux qui se nourrissent mutuellement.

Contre ces amalgames, nous réaffirmons notre rejet de ces pratiques mortifères et appelons à plus de solidarité, de justice sociale et de respect des droits humains.

Paris le 11 novembre 2020

 Premiers signataires :

Associations :

- Agir pour le changement et la démocratie en Algérie (ACDA

- Association Arts et Cultures Engagés du Monde (ACEM)

Actions Citoyennes Interculturelles (ASTU)

- Association Art et Culture des deux Rives (ACDR)

- Association CIBELE

 Association Culturelle des Travailleurs Immigrés de Turquie (ACTIT

- Association de Défense des droits de l’Homme au Maroc (ASDHOM)

- Association Démocratique des Tunisiens en France (ADTF)

- Association des Familles des Prisonniers et Disparus Sahraouis (AFPDS)

Association Femmes Plurielles (AFP)

- Association Groupe Accueil et Solidarité (GAS)

- Association des Marocains en France (AMF)

- Association Pateras de La vida au Maroc

- Association des Travailleurs Maghrébins de France (ATMF)

 Association des Tunisiens en France (ATF)

Association de Solidarité Franco Anatolien (ASFA)

- Association pour la taxation des transactions financières et pour l’action citoyenne (ATTAC)

- Centre d’Etudes et d’Incitatives de Solidarité Internationale CEDETIM

Centre de Recherche et d’Information pour le Développement (CRID)

CIMADE

- Conseil de Coordination des Organisations Arméniennes de France (CCAF)

- Collectif 3 C

Collectif « Changer de Cap »

- Conseil Démocratique Kurde de France (CDK F)

- Coalitions Internationale des Sans Papiers et Migrants (CISPM)

 - Collectif Régional pour la Coopération Nord-Sud -IDF (CORENS)

- Collectif du 10 Novembre contre l’Islamophobie

-  Collectif pour l'Avenir des foyers (Copaf)

- Comité Pour le Respect des Liberté et des Droits de l’Homme en Tunisie (CRLDHT)

- Comité de Vigilance pour la Démocratie en Tunisie – Belgique (CVDT)

- Droit Au Logement (DAL)

Droits Devant / Droits Ici et Là-Bas (DIEL)

Espace Universel

- Europe Solidaire Sans Frontières (ESSF)

- Fédération des Associations de Solidarité avec Tou-te-s les Immigré-e-s (FASTI)

 Fédération des Associations des Travailleurs et des Jeunes (DIDF - issus de l'immigration turque et kurde) 

- Fédération Internationale pour les Droits de l’Homme (FIDH)

- Fédération des Tunisiens Citoyens des deux Rives (FTCR)

Fondation Copernic

- France Kurdistan

- Front Uni Des Immigrations et des Quartiers Populaires (FUIQP)

- Global Social Justice (GSJ)

- Groupe d’Information et de Soutien aux Travailleurs Immigrés (GISTI)

- Groupe de Réflexion et Action Féministes (GRAF)

- Immigration Développement Démocratie (IDD)

La voix des jeunes Evry

- Ligue des Droits de l’Homme (LDH)

- Manifeste des Libertés

Migreurop

- Mouvement Citoyen des Tunisiens en France (MCTF)

- Mouvement contre le Racisme et l’Amitié entre le Peuple (MRAP)

Mouvement de la Paix

People's Health Movement France/ Mouvement Populaire pour la santé

- Réseau Euromed France (REF)

Réseau Euro-Maghrébin Citoyenneté et Culture (REMCC)

- Réseau d’Information et de Documentation pour la Solidarité et le Développement Durable (RITIMO)

-  Solidarité Laïque (SL)

- Solidarité avec les Universitaires pour la Paix et Défense des Droits Humains en Turquie (SUP-DDH)

- Union Culturelle Française des Arméniens de France (UCFAF)

- Union Juive Française pour la Paix (UJFP)

- Union des Tunisiens pour l’Action Citoyenne (UTAC)

  Syndicats :

-          Confédération Général du Travail (CGT)  

-          Fédération Indépendante et Démocratique Lycéenne (FILD)  

-          Mouvement National Lycéen (MNL)   

-          Syndicat National des Journalistes CGT (SNJ-CGT)  

-          Union Départemental CGT de Paris (UD CGT de Paris)  

-          Union Syndicale Unitaire (Solidaires)  

-          Union Nationale Lycéenne (UNL)       

 Partis : 

Ensemble (Mouvement pour une Alternative de Gauche, Écologiste et Solidaire)

- Europe Ecologie Les Verts (EELV)

- La France Insoumise (FI)

- Fédération de Paris du Parti Socialiste 

- La Gauche Démocratique et Sociale (GDS)

- Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA)

- Parti Communiste Français (PCF)

- Parti Communiste des Ouvriers de France (PCOF)

- Pour une Ecologie Populaire et Sociale (PEPS)

- Union Communiste Libertaire (UCL)

 Partis et Associations du 10eme : (Le Local de l’ACORT Paris 10ème)

 - Centre d’Animation de Paris 10ème (CRL 10)

- Centre social Paris des faubourgs du 10ème

- Français Langue d’Accueil (FLA)

Ligue des Droits de l’Homme- section 10/11

 Ensemble !  10e

 Europe Ecologie Les Verts (EELV Paris 10e )

 France Insoumise 10e

 Génération.s 10e

 Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA 10e )

 Part Communiste Français (PCF 10e)

 Parti de Gauche (PG 10e )

 Parti Socialiste du 10e (PS 10e)

 

Partager cet article
Repost0
7 novembre 2020 6 07 /11 /novembre /2020 00:13
Lire la tribune collective, signée par Malik Salemkour et Michel Tubiana, dans MEDIAPART
 
« Le corps de Maher Al-Akhras, c’est aussi le corps de milliers de Palestinien-ne-s, et des plus de 4 400 personnes détenues dans les prisons israéliennes […] La détention administrative est une arme de guerre, un moyen de contenir les corps et les esprits. » M. Al-Akhras, Palestinien arrêté sans charges ni procès, est en grève de la faim depuis 103 jours. Annie Ernaux, Bertrand Badie, Malik Salemkour, Michel Tubiana et un collectif de personnalités demandent sa libération et celle des autres prisonnier-e-s politiques palestinien-ne-s. 
 

103 jours de grève de la faim, 103 jours de combat contre son arrestation et sa détention sans charges ni procès pour Maher al-Akhras. 

Arrêté le 27 Juillet 2020, puis arbitrairement placé en détention administrative, ce Palestinien de quarante-neuf ans et père de six enfants ne cesse de réclamer sa libération face à l’injustice que représente son emprisonnement sur ordonnance. 

C’est le jour même de son arrestation que Maher Al-Akhras met son corps en grève, refusant de s’alimenter et de boire tout autre liquide que l’eau pour dénoncer la décision inique des autorités israéliennes. En effet, aucune enquête sérieuse n’a été menée à son sujet, et aucune charge ne pèse réellement contre lui. Arrêté une première fois en 1989, puis en 2004, Maher Al-Akhras n’en est pas à sa première expérience des prisons israéliennes ; militant pour la libération de la Palestine, il est accusé sans preuves de faire partie d’un groupe terroriste.

Suite à une requête de son avocat, l’ordre de détention administrative est « gelé » en Septembre, octroyant des droits de visite au détenu sans pour autant révoquer son emprisonnement. Mais Al-Akhras ne compte pas se laisser intimider par cette tentative de briser sa résistance – tentative qui laissait également apparaître l’éventualité de la reprise de la détention sitôt l’urgence vitale écartée. En Octobre, le procureur militaire israélien rejette une seconde demande de suppression pure et simple de l’ordre de détention. 

Maher Al-Akhras n’a pas besoin d’allègements ni de suspensions provisoires, il exige de retrouver sa dignité et sa liberté. En octobre, le COMITÉ INTERNATIONAL DE LA CROIX-ROUGE avait qualifié son état de santé de « critique ». Combien de temps encore allons-nous laisser cet homme, symbole de la résistance de tout un peuple qui subit depuis plus de soixante ans les humiliations, l’oppression, l’apartheid, les détentions injustes, se dégrader jusqu’à mourir entre les murs de l’hôpital Kaplan ?

Le corps de Maher Al-Akhras, c’est aussi le corps de milliers de Palestinien·ne·s, en particulier des plus de 4 400 personnes actuellement détenues dans les prisons israéliennes – dont 350 en détention administrative -, des 155 enfants emprisonnés et des 850 000 activistes ou simples citoyen.ne.s qui, depuis 1967, ont peuplé les prisons parfois pendant des années parce qu’ils/elles avaient simplement commis l’erreur d’exister[1].

La détention administrative est une arme de guerre, un moyen de contenir les corps et les esprits. Héritage du mandat britannique sur la Palestine, ce mode d’emprisonnement est utilisé par Israël afin de mettre des militants hors d’état de nuire sans chef d’accusation ni accès au dossier pour la défense, et cela pour six mois renouvelables. Cette pratique, intensifiée depuis 2008, est un déni flagrant des Droits humains. En 2016, le COMITÉ DES NATIONS UNIES CONTRE LA TORTURE (« UNCAT ») a appelé le gouvernement israélien à « prendre les mesures nécessaires pour mettre fin à la pratique de la détention administrative et s’assurer que toutes les personnes qui sont actuellement en détention administrative bénéficient de toutes les garanties juridiques de base ».

Pour la dignité, pour la justice, pour la liberté et l’égalité, nous, organisations, mouvements, personnalités ou citoyen·ne·s, prenons position et affirmons notre opposition à la détention de Maher Al-Akhras et à celle des prisonnier·e·s politiques palestinien·ne·s détenu·e·s selon les mêmes modalités que lui. Contre l’emprisonnement sans charges ni procès des esprits et corps libres, élevez votre voix !

Signataires :
Bertrand Badie, professeur émérite à Science-Po Paris
Jérôme Bonnard et Murielle Guilbert, porte-paroles de l’Union Syndicale Solidaires 
Rony Brauman, médecin et essayiste
Marie Buisson, secrétaire générale de la FERC- CGT (Fédération de l’éducation de la recherche et de la culture CGT)
Annick Coupé, secrétaire générale d’Attac France (Association pour la Taxation des Transactions financières et l’Action Citoyenne)
Annie Ernaux, écrivaine
Bernadette Forhan, présidente de l’Acat-France (Action des Chrétiens pour l’Abolition de la Torture)
Nacira Guénif, sociologue, université Paris 8
Olivier Le Cour Grandmaison, universitaire
Henry Masson, président de La Cimade (Comité inter-mouvements auprès des évacués)
Malik Salemkour et Michel Tubiana, président et président d’honneur de la LDH (Ligue des droits de l’Homme – LDH)
Benoît Teste, secrétaire général de la FSU (Fédération Syndicale Unitaire)

[1] Sources et chiffres : HTTP://WWW.ADDAMEER.ORG/

Paris, le 6 novembre 2020

Lire la tribune dans MEDIAPART

Partager cet article
Repost0
5 novembre 2020 4 05 /11 /novembre /2020 21:13

PÉTITION

IL EST DE NOTRE RESPONSABILITÉ D’AFFRONTER LE TERRORISME ET LES DISCOURS D’INCITATION À LA HAINE !
Pétition : Il est de notre responsabilité d’affronter le terrorisme et les discours d’incitation à la haine !
Auteur(s) :
Personnalités, organisations et associations tunisiennes (en Tunisie et à l'Etranger)
Destinataire(s) :
Gouvernements tunisien et européens
La pétition

Il est de notre responsabilité d’affronter le terrorisme et les discours d’incitation à la haine

 

A l’heure où des imams appellent à boycotter les produits français pour marquer leur défense du prophète Mohammed ; à l’heure où le président de la République lui-même cible celles et ceux qui « menacent la umma musulmane », en omettant  de dénoncer fortement et sans ambiguïté les crimes terroristes, et où des élus de l’Assemblée des représentants du peuple (ARP) s’en prennent ad hominem aux intellectuels, aux universitaires, aux artistes et aux juristes qui ont condamné les discours d’incitation à la haine et à la violence, en les taxant, en des termes d’une rare vulgarité, de servilité à l’égard de la France…, un islamiste extrémiste tunisien est passé à l’acte jeudi 29 octobre en perpétrant une opération terroriste effroyable dans une  basilique du centre-ville de Nice qui a fait  trois victimes.

 

Nous, personnalités, organisations et associations signataires, présentons nos condoléances les plus attristées aux familles des victimes ainsi qu’au peuple français, en les assurant de notre solidarité sans faille. 

 

- Nous condamnons avec véhémence cette opération terroriste, comme nous le faisons pour tous les actes criminels et terroristes qui visent des citoyens pacifiques.

 

- Nous considérons que le terrorisme se nourrit du laxisme moral, juridique et politique face aux appels atroces à la violence et à la haine.

 

- Nous appelons le gouvernement tunisien, l’ARP et le président de la République à se ressaisir et à condamner sans détour tout acte terroriste et à se dresser fermement contre les discours extrémistes prononcés par des élus du peuple, des imams ou tout autre responsable politique au prétexte de la « défense de l’islam ».

 

- Nous tenons également à dire notre solidarité avec nos concitoyens résidant en France, en Europe et partout dans le monde qui n’aspirent qu’à vivre dans la paix et la fraternité, malgré le racisme antimusulman qui fait le lit de l’extrémisme et du terrorisme.

 

-  Nous mettons en garde contre l'exploitation de ces crimes perpétrés par les terroristes pour déclencher des campagnes politiques hostiles aux migrants, en appelant à les expulser et à aggraver les lois sur l’immigration.

 

- Nous rappelons, enfin, que l’opération de Nice démontre, encore une fois, que, si le terrorisme vise à propager la haine et à nourrir les fanatismes, le meilleur moyen d’y faire faire la diffusion des valeurs humanistes et leur défense incessante.

 

 Vive l’amitié franco-tunisienne.

 

Oui à la tolérance et à la fraternité entre les peuples.

 

Non aux appels criminels à l’extrémisme et à la haine.
--------------

 

Liste des Signataires

 

Organisations 

 

- Union Générale Tunisienne du Travail (UGTT)

 

- Association Action citoyenne – Tunisie

 

- Association Aigle de Carthage

 

- Association Arts et Cultures des deux Rives (ACDR)

 

- Association Arts et Culture du Monde

 

- Association BEITY

 

- Association Citoyenneté, Développement, Cultures & Migrations Des Deux Rives

 

- Association de Femme Tunisienne pour la Recherche et le Développement (AFTURD)

 

- Association Démocratique des Tunisiens en France (ADTF)

 

- Association des Tunisiens de l'Isère Citoyens des Deux Rives (Grenoble)

 

- Association des Tunisiens en France (ATF)

 

- Association d'Etudes de la Pensée et de la Société    

 

- Association Engagement Citoyen

 

- Association IBSSAR - جمعية ابصار  

 

- Association Mnemty

 

- Association Perspectives El 3amel Ettounsi

 

- Association tunisienne de défense des Libertés individuelle (ATDLI)

 

- Association Tunisienne de Défense des Valeurs Universitaires (ATDVU)

 

- Association Tunisienne de Lutte contre la Violence (ATLV)

 

- Association Tunisienne de Lutte contre les MST et le Sida - section Tunis

 

- Association Tunisienne de soutien des minorités (ATSM)

 

- Association Tunisienne des Femmes Démocratiques (ATFD)

 

- Association Vigilance pour la Démocratie et l’Etat Civique - Yaquadha  

 

- Association-Fondation Hassan Saadaoui pour la Démocratie et l’Egalité

 

- ATTALAKI pour la Liberté et l'Egalité 

 

- Coalition pour les Femmes de Tunisie 

 

- Coalition Tunisienne contre la Peine de Mort

 

- Collectif Citoyen Soumoud

 

- Collectif Culture Citoyenneté (3C)

 

- Collectif des Femmes Méditerranéennes (CFM)

 

- Collectif des Femmes Tunisiennes (CTF)

 

- Comité de Vigilance pour la Démocratie en Tunisie -Belgique (CVDT)

 

- Comité pour le Respect des Libertés et des Droits de l’Homme en Tunisie (CRLDHT)

 

- Création et Créativité pour le Développement et l'Embauche 

 

- Euromed-Droit  

 

- Fédération des Tunisiens Citoyens des deux Rives (FTCR)

 

- Forum Mémoire commune pour la Liberté et la Démocratie

 

- Forum Tunisien des Droits Economiques et Sociaux (FTDES)

 

- Génération Solidaires

 

- Institut de Développement Humain - Tunisie

 

- Ligue des Electrices Tunisiennes  

 

- Ligue Tunisienne de Défense des Droits de l'Homme (LTDH)

 

- Mouvement Citoyen des Tunisiens en France (MCTF)

 

- Nachaz-Dissonances  

 

- Observatoire National pour la Défense du Caractère Civil de l'Etat

 

- Organisation 23-10 d’Appui au Processus de Transition Démocratique

 

- Organisation Contre la Torture en Tunisie (OCTT)

 

- Réseau Euro-Maghrebin Citoyenneté et Culture (REMCC)

 

- Syndicat National des Journalistes Tunisien (SNJT)

 

- Union des Tunisiens pour l’Action Citoyenne (UTAC)

 

- Union National des Femmes Tunisienne (UNFT)

 

- Zembra écho 

 

Personnes signataires

 

 - Abassi Tlili Mouhieddine, militant Associatif

 

- Abdelhamid Maha, militante des droits humains

 

- Abdeljaouad Hela, médecin, militante féministe et de défense des droits humains

 

- Abdeljaouadi Jounaidi, militant politique

 

- Abdelkefi Habiba,

 

- Abdessamad Hichem, traducteur, militant des droits humains

 

- Afaya Kacem, syndicaliste

 

- Affes Hafedh, militant associatif

 

- Allagui Abdelkrim, universitaire

 

- Allagui Balkis, militante des droits humains et ancienne vice-président de la LTDH

 

- Allal Lolita, infirmière, citoyenne du Monde

 

- Allal Monia, universitaire

 

- Allal Mourad, directeur de centre de formation

 

- Allal Samir, universitaire

 

- Allal Tewfik, militant associatif de l'immigration 

 

- Allouche Wahed, citoyen

 

- Aloui Hakim, militant associatif

 

- Aloulou Mohamed, Médecin

 

- Amamou Hayet, universitaire

 

- Amara Ahmed, militant politique et associatif

 

- Amara Mohamed, enseignant, retraité

 

- Aouadi Emna, syndicaliste, SG adjointe de FGEB-UGTT

 

- Aouadi Nejma, présidente de l’AFTURD

 

- Aouadi Sami, universitaire

 

- Aouida Youssef, business analyst

 

- Arfaoui Khedija, universitaire, chercheuse, activiste victime du Terrorisme islamiste

 

- Ayachi Fathi, universitaire

 

- Ayadi Faouzi, ingénieur

 

- Baaboura Noureddine, président de l’UTAC

 

- Baccar Selma, cinéaste, députée de l’ANC (2011-2014)

 

- Baccouchi Nejib, chercheur en philosophie politique

 

- Bacha Abderrahman, Ingénieur

 

- Baltagi Abdellatif, consultant

 

- Bardi Houcine, avocat, militant associatif

 

- Barrak Anissa, Experte en communication

 

- Bchir Moufida

 

- Bel Haj Yahya Emna, écrivaine

 

- Bel Haj Yahya Fathi, enseignant, écrivain

 

- Belaid Habib, homme de radio

 

- Belhaj Hamida Bochra, ancienne député ARP

 

- Belhassen Souhayr, présidente d'honneur de la FIDH

 

- Ben Abdallah Fayçal, président de la FTCR

 

- Ben Abdallah Youssef, universitaire retraité

 

- Ben Abdessalem Slim, député de l’ANC (2011-2014)

 

- Ben Abid Sihem, docteur en biologie 

 

- Ben Achour Rabâa, universitaire retraitée

 

- Ben Achour Sana, universitaire, présidente de l'association Beity

 

- Ben Aissa Lotfi, enseignant universitaire

 

- Ben Amar Nihel, Professeure des universités

 

- Ben Ameur Ali, universitaire et militant des droits humains

 

- Ben Amor Radhia, universitaire - Canada

 

- Ben Arfa Slim, syndicaliste, militant politique -

 

- Ben Azzouz Nabil, enseignant, militant politique

 

- Ben Beya Abdenabi, universitaire

 

- Ben Cherif Khalil, manager engagé

 

- Ben Ghedahem Manoubia, universitaire

 

- Ben Hassine Khadija, Professeure universitaire

 

- Ben Jémia Monia, Juriste, féministe

 

- Ben Meftah Tahar, enseignant

 

- Ben Mhenni Sadok, militant des droits humains

 

- Ben Miled Tarek, urbaniste

 

- Ben Moussa Mohamed, architecte universitaire

 

- Ben Romdhane Mahmoud, ancien président d’Amnesty International Monde, membre de l’Académie tunisienne

 

- Benhiba Tarek, militant associatif

 

- Bensaid Mohamed Habib, militant associatif

 

- Bensaïd Mohamed, médecin, militant associatif

 

- Bensalem Abdellatif, traducteur, militant politique

 

- Benslama Fethi, universitaire

 

- Ben Sedrina Bouassida Sarah, professeur à la retraite

 

- Benteziri Nejib, citoyen progressiste

 

- Bhar Mohamed, musiciens

 

- Berraies Mohamed Hédi, retraitée

 

- Berrhima Jaleleddine, maire, militant démocrate

 

- Bessis Sophie, historienne

 

- Bghouri Neji, journaliste, ancien président du SNJT

 

- Bibi Sami, universitaire

 

- Bouaoun Zribi Teja, universitaire

 

- Bouguerra Larbi, universitaire, membre de l’Académie Beit el Hikma

 

- Bouhdida Mohamed, ingénieur agronome, exDG 

 

- Bouhli Mouhamed, infirmier, retraité

 

- Bourissa Faouzia, universitaire

 

- Bouzgarrou Fatma, Enseignante

 

- Bouziri Raja, universitaire

 

- Chaabane Nadia, députée de l’ANC (2011-2014)

 

- Chaabani Intissar, consultante

 

- Chaker Faiza, présidente Aides Afrique France 

 

- Chammari Khémaïs, fondateur de la Fondation de défense des défenseurs des droits humains, ancien ambassadeur de Tunisie à l'Unesco

 

- Chammari Taoufik, militant anti-corruption

 

- Charfi Faouzia, Professeure universitaire

 

- Charfi Moncef, Ingénieur

 

- Charfi Mounir, journaliste, président de l’ONCCE

 

- Charfi Rawda, Pharmacienne

 

- Charfi Saloua, professeure universitaire

 

- Cheikhrouhou Houssem, militant des droits humains

 

- Chebbi Mehdi, militant associatif

 

- Chenchabi Hedi, animateur du Printemps culturel tunisien, militant associatif

 

- Cherbib Mouhieddine, militant des droits humains  

 

- Cherbib Ridha, chef d’entreprise

 

- Chérif Chammari Alya, avocate militante, féministe

 

- Chérif Khadija, féministe, ancienne présidente de l'ATFD

 

- Chouaib Abdeljelil, voyagiste

 

- Chouikha Larbi, universitaire

 

- Dhifaoui Mohamed Tahar, écrivain activiste société civile

 

- Djebali Bouzid, citoyen 

 

- Doghri Kaies, conseiller juridique

 

- Dridi Hamida, militante des droits humains

 

- Dridi Mohsen, militant associatif

 

- Driss Neila, Conseillère juridique

 

- El Abed Monia, avocate, féministe

 

- El Fahem  Naceur, militant politique et associatif

 

- El Fani Nadia, cinéaste

 

- El Meddeb Taoufik, médecin

 

- Ellala Mohamed Lakhdar, président de l’ATF

 

- Errachid Kaouther, animatrice culturelle FMT

 

- Faouel Raoudha, présidente CFM

 

- Farhat Zeyneb, directrice de théâtre

 

- Fenniche Frej, ancien haut fonctionnaire de l’ONU

 

- Fenniche Raja, universitaire 

 

- Ferchichi Wahid, professeur de droit public

 

- Ferjani Claudette, enseignante retraitée

 

- Ferjani Mohamed-Chérif, professeur honoraire des universités,

 

- Fliss Mohamed Salah, militant citoyen

 

- Frawes Yosra, présidente de l’ATFD

 

- Frihi Abderrahman, syndicaliste, militant politique et associatif

 

- Gadhoumi Mrad, miltant associatif 

 

- Gafsi Henda, urbaniste

 

- Gamaoun Sahraoui, journaliste, écrivain

 

- Garrach Saïda, avocate, féministe, ancienne porte-parole de la présidence de la république

 

- Ghali Kamel, écrivain, poète

 

- Gharbi Ikbal, citoyenne

 

- Gharbi Maya, universitaire

 

- Gharbi Najla, chercheure universitaire

 

- Grami Amel, universitaire

 

- Gribaa Leila, Enseignante

 

- Gribaa Slim, consultant

 

- Grislain Hedia, Dentiste

 

- Guerrouri Moncef, militant associatif

 

- Guezzi Beya

 

- Hadjali Fathi, fondateur du CVDT-Belgique

 

- Hammami Ines, universitaire

 

- Hammami Nader, chercheur universitaire

 

- Hammi Houssem, activiste de la société civile

 

- Hamrouni Mohamed, militant syndical et associatif

 

- Hamrouni Béchir, universitaire

 

- Hamza Nabila, féministe, conseillère municipale

 

- Hazem Leyla, militante des droits humains

 

- Hachicha Skander, universitaire

 

 - Hchaichi Trimeche Fawzia, sociologue

 

- Hedhili Abderrahman, président de FTDES

 

- Houachi Hedi, militant associatif

 

- Houas Fatma, présidente d’Engagement citoyen

 

- Houidi Fethi, Universitaire, ancien ministre

 

- Hssine Mounir, militant associatif FTDES

 

- Jaadi Saoussan, professeur de français, militante des droits de l'homme 

 

- Jaffali Youssef, professeur retraité

 

- Jaidi Houcine, historien universitaire

 

- Jalloul Nacer, militant associatif

 

- Jamoussi Lassaad, Artiste Universitaire

 

- Jaoua Mohamed, professeur des universités, retraité

 

- Jaouadi Naoufel, citoyen

 

- Jazzar Hayet, avocate, militante féministe

 

- Jbali Riadh, navigateur

 

- Jeblaoui Emna, universitaire

 

- Jebrane Aicha, militante associative, président de l’Association les 2 rives

 

- Jendoubi Kamel, ancien ministre, militant des droits de l'Homme 

 

- Jerbi Radhia, avocate, présidente de l’UNFT

 

- Jmil Ali, citoyen

 

- Jouini Noureddine, professeur émerite

 

- Jrad Neila, féministe, militante politque

 

- Kahia Anis, Cinéaste

 

- Kamoun Ridha, médecin, président de l’ATL-MST  

 

- Karafi Nejib, consultant, citoyen démocratique

 

- Karkar Hassen, universitaire retraité, militant associatif

 

- Karkar Taoufik, universitaire, militant politique et associatif 

 

- Kassar Hassen, universitaire

 

- Kazdaghli Habib, professeur d’histoire contemporaine, ancien doyen de la Faculté de lettres de La Manouba

 

- Kerrou Mohamed, universitaire, sociologue

 

- Khalfaoui Basma, avocate, féministe

 

- Khémir Rachid, citoyen

 

- Khémira Ali, syndicaliste, retraité

 

- Khénissi Mohamed, président de Nachaaz-Dissonances

 

- Kort Jamel, retraité 

 

- Laayari Said, militant associatif

 

- Labidi Bechir, SG de la LTDH

 

- Lakhdhar Latifa, ancienne ministre

 

- Lakhouia Chérifa, univfersitaire

 

- Largueche Dalenda, universitaire

 

- Latif Chokri, écrivain

 

- Lhomel Jendoubi Edith, militante des droits humains (CRLDHT)

 

- Maali Mohamed, journaliste, écrivain traducteur

 

- Machta Insaf, enseignante

 

- Mahdhaoui Nja, calligraphe  

 

- Mahdaoui Samira, universitaire

 

- Mahjoub Taïeb, Journaliste à la retraite

 

- Mahjoubi Leila, Pharmacienne

 

- Mahmoud Abdessalem, professeur des universités

 

- Makhlouf Najoua, syndicaliste

 

- Makni Mohamed, maire adjoint, militant associatif

 

- Makni Néjib, citoyen

 

- Mallek Amel, enseignante universitaire

 

- Mansar Mohamed, militant associatif

 

- Mathlouthi Emel, artiste, chanteuse

 

- Medimagh Soraya, citoyenne progressiste

 

- Mehri Guerchi Hella, universitaire

 

- Methlouthi Driss, militant de l’Immigration 

 

- Melki Belgacem, militant associatif

 

- Mellakh Habib, enseignant universitaire

 

- Melliti Salwa, Avocate

 

- Mezni Mohsen, citoyen

 

- Mhedhbi Ezzeddine, avocat

 

- Miled Najet, éditrice, libraire

 

- Mizouni Hend, militante associative

 

- Mizouni Lindenberg Najet, universitaire retraitée

 

- Moalla Anouar, consultant, militant associatif

 

- Mohamed Amor, citoyen

 

- Mohamed Driss, fonctionnaire ministère de la Jeunesse

 

- Mosbeh Mawaheb, militante politique progressiste

 

- Msadek Chérif, militant associatif

 

- Msallem Jamel, président de la LTDH

 

- Mosbah Saadia, présidente de l’Association Mnemty

 

- Nciri Yousfi Abdeljabar, avocat

 

- Ouarda Bechir, journaliste

 

- Ouarda Habib, libraire

 

- Ouertani Hayet, psychologue

 

- Ouerghi Faouzi, citoyen

 

- Oueslati Salah, citoyen du monde

 

- Oueslati Ramzi, militant associatif

 

- Ouezini Radhia, militante associative

 

- Rafrafi Mohamed Ali, retraité

 

- Rebai Lilia, militante des droits humains

 

- Redissi Hamadi, universitaire

 

- Rejeb Souad, Professeure universitaire

 

- Romdhani Messaoud, militant associatif

 

- Rouissi Jalel, universitaire

 

- Sahli Hamadi, enseignant, syndicaliste, progressiste

 

- Saidi Hamady, citoyen

 

- Salhi Rami, directeur Euromed-Droit

 

- Smati Ismail, citoyen

 

- Sayah Mansour, universitaire

 

- Sbaa Jameleddine, militant des droits humains

 

- Seddik Nozha

 

- Seghir Yosra, universitaire

 

- Senoussi Noureddine, président REMCC

 

- Sfaxi Ridha, retraité

 

- Smaoui Neila, Fonctionnaire à la retraite

 

- Smida Mohamed, juriste, militant politique et associatif

 

- Soussi Chedlia, médecin

 

- Sraieb Hédi, économiste

 

- Tabbane Saâdia, Médecin vétérinaire

 

- Taïeb Samir, ancien ministre

 

- Tlili Ridha, fondation Ahmed-Tlili

 

- Toubel Leila, artiste citoyenne, femme de théâtre

 

- Toukabri Tarek, président de l’ADTF

 

- Trabelsi Hichem, syndicaliste

 

- Trabelsi Adel, président ATF-13

 

- Trabelsi Kouki Asma, archiviste, documentaliste

 

- Trifi Mokhtar, président d'honneur de la LTDH, vice-président de l'OMCT

 

- Triki Souad, universitaire

 

- Veiga Dolorés, retraitée

 

- Yaich Chokri, Constituant

 

- Yamaren Semia, Professeure à la retraite

 

- Zaibi Leila, féministe

 

- Zaiem Mohamed Hédi, économiste

 

- Zitouni Abdelkader, président du parti Tunisie Verte

Voir les commentaires

Partager cet article
Repost0
5 novembre 2020 4 05 /11 /novembre /2020 21:10

Communiqué LDH

Une fois de plus, le Parlement examine une proposition de loi présentée par des députés de la majorité gouvernementale « relative à la sécurité globale » qui s’inscrit dans le sillage sécuritaire des abondantes réformes des dernières années et des recours successifs à l’état d’urgence. Alors que cette proposition de loi porte lourdement atteinte à des libertés et droits fondamentaux, elle est l’objet d’une procédure accélérée qui évince, de fait, le rôle législatif des parlementaires.

Ce texte prévoit d’étendre aux polices municipales, sous le seul contrôle des maires, des compétences de la police nationale sur des missions de police judiciaire pour la constatation d’un nombre accru de contraventions (notamment au Code de la route, avec possibilité de demande de mise à la fourrière) et même de délits. Ils pourront aussi procéder à des contrôles d’identité et à des saisies au risque d’amplifier les abus et détournements déjà dénoncés.

De plus, il organise une privatisation de la police en contradiction flagrante avec les normes constitutionnelles en déléguant aux agents privés de sécurité des pouvoirs réservés à la police judiciaire comme la verbalisation d’infractions et le relevé d’identité pouvant conduire à la rétention de la personne contrôlée.

Allant encore plus loin dans la surenchère sécuritaire, la proposition de loi prévoit d’instaurer une surveillance généralisée de l’espace public, en autorisant l’Etat à utiliser des drones avec caméras, visant explicitement le contrôle de tous les manifestants. 

Alors que depuis 2016 les images des « caméras mobiles » portés par les policiers étaient uniquement utilisées a posteriori pour éclairer des faits contestés, l’article 21 de la loi « sécurité globale » permettrait leur utilisation immédiate et une analyse automatisée pour reconnaître en temps réel l’identité de tous les manifestants (reconnaissance faciale) avec le risque d’arbitraire par des gardes à vue préventives ou l’empêchement de se joindre au cortège au mépris de la liberté de manifestation.

Enfin, le texte prévoit la pénalisation de la diffusion d’images de policiers ou de gendarmes agissant dans le cadre de leurs missions d’ordre public, portant atteinte à la nécessaire transparence de ces opérations. Une telle mesure, si elle était adoptée, avec des sanctions très lourdes (1 an d’emprisonnement et de 45 000 € d’amende) empêcherait tout contrôle citoyen, voire le travail des journalistes, en favorisant l’impunité d’auteurs de violences policières.

La Ligue des droits de l’Homme (LDH) appelle les parlementaires à rejeter cette proposition de loi liberticide et de fuite en avant sécuritaire qui menace gravement les principes fondamentaux de notre démocratie et l’Etat de droit.

Paris, le 5 novembre 2020

Partager cet article
Repost0
4 novembre 2020 3 04 /11 /novembre /2020 18:24
Caricatures, Islam et musulmans en France : entretien avec Ghaleb Bencheikh
jeudi 29 octobre 2020
par  Makhlouf Mehheni
popularité : 91%
 

L’islamologue et président de la Fondation de l’Islam de France, Ghaleb Bencheikh, évoque dans cet entretien les réactions suscitées dans le monde musulman par la publication de caricatures du Prophète et la position du président français sur le sujet. Il aborde aussi d’autres questions liées à la place de l’Islam et des musulmans en France. Adepte d’un islam modéré et libéral, il plaide pour une meilleure explication et préconise de montrer toute la mansuétude et la magnanimité de l’enseignement prophétique.

La France fait face à la colère d’une partie du monde musulman. Que faut-il faire pour désamorcer la crise ?

A mon avis, il ne reste que l’explication. Je ne suis pas porte-parole de la présidence française, seulement, mais au niveau de la Fondation de l’Islam de France, nous essayons de procéder par l’éclaircissement et l’explication. Il faut savoir qu’en France, on a une tradition désormais séculaire de caricature et de liberté d’expression, un corollaire des libertés fondamentales. Un peu à la manière du premier amendement de la constitution des États-Unis, la liberté d’expression en France n’est pas bordée, si ce n’est que par la responsabilité éthique de celui qui l’exerce. S’il a comme volonté de ne pas blesser le sacré d’autrui, il se retiendra. S’il veut aller jusqu’à ce que lui autorise la liberté d’expression, quitte à blesser autrui, avec un manquement au devoir de fraternité et d’amitié civique, il n’y a rien d’autre à faire que de saisir les tribunaux, c’est la seule manière civilisée d’agir. Il se trouve aussi que, le plus souvent, les plaignants sont déboutés parce que les juges estiment qu’il n’y a pas lieu de brider la liberté d’expression. Il appartient donc aux musulmans de France de se montrer plus intelligents et de faire d’une faiblesse, un levier pour une force. Il faut montrer la mansuétude, la magnanimité et la patience enseignée déjà par le Prophète de l’Islam. On oublie que, en 619, particulièrement et pas uniquement, qu’on appelle l’année de la tristesse (perte de son oncle, de son épouse, l’interruption de la révélation), le Prophète part à Taif où il a été mal accueilli. Lapidé à coups de pierres, sa mâchoire fracassée, le visage ensanglanté et il ne rien dit d’autre que : « Ô mon Dieu, pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu’ils font ». Il reste aux musulmans de France de saisir ces occasions pour montrer la grandeur et la longanimité de notre propre Tradition et de l’enseignement prophétique.

Vous parlez des musulmans de France, et pour les autres, à travers le monde ?

A travers le monde, je constate que les musulmans, qui sont dans des contextes différents, ne comprennent pas cette notion de liberté d’expression. Je perçois leur émotion sincère, mais ce n’est pas en insultant ou en brûlant des drapeaux qu’on rendra justice au Prophète. Les appels au boycott sont pour l’instant plutôt à la marge, mais il faut aussi faire attention à la manipulation et à l’instrumentalisation politique pour des raisons internes. Certains partis islamistes, par le biais de leurs porte-paroles, sont dans la surenchère. Je ne les ai pas entendus appeler au boycott des produits chinois eu égard aux persécutions dont sont victimes les Ouïgours. Il faut quand même un peu de cohérence. Nous traversons encore une séquence malheureuse. C’est une convulsion paroxystique de la crise qui secoue le monde musulman. Il est temps d’en sortir par le haut et par la sagesse.

On vous a entendu dire qu’il faut atteindre une certaine maturité pour ne pas se laisser choquer par une caricature…

Oui, il est temps d’atteindre même deux choses : une maturité psychologique et surtout une élévation spirituelle pour ne pas être offensé par une caricature. Si on avait fait preuve d’indifférence en son temps, nous n’aurions pas prêté le flanc aux provocateurs et les haineux qui sont mus par leurs ressentiments et la détestation des musulmans. C’est la réaction de 2005-2006, qui était celle de l’hystérisation, qui a provoqué l’engrenage.

Certains avancent que ce ne sont pas les caricatures proprement dites qui ont suscité toutes ces réactions, mais le « je ne renonce pas » du président Macron…

Encore une fois, je ne suis pas le porte-parole de l’Elysée. Quand il a dit « nous ne renoncerons pas aux caricatures », nous avons compris qu’il s’agissait des caricatures d’une manière indéfinie. N’oublions pas qu’il y a une longue tradition de caricature. A mon avis, il appartient au président Macron et à ses conseillers de déminer en expliquant que ce n’est pas le Prophète de l’Islam qui est visé dans son discours. Certains vont dire, et à juste raison, qu’on voit les caricatures placardées en grand format sur les murs de certaines mairies. Oui c’est navrant voire affligeant, mais les collectivités locales ne sont pas l’État français. Donc c’est un travail d’explication, de déconstruction et de déminage qu’il faut mener pour sortir, encore une fois, par le haut de cette crise.

Parallèlement à la montée de l’extrémisme religieux, il y a aussi celle du courant xénophobe. Peut-on dire que la communauté musulmane est prise en tenaille ?

Quand les choses sont complexes, il faut savoir séparer les paramètres et faire preuve de froideur d’esprit. Une bonne partie de la société française a glissé vers la droite conservatrice, voire vers l’extrême-droite. Nicolas Sarkozy par exemple a voulu caresser les bas instincts d’un électorat, malheureusement, avec le discours sur l’identité nationale, et les choses se sont corsées depuis lors. Entretemps, du côté de l’islamisme radical, il y avait une déferlante obscurantiste et meurtrière. N’oublions pas les attentats qui sont passés par là. Il y a aussi le triomphe du discours idéologique qui sévit actuellement sur certaines chaînes d’information, par le discours de quelques rhéteurs de piètre qualité oratoire, condamnés par la justice française. C’est la fameuse « zemmourisation » des esprits. Donc le politique s’est trouvé dans une situation où l’on attendait de sa part une réaction ferme.

La composante islamique de la nation, elle-même, se trouve prise en tenailles entre la mâchoire de l’extrémisme religieux et le discours suprémaciste et identitariste de l’extrême-droite. Et si on élargit au-delà de la composante islamique, la société française est traumatisée. Elle est dans une situation de résilience. Chaque attentat rouvre les blessures, ce qui explique aussi, pour la classe politique, de vouloir rassurer en se montrant ferme. Les gouvernements, quels qu’ils soient, sont composés d’hommes et de femmes et réagissent aussi sous le coup de l’émotion, là où l’on demande plutôt de la froideur d’esprit et de la distanciation.

Avant cette affaire des caricatures, on a beaucoup parlé de communautarisme musulman, voire de séparatisme…

La sémantique est importante. Le désordre lexical et l’approximation du vocabulaire ajoutent à la confusion. D’abord, on a longuement parlé de communautarisme, puis le glissement se fait vers les séparatismes au pluriel, qui est ensuite devenu singulier, et enfin le projet a changé d’appellation pour devenir la loi de consolidation du principe de laïcité, et certains veulent ajouter « et des valeurs républicaines ».

Aussi étonnant que cela puisse l’être, il n’y a pas de communautarisme musulman en France. S’il s’agit des accoutrements improbables, des comportements inacceptables, des discours intolérables, oui, cela existe et ça fait beaucoup de mal aux Français musulmans eux-mêmes et au reste des Français. Mais la communauté musulmane est la plus désorganisée, la plus désunie et elle n’est pas communautariste au sens qu’on entend, alors que d’autres types de communautarismes existent bel et bien dans la République. Donc du coup, on a compris que ce n’est pas le bon mot qu’il faut utiliser et on est passé au séparatisme. Mais même ce terme commence à poser problème, parce qu’on a parlé longtemps de séparatisme de territoire. Il y avait le séparatisme breton, corse, basque… En réalité, il y a des individus mus par une idéologie salafiste qui pensent que les lois religieuses priment les lois de la République. Ils ne reconnaissent pas la loi fondamentale qu’est la Constitution. Alors, pouvoir consolider le principe de laïcité, oui. N’oublions pas que la loi de 1905 n’est pas une loi de laïcité mais une loi de Séparation, la nuance est de taille. S’il faut elle-même l’amender, pourquoi pas, s’il faut une autre, pourquoi pas aussi. Simplement, il faut qu’on sache de quoi on parle au juste.

Qu’est-ce qu’il faut selon vous pour structurer l’Islam en France ?

Il faut d’abord dire qu’on a un paradoxe qu’il faut rompre : on demande à l’État français de ne pas se mêler de l’organisation des cultes, en même temps on s’accommode de l’ingérence de puissances étrangères autocratiques. Même si cela paraît irréalisable pour l’instant, je pense qu’il faut que de l’intérieur de la composante islamique, on suscite l’adhésion autour d’hommes et de femmes probes, intègres, sérieux et ayant une connaissance fine de la question religieuse, de la bonne communication, de la liberté de ton et de parole et qui jouissent du respect des fidèles musulmans, afin d’être les interlocuteurs privilégiés des pouvoirs publics et en finir par exemple avec la présidence tournante du CFCM. Un coup on fait plaisir au Maroc, un coup à l’Algérie ou à la Turquie. Cela explique la désaffection de la jeunesse musulmane qui est restée comme une proie facile à des sermonnaires et des prédicateurs qui viennent de l’étranger.

A un moment donné, il faut comprendre que l’État français, ne serait-ce que pour sa souveraineté, aplanisse ces difficultés et résolve ces problèmes. La composante islamique de France est essentiellement sunnite, or il n’y a pas de clergé chez les sunnites qui ont toujours été représentés d’un point de vue religieux par un collège d’ulémas qu’on appelle « ceux qui savent lier et délier », sous-entendu les questions épineuses. De nos jours, on n’a pas « ceux qui savent lier et délier », et bien, que l’on suscite par la connaissance et la maîtrise théologique, des hommes et des femmes qui aient aussi la volonté de parler avec compétence de ces problématiques. Pour l’instant, nous n’en voyons pas, ce qui explique la détresse des fidèles musulmans.

La complexité de la situation actuelle ne découle-t-elle pas aussi d’autres considérations, comme la marginalisation d’une bonne partie de la population d’origine immigrée par exemple ?

Oui, la situation est complexe. Il y a une condensation multidimensionnelle et plurifactorielle qui explique pourquoi on est arrivé à cette situation. Il y a dans cette sédimentation d’analyses et de grilles de lectures, d’abord l’approche sociologisante, il y a la lecture politique, les rapports internationaux dans la géostratégie, il y a l’approche psychanalytique, il y a encore une autre lecture millénariste, apocalyptique, nihiliste et je rajoute deux autres qui sont de la plus haute importance, c’est la lecture théologique et la lecture culturelle. Il faut savoir que chacune de ces approches a sa pertinence propre, mais aucune d’elles n’épuise à elle seule le sujet. Le drame qu’on voit sur les plateaux de télévision, c’est qu’on mélange l’ensemble, ce qui n’aide pas à la lisibilité ni à la compréhension de la crise de l’islamisme politique et son corollaire l’extrémisme djihadiste violent. Si on prend l’approche sociologisante, oui, une bonne frange de la composante islamique de la nation se trouve être prolétarisée, marginalisée, défavorisée, même déscolarisée. Et l’on assiste à une réislamisation de néophytes telle une revendication politico-identitaire. Il faut travailler là-dessus bien entendu. Si je vais à la strate psychanalytique, l’absence de repères, le manque d’autorité du père, les failles identitaires, le fait de colmater les fêlures morales et identitaires. Parce que la citoyenneté leur a été déniée, ils ont été sensibles au discours de ceux qui viennent leur dire « vous avez une autre appartenance, une autre identité, une autre citoyenneté supranationale » qui est la donne religieuse. Pour la strate théologique, malheureusement, la pensée islamique est en crise. Donc il faut appeler à sa refondation pour entreprendre les différents chantiers titanesques que sont ceux des libertés fondamentales, la liberté de conscience, de ne pas criminaliser l’apostasie, de passer au chantier de l’égalité ontologique et juridique entre les êtres humains par-delà le genre ou les options métaphysiques, de désacraliser la violence, et surtout de séparer le champ du savoir et de la connaissance par rapport à celui de la révélation et de la croyance. Il faut donner de la liberté, de l’autonomie aux sujets musulmans pour qu’ils ne soient pas soumis à la pression communautaire.

Partager cet article
Repost0
4 novembre 2020 3 04 /11 /novembre /2020 18:19
Il y a des jours où je regrette d’être née arabe.
samedi 31 octobre 2020
par  Fawzia Zouari
popularité : 51%
 

Les jours où je me réveille devant le spectacle de gueules hirsutes prêtes à massacrer au nom d’Allah et où je m’endors avec le bruit des explosions diffusées sur fond de versets coraniques.

Les jours où je regarde les cadavres joncher les rues de Bagdad ou de Beyrouth par la faute des kamikazes ; Où des cheikhs manchots et aveugles s’arrogent le droit d’émettre des fatwas parce qu’ils sont pleins comme des outres de haine et de sang ; où je vois des petites filles, les unes courir protéger de leur corps leur mère qu’on lapide, et les autres revêtir la robe de mariée à l’âge de 9 ans.

Et puis ces jours où j’entends des mamans chrétiennes confier en sanglotant que leur progéniture convertie à l’islam refuse de les toucher sous prétexte qu’elles sont impures.

Quand j’entends pleurer ce père musulman parce qu’il ne sait pas pourquoi son garçon est allé se faire tuer en Syrie. — À l’heure où celui-ci parade dans les faubourgs d’Alep, kalachnikov en bandoulière, en attendant de se repaître d’une gamine venue de labanlieue de Tunis ou de Londres, à qui l’on a fait croire que le viol est un laissez-passer pour le paradis.

Ces jours où je vois les Bill Gates dépenser leur argent pour les petits Africains et les François Pinault pour les artistes de leur continent, tandis que les cheikhs du Golfe dilapident leur fortune dans les casinos et les maisons de charme (bordels) et qu’il ne vient pas à l’idée des nababs du Maghreb de penser au chômeur qui crève la faim, au poète qui vit en clandestin, à l’artiste qui n’a pas de quoi s’acheter un pinceau.

Et tous ces croyants qui se prennent pour les inventeurs de la poudre alors qu’ils ne savent pas nouer une cravate, et je ne parle pas de leur incapacité à fabriquer une tablette ou une voiture.
Les mêmes qui dénombrent les miracles de la science dans le Coran et sont dénués du plus petit savoir capable de faire reculer les maladies.

Ces prêcheurs pleins d’arrogance qui vomissent l’Occident, bien qu’ils ne puissent se passer de ses portables, de ses médicaments, de ses progrès en tous genres.

Et la cacophonie de ces "révolutions" qui tombent entre des mains obscurantistes comme le fruit de l’arbre.

Ces islamistes qui parlent de démocratie et n’en croient pas un mot, qui clament le respect des femmes et les traitent en esclaves.

Et ces gourdes qui se voilent et se courbent au lieu de flairer le piège, qui revendiquent le statut de coépouse, de complémentaire, de moins que rien !

Et ces "niqabées" qui, en Europe, prennent un malin plaisir à choquer le bon Gaulois ou le bon Belge comme si c’était une prouesse de sortir en scaphandrier ! Comme si c’était une manière de grandir l’islam que de le présenter dans ses atours les plus rétrogrades.

Ces jours, enfin, où je cherche le salut et ne le trouve nulle part, même pas auprès d’une élite intellectuelle arabe qui sévit sur les antennes et ignore le terrain, qui vitupère le jour et finit dans les bars la nuit, qui parle principes et se vend pour une poignée de dollars, qui fait du bruit et qui ne sert à rien !

Voilà, c’était mon quart d’heure de colère contre les miens...
Souhaitons que l’Occident ouvre les yeux...."

Partager cet article
Repost0
3 novembre 2020 2 03 /11 /novembre /2020 21:02

Lettre ouverte de plusieurs organisations, dont la LDH, à Emmanuel Macron, président de la République

Bruxelles, le 28 octobre 2020

Cher Monsieur le Président,

Nous vous écrivons en tant que groupe informel d’organisations et d’individus qui sont des universitaires, des leaders religieux et des défenseurs des droits de l’Homme. Nous sommes de confessions diverses ou agissons à titre séculier, et représentons un degré élevé de diversité. Bien que nous soyons très peu en accord théologiquement ou politiquement, nous sommes tous d’accord sur l’importance de la liberté de religion pour toutes les religions et ceux qui n’en ont pas.

Nous vous écrivons suite aux annonces que vous et les membres de votre gouvernement avez faites concernant le projet de loi sur le « séparatisme » que vous prévoyez d’approuver lors de la réunion du Conseil des ministres du 9 décembre. Bien qu’à notre connaissance aucun projet de loi n’ait encore été distribué, nous avons des préoccupations qui ont été mises en évidence par les annonces qui ont été faites.

Nous reconnaissons l’approche prudente que vous avez adoptée lors de votre discours officiel. Nous avons noté votre insistance sur le fait que vous cibliez l’islam radical, et non les musulmans, ainsi que le fait que vous aviez l’intention de respecter la liberté de religion ou de conviction. Nous convenons que le terrorisme est un problème réel auquel il faut s’attaquer et qu’une réponse ferme doit être apportée face aux dangers qui sont posés à la République française, et nous partageons profondément les traumatismes résultant des récents événements terroristes tragiques qui ont frappé la France.

Néanmoins, nous craignons que certaines des propositions faites ne conduisent au contraire de ce que vous envisagez. En outre, les déclarations faites par les membres de votre gouvernement après votre discours, renforcent la conviction que les mesures proposées violeront les engagements internationaux de la France en matière de liberté de religion ou de conviction.

Par exemple, vous avez annoncé que vous envisagiez d’interdire l’enseignement à domicile afin de protéger les enfants des écoles illégales « souvent administrées par des extrémistes religieux ». Bien que nous comprenions que ces écoles constituent une menace, une interdiction générale de l’enseignement à domicile affectera la majorité des parents qui, pour de nombreuses raisons différentes, utilisent cette liberté avec des résultats satisfaisants, quelle que soit leur religion, ou leur absence de religion. Il existe certainement suffisamment de dispositions en droit français pour organiser les contrôles et s’assurer que les enfants sont effectivement éduqués selon les programmes éducatifs établis.

Le « concept général » de la loi a été dévoilé par votre ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, sur Twitter. Il a expliqué que les lieux de culte seront placés sous une surveillance croissante et « préservés […] de la diffusion d’idées et de déclarations hostiles aux lois de la République ». Mais comment cela s’appliquera-t-il à un prêtre ou un pasteur critiquant l’avortement ou le mariage homosexuel, qui font partie des lois de la République française ? Quelles mesures seront prises contre ceux qui pourraient dénoncer certaines « lois de la République » qui pénalisent les pauvres et les immigrés ? Ou même s’ils critiquent une loi contre le blasphème, telle qu’elle existait encore récemment pour l’Alsace-Moselle en France ? Est-ce que quelqu’un qui critique maintenant la loi est un ennemi de l’Etat ?

Une autre disposition annoncée qui pose problème est votre déclaration et celle du ministre de l’Intérieur, où il est dit que la loi permettra aux associations religieuses et autres d’être dissoutes directement par le Conseil des ministres en cas d ‘« atteinte à la dignité personnelle » et « l’utilisation de pressions psychologiques ou physiques ». Ces concepts sont suffisamment vagues pour permettre le ciblage arbitraire de groupes qui agissent en toute légalité et sans aucune intention violente, mais qui sont « mal vues » par l’organe administratif. En outre, il n’y a aucune garantie de processus judiciaire ou de contrôle.

La ministre de la Citoyenneté, Marlène Schiappa, a également déclaré dans une interview que « nous allons utiliser les mêmes méthodes d’action contre les groupements sectaires que contre l’islamisme radical ». Cela montre qu’il existe déjà une volonté claire de s’écarter de la lutte contre le terrorisme et d’entrer dans le domaine de l’interdiction des associations religieuses au motif qu’elles ne plaisent pas à quelqu’un, simplement parce qu’elles sont qualifiées de « sectes ».

La législation visant le terrorisme n’est pas surprenante. C’est un défi auquel de nombreux pays sont confrontés. Cependant, les Etats qui ont choisi de rédiger des lois avec des concepts aussi vagues que ceux cités ci-dessus sont des Etats qui ont des tendances totalitaires (ou sont en fait totalitaires). La
Russie, par exemple, a adopté une loi anti-extrémisme qui est désormais utilisée pour poursuivre et emprisonner les dissidents politiques ainsi que les membres de mouvements religieux pacifiques tels que les Témoins de Jéhovah ou les adeptes de Said Nursi sur la base de leur définition de « l’extrémisme ».

Lorsque la Commission de Venise a rendu son avis sur la loi de la Fédération de Russie sur la lutte contre les activités extrémistes, adopté à sa 91e session plénière, elle a déclaré :

27. La large interprétation de la notion d’« extrémisme » par les autorités chargées de veiller à l’application de la loi, l’application de plus en plus fréquente de la loi ces dernières années, les pressions que subissent de ce fait différents cercles de la société civile et les violations présumées des droits de l’Homme qui ont été signalées dans ce cadre ont suscité des préoccupations et des critiques en Russie comme au sein de la communauté internationale. (…)

28. La seule définition de l’« extrémisme » énoncée dans un traité international liant la Fédération de Russie se trouve dans la Convention de Shanghai. L’article 1.1.1.3 de ce texte définit l’« extrémisme »
comme « tout acte qui vise à prendre le pouvoir ou à le maintenir par le recours à la force, ou à modifier le régime constitutionnel d’un Etat par des moyens violents, ainsi que […] tout acte qui vise à porter atteinte de manière violente à la sécurité publique, y compris l’organisation, aux fins susmentionnées, de groupes armés illégaux ou la participation à ces groupes, et qui font l’objet de poursuites judiciaires conformément à la législation nationale des Parties ». Cette dernière disposition permet aux Etats signataires de poursuivre de tels actes « extrémistes » en vertu de leurs lois nationales.

Elle a précisé que les seules définitions de « terrorisme » et de « séparatisme » qui pourraient être utilisées pour prendre des mesures contre des individus ou des organisations exigent que la violence en soit un élément essentiel (incitation ou encouragement à la violence ou violence réelle).

La Cour européenne des droits de l’Homme a déjà appliqué cette approche à la Russie, concernant une affaire impliquant la poursuite de partisans de Said Nursi accusés d’activités extrémistes, dans IBRAGIM IBRAGIMOV ET AUTRES c. RUSSIE, qui est devenu un arrêt définitif le 2 avril 2019.

Le Rapporteur spécial des Nations Unies sur la liberté de religion et de conviction, dans la version non éditée de son dernier rapport sur l’élimination de toutes les formes d’intolérance religieuse (12 octobre 2020), a déclaré:

17. Un nombre préoccupant de communications mettent en évidence le recours à des infractions terroristes vagues qui sont appliquées de manière disproportionnée aux minorités religieuses ou de conviction. Les mesures de harcèlement généralement liées à la lutte contre le terrorisme et à la
protection de la sécurité nationale montrent que, dans presque toutes les régions du monde, les minorités religieuses semblent courir un risque particulier d’être désignées comme des « groupes terroristes » et de voir des membres arrêtés pour « extrémisme » ou « activités illégales ». Un certain nombre de communications traitaient de l’utilisation des impératifs de sécurité nationale comme objectif déclaré par certains gouvernements pour criminaliser l’appartenance et / ou les activités de certains groupes religieux ou de croyance. Une telle approche revient à cibler, et finalement à criminaliser, l’expression pacifique de l’identité d’une personne.

19. De nombreuses autorités étatiques ont arrêté, détenu (parfois au secret) et condamné des membres de minorités religieuses et de conviction pour des chefs d’accusation non définis tels que l’intention de « perturber les structures politiques, économiques ou sociales », de « perturber la souveraineté de l’État » ou de « renverser le gouvernement ». Ces dispositions vagues ne satisfont pas au principe de légalité consacré à l’article 15 du PIDCP et laissent aux États une marge de manœuvre inquiétante pour limiter arbitrairement l’exercice de la liberté de religion ou de conviction de certains groupes.

Le Bureau des institutions démocratiques et des droits de l’homme (BIDDH) de l’OSCE a récemment publié un nouveau document intitulé « Freedom of Religion or Belief and Security: Policy Guidance ».

Il déclare dans son introduction:

Alors que les États participants de l’OSCE ont adopté différentes stratégies pour s’assurer que leurs propres mesures de sécurité sont pleinement conformes à leurs obligations et engagements internationaux relatifs à la liberté de religion ou de conviction, certaines lois, politiques et pratiques de sécurité ont placé la liberté de religion ou de conviction et d’autres droits humains universels sous une pression importante. Ces mesures, en particulier celles qui sont très larges ou appliquées de manière
arbitraire, sont souvent adoptées au nom de la sécurité « nationale », « d’Etat » ou « publique », ou dans l’intérêt de la préservation ou du maintien de la « coexistence pacifique », de la « stabilité sociale »
ou « harmonie sociale ». L’expérience montre que ces limitations peuvent aggraver plutôt qu’améliorer la sécurité.

Il existe de nombreux autres documents internationaux sur les droits de l’Homme qui traitent de cette question délicate, mais pour des raisons de brièveté, nous ne sommes pas en mesure de procéder à un examen complet de ceux-ci dans cette lettre.

Nous sommes à votre disposition pour vous rencontrer et discuter plus en détail de cette question.

Dans tous les cas, nous vous recommandons respectueusement mais fortement de soumettre à la fois à la Commission de Venise et au BIDDH le projet de loi lorsqu’il est prêt, afin d’obtenir une expertise juridique internationale sur la manière dont cette loi répond aux principes établis des droits de l’Homme.

Nous pensons qu’il existe un risque réel que, contrairement à votre intention, les mesures proposées qui ont été annoncées conduisent au ciblage des musulmans en général ainsi que d’autres confessions minoritaires, et que cela puisse conduire à une série de violations des droits de l’Homme.

Respectueusement vôtre,


Organisations signataires

Advocates International, Advocates France, All Faiths Network, CAP Freedom of Conscience, CESNUR – Center for Studies on New Religions, EIFRF – European Interreligious Forum for Religious Freedom, FOREF – Forum for Religious Freedom Europe, HRWF – Human Rights Without Frontiers, International Christian Concern, Law and Liberty International
LDH – Ligue des droits de l’Homme, LIREC – Center for Studies on Freedom of Religion, Belief and Conscience, ORLIR – International Observatory of Religious Liberty of Refugees, United Sikhs, UPF The Netherlands

Individus signataires
Régis Dericquebourg, Président de l’Observatoire Européen des Religions et de la Laïcité ; Michael P. Donnelly, J.D., LL.M., Senior Counsel de Global Outreach ; The Most Reverend Joseph K. Grieboski, Senior Fellow de The Dietrich Bonhoeffer Institute ; Rimon Kasher, Prof. Emeritus of Biblical Studies de Bar-Ilan University, Ramat-Gan, Israel ; Nancy Lefèvre, Chairwoman à Advocates France ; Brent McBurney, President & CEO à Advocate International ; Kareem P.A. McDonald, Program Associate de Religious Freedom Institute ; Greg Mitchell, Chair, International Religious Freedom Roundtable ; Scott Morgan, President de Red Eagle Enterprise ; Matias Perttula, Director of Advocacy de International Christian Concern ; Malik Salemkour, Président de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) ; Frans de Wolff, Secretary de Dutch Network for Interfaith Dialogue.

 

Partager cet article
Repost0
28 octobre 2020 3 28 /10 /octobre /2020 19:29
dans des textes collectifs qui contredisent les appels à la division de la nation
Des chercheuses et chercheurs contestent
le mésusage du concept de « séparatisme »
Des citoyennes et des citoyens appellent
à vivre à égalité et en fraternité
publié le 26 octobre 2020 (modifié le 27 octobre 2020)
  • mail
  • linkedin
  • printer

Le crime odieux qui a frappé l’enseignant Samuel Paty le 16 octobre 2020 a suscité l’indignation de toute la nation. On constate cependant, profitant de l’émotion générale, la multiplication de discours d’exclusion au sein de la société française. Nous reprenons le texte qu’un ensemble de chercheuses et chercheurs travaillant sur les sociétés musulmanes ont publié dans Mediapart au moment où le président de la République a annoncé un projet de loi pour combattre le « séparatisme islamique ». Ils considèrent que cela « rejette continuellement [les musulmans] dans une position de mineurs, de citoyens de seconde zone, les désigne comme troublant l’ordre public ». Peu auparavant, plus d’une centaine de citoyens issus de la société civile ont dit : « Sereinement, calmement, dignement, librement. Nous tendons la main à la collectivité : nous n’aspirons qu’à vivre à égalité — réelle et non décrétée —, plus encore, en fraternité ». Les discours d’exclusion qui se sont multipliés depuis l’assassinat horrible de Conflans-Sainte-Honorine rendent ces appels plus que jamais d’actualité.

La République séparatiste et ses musulmans :
vers un projet néo-colonial ?

Texte collectif publié par Mediapart le 9 octobre 2020. Source

Nous sommes des chercheurs et nous travaillons principalement (mais non exclusivement) sur les sociétés musulmanes. Au moment où les débats sur le séparatisme, initiés par « l’appel des 100 intellectuels contre le ‘séparatisme islamiste’ » (mars 2018), se concrétisent en une attaque en règle contre les personnes de confession musulmane — attaques de la mosquée de Bayonne, incendies des mosquées de Lyon, inscriptions islamophobes sur les murs de plusieurs mosquées, affaire de la mère accompagnante scolaire au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté, affaires Imane Boun et Maryam Pougetoux (pour n’évoquer que celles qui ont été médiatisées) —, au moment où sont utilisés politiquement et de manière disproportionnée des sujets peu représentatifs des problèmes rencontrés par les musulmans en France (enseignants de langue arabe provenant de pays arabophones, certificat de virginité, etc…), où surtout la laïcité est instrumentalisée pour stigmatiser les femmes voilées, il nous paraît important de prendre position et de clarifier quelques éléments.

La République française a historiquement construit elle-même ses propres séparatismes. S’agissant des religions : le régime du concordat, qui reconnaît et organise les cultes catholique, luthérien, réformé et israélite en Alsace-Moselle, n’a pas été abrogé par la loi de 1905 (car le territoire était alors prussien) et aucun gouvernement ne l’a remis en cause depuis. En Algérie durant la période coloniale, lorsqu’elle était composée de départements français (1848-1962), la loi de 1905 et le principe de la laïcité n’ont reçu qu’une application très limitée. Et contrairement à ce qu’a avancé Emmanuel Macron lors de son discours sur le « séparatisme islamiste » (2 octobre 2020), « lorsque la loi de 1905 a été votée, l’islam n’était pas une religion si présente » certes en Métropole, mais elle était déjà bien présente « dans notre pays », en particulier dans ses départements d’Algérie (mais aussi à Mayotte, sans parler des autres colonies françaises), au point d’être déjà à cette époque la deuxième religion de France [1]. L’apparition du néologisme « islamophobie », dans les années mille neuf-cent dix, est d’ailleurs à resituer dans ce contexte colonial.

C’est aussi au nom d’une prétendue « mission d’émancipation féminine » [2] que se sont développées et se développent encore de nos jours des attaques contre des femmes musulmanes voilées, et par delà contre les musulmans [3]. Ce discours condescendant, qui emprunte à l’idéologie coloniale – prétendre savoir mieux que les populations concernées ce qui est bon pour elles – produit in fine les mêmes effets désastreux. Il exclut de la commune humanité et de la société, au nom d’une illusoire mission de salut public. Il participe du processus de domination, en invisibilisant les paroles des premiers concernés, les musulmans et les femmes voilées en premier lieu. Il les rejette continuellement dans une position de mineurs, de citoyens de seconde zone, les désigne comme troublant l’ordre public. Il radicalise enfin les positions de certains membres de ces populations (ou s’identifiant à elles) [4].

La notion d’ensauvagement utilisée par le ministre de l’intérieur Gérald Darmanin est empruntée à l’extrême droite et renvoie également à l’idéologie coloniale et aux thèses évolutionnistes qui l’ont légitimée. Il s’agissait auparavant de « civiliser les sauvages ». Il s’agit maintenant de faire en sorte que leurs enfants ne retombent pas dans « l’état de sauvagerie » qui leur « serait naturel ».

 

L’arrivée place de la Nation de la Marche contre l’islamophobie du 10 novembre 2019

Quant au « séparatisme islamiste », qui a été l’objet essentiel du discours d’Emmanuel Macron, il prolonge d’une certaine manière le tropisme colonial à l’égard de l’islam. Le terme « islamisme », employé depuis le XIXe siècle comme un synonyme de l’islam (par Ernest Renan par exemple), est utilisé depuis d’une manière sibylline pour qualifier la religion, sa dimension politique ou ses velléités d’expansion politique. L’ambivalence du terme persiste au point qu’il est courant de voir encore de nos jours des concitoyens être qualifiés d’« islamistes », fussent-ils agnostiques ou libres penseurs, dès lors qu’ils sont associés à la culture musulmane. L’hystérie qui a emporté une bonne partie de la classe politique et médiatique à l’occasion de la marche contre l’islamophobie du 10 novembre 2019 en est, malheureusement, l’un des exemples les plus grossiers. C’est cette ambivalence que prolonge d’une certaine manière Emmanuel Macron dans son discours sur le séparatisme islamiste.

Dans les propos d’Emmanuel Macron, l’ambition est indubitablement de contrôler les manifestations publiques et privées du fait (religieux) musulman et de poser l’islam comme le problème public. Le projet de loi annoncé par Emmanuel Macron, visant « à renforcer la laïcité », dans les déclinaisons présentées par ce dernier, n’a in fine pour résultat que de figurer le musulman comme l’ennemi irréductible dont il faudrait davantage contrôler le culte, la présence et l’action sur le sol républicain. Il n’aborde pas les autres potentiels « séparatismes », ni les autres cultes ou mouvements associatifs, dont plusieurs ne sont ni mixtes, ni laïcs, ni même inspirés par quelque « lumières ». Il n’aborde pas de front la question du terrorisme et du fanatisme – auxquels ont été également confrontés des pays majoritairement musulmans, comme cela fut le cas de l’Algérie durant les années quatre-vingt dix – ; terrorisme et fanatisme qui ne sont d’ailleurs pas propres aux mouvances liées à l’islam (citons les attentats d’Olso, d’Utoya ou de Christchurch, ceux également contre les mosquées comme à Quebec ou à Bayonne, entre autres).

Que reproche-t-on finalement aux communautés musulmanes de France ? D’avoir dû s’adapter par des solidarités de quartier aux ghettos constitués par la République elle-même ? Il suffit de s’y rendre pour saisir que la République est loin d’être une et indivisible, tant manquent les institutions régaliennes et surtout les services publics. La crise de la Covid a été révélatrice du manque d’établissements de soins de la Seine-Saint-Denis. Il suffit de voir les faibles moyens investis dans l’école républicaine publique dans ces périphéries urbaines, alors que d’un autre côté l’État accorde sous justification de contrat des moyens importants à des écoles privées gérées par des institutions religieuses (a-t-on seulement mesuré le degré de mixité de ces écoles ?). A-t-on si vite oublié que l’enseignement de l’arabe dans l’école républicaine avait fait l’objet d’un quasi abandon, laissant la mosquée comme seule issue à ceux qui étaient désireux de se familiariser avec la langue de leurs parents [5] ? Autant de questions auxquelles il faudrait trouver des réponses plutôt que de blâmer un isolement des populations à l’égard d’une République qui n’en a souvent que le nom, tant elle paraît éloignée de l’idéal égalitaire. Entre ces sempiternels débats sur le voile, les jeunes musulmanes ne cherchent souvent qu’à se soustraire du patriarcat et du contrôle du corps des femmes. Dans leur grande majorité les musulmans de France ne cherchent qu’à échapper aux amalgames entretenus par les représentants de la République trop souvent attirés par le fait de courir après les électeurs d’extrême droite, au risque de souffler sur des braises. Et si le dénommé séparatisme n’était que le signe d’une exclusion grandissante de pans entiers de la société que la crise actuelle nous remet sous les yeux. L’impéritie, voire l’incurie, de notre classe dirigeante en la matière n’est-elle pas à cacher en masquant ses effets délétères, notamment en transformant le ressentiment des ghettoïsés en l’origine des problèmes politiques ? Agirait-elle comme un pompier pyromane ?

Nous ne sommes pas dupes de ces manipulations du débat public. La réalité est malheureusement toute autre. Durant la période coloniale, pendant qu’on prétendait civiliser les indigènes musulmans en Algérie (séparés politiquement et civiquement du reste de la population française ; les juifs autochtones obtenant la pleine citoyenneté avec le décret Crémieux de 1870 abrogé entre 1940 et 1943), les grandes entreprises capitalistes et les grands colons français et européens s’accaparaient l’essentiel des terres agricoles. Aujourd’hui, pendant qu’on fustige l’ensauvagement, les femmes voilées, le « séparatisme islamiste » et par-delà les musulmans, les grandes sociétés capitalistes et les actionnaires se gavent comme jamais et les écarts entre les plus pauvres et les plus riches se creusent encore davantage. La puissance publique déserte les quartiers populaires et les territoires déclassés. Maintenant comme avant la question de l’islam est utilisée comme épouvantail pour cacher le séparatisme capitaliste.

Signataires :

Raberh Achi, ENS, Centre Maurice Halbwachs.
Zakia Ahmed, INALCO, Centre d’études en sciences sociales sur les mondes africains, américains et asiatiques.
Sophie Bava, IRD, Laboratoire Population – Environnement – Développement.
Laurent Bazin, CNRS, Centre lillois d’études et de recherches sociologiques et économiques / Centre d’études en sciences sociales sur les mondes africains, américains et asiatiques.
Yazid Ben Hounet, CNRS, Laboratoire d’Anthropologie Sociale.
Sébastien Boulay, CNRS, Institut des Mondes Africains.
Etienne Bourel, Université Lumière-Lyon 2, Laboratoire d’Anthropologie des Enjeux Contemporains.
Anne-Marie Brisebarre, CNRS (émérite), Laboratoire d’Anthropologie Sociale.
Pascal Buresi, CNRS-EHESS, Laboratoire Histoire, Archéologie, Littératures des mondes chrétiens et musulmans médiévaux (UMR 5648) et Institut d’études de l’Islam et des sociétés du monde musulman (IISMM-UMS 2000).
François Burgat, CNRS (émérite), Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman.
Damien Calais, Université de Paris, Centre d’études en sciences sociales sur les mondes africains, américains et asiatiques.
Catherine Coquery-Vidrovitch, Université de Paris (émérite), Centre d’études en sciences sociales sur les mondes africains, américains et asiatiques.
Tarik Dahou, IRD, Patrimoines Locaux, Environnement et Globalisation.
Marie Dominique Garnier, Université de Paris 8, Laboratoire d’Etude de Genre et de Sexualité.
Véronique Ginouvès, CNRS, Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme.
Juliette Honvault, CNRS, Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman.
Bernard Hours, IRD (émérite), Centre d’études en sciences sociales sur les mondes africains, américains et asiatiques.
Françoise Lorcerie, CNRS (émérite), Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman.
Catherine Miller, CNRS, Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman.
Barbara Morovich, École Nationale Supérieure d’Architecture de Strasbourg, AMUP
Monique Selim, IRD (émérite), Centre d’études en sciences sociales sur les mondes africains, américains et asiatiques.
Christiane Vollaire, CNAM, Non-lieux de l’exil (EHESS, Institut Convergences Migrations)
Florence Wenzek, Université de Paris, CERLIS/CESSMA.

« Séparatisme » : 100 voix musulmanes disent Stop

Texte collectif publié dans Mediapart le 3 octobre 2020. Source

Du « Kärcher » de Nicolas Sarkozy à « l’Apartheid » de Manuel Valls, des « sauvageons » de Jean-Pierre Chevènement à « l’ensauvagement » de Gérald Darmanin, les habitants des quartiers populaires et plus particulièrement les musulmans font l’objet d’une attention de l’État toute particulière. Une telle obsession en temps de crise sanitaire et économique  sans précédent susciterait l’étonnement, si elle n’était le fruit d’une stratégie politique mûrement réfléchie.

Nous assistons malheureusement, dans de longs silences coupables, à la mise sous contrôle et sous accusation constante de millions de citoyens,  dont le seul tort est d’avoir choisi l’Islam pour religion et/ou d’hériter d’une couleur de peau qui déplait aux extrêmes, pour des raisons le plus souvent  électorales.

À moins que ce soit « le nombre qui pose problème », comme le rappelait Claude Guéant.

Ainsi les gouvernements successifs n’ont eu de cesse, un mandat après l’autre, une nomination après l’autre, de rejouer le grand soir où enfin l’on viendrait à bout de la chimère que l’on s’était si besogneusement échinés à créer : la menace musulmane.

Plutôt que la nécessaire lutte contre le terrorisme comme un phénomène criminel, le président Macron participe aujourd’hui par son discours à construire le problème musulman, en visant les fidèles et leur foi. Cette « cinquième colonne » qui « gangrène la République », la fait trembler sur ses fondements et la menace… d’un bout de tissu.

Sur Marianne, c’est un bonnet phrygien.

Sur Maryam, le danger d’un « islam politique ».

Mais qu’on nous réponde : si la République a traversé les heures noires de l’histoire, les temps d’oppression, les guerres et les épreuves pour finalement s’effondrer sur elle-même quand quelques-uns de ses enfants prient et croient en Dieu, n’est-ce pas qu’elle s’est déjà abimée ? Si le simple fait d’être identifiables en tant que musulmans fait de nous des citoyens d’exception malgré notre engagement au quotidien dans la société, que reste-t-il des promesses d’égalité écrites sur le fronton de nos mairies ? Et si notre Nation tremble dès qu’elle entend que certains de ses citoyens sont musulmans, n’est-ce pas qu’elle est devenue bien fragile ?

Cette fragilité qui fait vaciller nos élites, quand la question des privilèges est posée. Cette fragilité qui agite de manière fébrile les commentateurs de nos chaînes d’infos à longueur d’antenne. Cette fragilité qui insuffle et normalise la délation au sein même de nos services publics, sitôt qu’un enfant musulman évoque le nom de Dieu.

Le chef de l’État, déjà en campagne, prétend désormais lutter contre le « séparatisme ». Lui aussi donnera des coups de menton et lui aussi donnera des gages. Il « restaurera l’ordre républicain », frappera un « grand coup dans la fourmilière », « sans déni ni tabou », loin de toute « bien-pensance ». S’il n’est donné aucune définition précise et objective des concepts qui sont ainsi agités, l’objectif est clair : restreindre une fois de plus les libertés, renforcer une politique d’exception et accroître le contrôle organisationnel, idéologique et théologique des communautés musulmanes. Ainsi parla Jupiter.

Mais les mêmes causes produisant les mêmes effets, seuls les schèmes de l’extrême droite et de la réaffirmation nationaliste en sortent validés. Plus grave encore : en officialisant toujours plus avant la politique du soupçon, on termine de décourager tous les musulmans qui essaient de faire œuvre commune, lassés de lutter pour faire entendre raison à une idéologie islamophobe devenue un dogme politique.

Nous disons STOP.

Stop à la stigmatisation des femmes musulmanes, qu’elles portent ou non un foulard, dont les choix vestimentaires sont devenus un objet de débat national. Stop au dévoiement des services publics à des fins de surveillance des usagers et personnels musulmans. Stop à la volonté délibérée de l’État, hier comme aujourd’hui, d’interagir avec les communautés musulmanes sur le mode du contrôle et de l’injonction, avec la constante volonté de choisir ses interlocuteurs, au mépris des choix et des voix des premiers intéressés.

Stop à la surenchère de débats politiques et médiatiques vides de toute substance. Stop à la mise en accusation de tout intervenant, musulman ou non, qui ne souscrit pas aux discours racistes devenus omniprésents sur nos écrans. Stop aux obsessions textiles, de nos caleçons sous la douche à nos jupes à l’école. Celui-ci a une barbe. Celle-ci a un foulard. Celui-ci une kippa. Celle-ci, une robe là-bas. Stop à l’inaction du CSA, censé garantir l’intégrité des discours radio-télévisés, qui n’essaie même plus de faire semblant, quand des milliers de saisines l’alertent chaque année sur les dérives d’émissions devenus des espaces de haine et de lynchage collectif.

Stop à la lâcheté politique qui consiste, pour éviter de « laisser ces thèmes à l’extrême droite », à les intégrer puis à les normaliser au sein de partis se disant « républicains ». Stop aux disqualifications par capillarité et aux attaques ad hominem, à défaut de débats d’idées et de projets collectifs. Stop aux fausses consciences du progrès, dont l’universalisme trop souvent incantatoire, les rend aveugles aux couleurs sauf pour discriminer.

Stop à la complaisance et à l’aliénation de trop de cadres musulmans, qui ont intériorisé les stigmates au point de se les approprier, faisant de la diabolisation de leurs coreligionnaires un moyen de se signaler, ici pour un poste, là pour une récompense. À remplacer la dignité par la docilité, ils oublient qu’en jetant en pâture aux racistes les barbus et les enfoulardées, ce sont eux qui constitueront les futures cibles de ceux dont ils cherchent si ardemment l’approbation.

Stop, oui. Sans défiance ni complaisance.

Nous, femmes et hommes musulmans, reprenons le contrôle de nos vies, de nos choix, de nos voix, de nos projets.

Sereinement, calmement, dignement, librement. Nous tendons la main à la collectivité : nous n’aspirons qu’à vivre à égalité – réelle et non décrétée –, plus encore, en fraternité.

Il est temps de nous entendre.

Signataires :

Nadia Aabida, Accompagnante des élèves en situation de handicap
Lahcen Abarri, Docteur en psychologie
Farida Abdelazim, Maman au foyer
Wissam Abichou, Cheffe d’entreprise
Lamine Aboubacar, Consultant Informatique
Moumainn Abouzayd, ORL et chirurgien cervico-facial
Youcef Achmaoui, Enseignant et imam
Fatiha Ajbli, Sociologue
Torya Akroum, Cheminote et militante
Shamir Alibaksh, Avocat
Hussam Alolaiwy, Ingénieur commercial
Kevin Anjjar, Reporter
Ghassane Baaziz, Cadre dans l’industrie pharmaceutique
Ibrahim Bechrouri, Doctorant en géopolitique et enseignant des universités
Aurélia Belahouel, Psychologue
Manel Belgourari, Gestionnaire recouvrement
Samira Benmansour, Ingénieure commerciale
Feiza Ben Mohamed, journaliste
Yasmina Bennani, Journaliste
Nabil Berbour, Directeur de campagnes
Karima Berkouki, Juriste et Présidente associative
Sabrina Boubekeur, Educatrice spécialisée
Taha Bouhafs, Journaliste
Amina Boussenane, Responsable Bureau Etudes Ingénierie
Youcef Brakni, Militant associatif
Laurent Brieu, Développeur web
Enis Chabchoub, Consultant - Formateur informatique / Président associatif
Chakil Omarjee, Enseignant et imam
Brahim Charafi, Enseignant Chercheur
Misba Chaudary, Notaire
Hassan-ali Chaudhary, Data scientist
Farida Chebbah, Infirmière
Kaoutare Choukour, Avocate
Réda Choukour, Statisticien
Anas Daress, Ressources humaines
Benjamin De Amaral, Ingénieur en mathématiques financières
Hadjera Dellouche, Comptable
Abdelaziz Derdouri, Aumonier
Bassam Djebali, Infirmier
Djibril Doucouré, Diplômé en sciences politiques
Ali El Baz, Militant associatif
Fadma El Hadouchi, Hypnothérapeute
Badreddine El Kima, Responsable d’exploitation et cadre associatif
Zyad El Mejandel, Project Management officer
Ahmed Elfeky, Ingénieur
Ibn Arabi Elgoni, Consultant marketing
Hamza Esmili, Chercheur et professeur de sociologie
Samira Essabar, Responsable marketing
Mounir Ezzaraoui, Enseignant
Khadija Fadel, Formatrice, juriste
Maryem Gargoubi, Journaliste
Mihane Giagnolini, Cadre dirigeant
Najoua Guelzim, Nutritioniste
Sefen Guez Guez, Avocat
Suat Gurcu, Consultant
Karima Haddadou, Naturopathe
Hasna Haïk, Écrivaine et artiste
Agnès Hmito, Fonctionnaire
Souad Husson, Coach parental
Aboubakar Islamov, Etudiant en architecture
Hicham Ismaili, Vidéaste
Fatima Jeffali, Responsable en Ressources humaines
Nezha Kandoussi, Formatrice en langues
Faïza Kaouachi, Assistante de direction
Anasse Kazib, Cheminot, syndicaliste
Hassiba Kechiche, Responsable de Projets / Administratrice chez Etudiants Musulmans de France
Mehdi Ketfi, Manager conseil
Rodoine Lajnef, Ingénieur aéronautique
Saïd Lasmak, Consultant stratégie d’entreprise
Anila Lehmer, Directrice d’établissements d’hébergement d’urgence et de réinsertion sociale
Hasna Louz, Avocate
Said Maadi, Gestionnaire de patrimoine bâti
Yannis Mahil, Doctorant
Karima Manaa, Infirmière en psychiatrie
Melina Maouche, Gérante d’auto-école
Djamel Maoui, Dessinateur Projeteur
Naziha Mayoufi, Enseignante
Islem Mestari, Étudiant en Histoire
Salima Mimoun, Sage femme
Boutouil Mohamed, Chef d’entreprise
Hannan Mohammad, Directeur associé dans le conseil en gestion des risques financiers
Hamza Mokhtari, Ingénieur en sécurité informatique / conseiller Municipal délégué au numérique
Saïd Moktafi, Directeur d’institut
Rabab Mosbah, Chirurgienne et gynécologue
Hafida Moujoud, Ingénieure pédagogique
Barbara Moullan, Formatrice fait religieux et laïcité
Marwan Muhammad, Statisticien
Amine Nait Daoud, Cadre dirigeant
Abdel Noubli, Courtier en Assurance
Najate Ochbouk, Data Scientist
Aicha Ouattou, Packager/intégratice d’application
Ayoub Ouchani, Étudiant en classe prepa
Azdine Ouis, Militant Associatif et Politique
Chadia Ourabah-Medjdoub, Assistante juridique
Fatmatül Pralong, Enseignante agrégée
Princess Aniès, Artiste, productrice, réalisatrice
Ali Rahni, Acteur associatif et militant EELV
Kawthar Raji, Professeure en communication digitale
Abderahmane Ridouane, Président du rassemblement des musulmans de Pessac
Jélane Saad-Abouzayd, Doctorante ENS en Biologie du cancer
Montassir Sakhi, Doctorant en sociologie des religions
Samra Seddik, Sage-femme, présidente associative
Wadah Seddik, Responsable commercial
Samia Segueni, Agent administratif
Florim Selmani, Enseignant
Thomas Sibille, Libraire
Leila Sihabi-Namli, Co-gérante/directrice administrative
Omar Slaouti, Conseiller municipal à Argenteuil
Jamila Tanadrte, Maman à plein temps
Myriam Terristi, Etudiante
Charlotte Vrignaud, Éducatrice spécialisée
Zine Yahoui, Ingénieur Télécom
Melike Yazir, Journaliste

 

[1Raberh Achi, « 1905 : Quand l’islam était (déjà) la seconde religion de France », Multitudes, 2015/2, p. 45-52.

[2Frantz Fanon, « L’Algérie se dévoile », dans Sociologie d’une révolution, p. 16-50. François Maspero, 1959.

[3Lila Abu-Lughod. Do Muslim Women Need Saving ?, Cambridge : Harvard University Press, 2013.

[4Agnès De Féo, Derrière le Niqab, Armand Colin, 2020.

[5Charles Robert Ageron. Histoire de l’Algérie contemporaine, De l’insurrection de 1871 au déclenchement de la guerre d’Algérie (1954), T. 2, PUF, 1979.

 
Partager cet article
Repost0