Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Adresse : ATF, 5 rue Louis Blanc, 75010 Paris 

Tél. : 01.45.96.04.06, 

Fax. : 01.45.96.03.97,

Recherche

Liens

23 mai 2017 2 23 /05 /mai /2017 16:27

 

5 SOLUTIONS NATURELLES POUR SOULAGER L'ARTHROSE*

L'arthrose est l'une des maladies pour laquelle la médecine naturelle a le plus de solutions efficaces, en prévention ET en guérison. Pourtant la plupart des malades n'en sont presque jamais informés :

  • On leur dit que l’arthrose est inévitable avec l’âge ; faux !
  • Qu’elle est irréversible : c’est faux encore !
  • Qu’il faut éviter le mouvement pour la soulager : c’est exactement l’inverse qu’il faut faire !

Plus grave encore : les meilleurs remèdes restent mystérieusement cachés, ignorés du grand public et des malades !

DES REMÈDES NATURELLES PLUS EFFICACES QUE LES MÉDICAMENTS*

C’est pour remédier à cette situation absurde que ce dossier a été conçu. Réalisé par le Dr. Philippe VEROLI, il vous révèle par exemple :

  • Que lorsqu’on associe deux substances naturelles, la chondroïtine et la glucosamine, on améliore l’état des personnes atteintes d’arthrose* dans 80% des cas !
  • Qu’un produit contenant des substances extraites de l’avocat et du soja améliore nettement la fonction des articulations et diminue la douleur* ;
  • Et que certaines plantes (curcuma, gingembre, feuilles de cassis, piment) ont des talents virtuoses pour soulager l’arthrose*. Presque comme si elles avaient été créées pour ça ! 

Pour chacun de ces remèdes naturels, ce dossier vous donner des posologies précises et un mode d’emploi qui a démontré scientifiquement son efficacité.

Repost 0
Published by atf-federation - dans Santé
commenter cet article
23 mai 2017 2 23 /05 /mai /2017 16:23

Tunisie : des milliers de personnes en colère à l'enterrement d'un manifestant

Tunisie : des milliers de personnes en colère à l\'enterrement d\'un manifestant
 

Des milliers de personnes en colère ont afflué mardi près de Tataouine, dans le sud tunisien en ébullition, pour assister aux funérailles du manifestant tué la veille lors d'affrontements avec les forces de l'ordre à proximité d'un complexe pétrolier.
 
De leur côté, les autorités ont mis en garde contre un dérapage de la situation dans cette région de Tataouine (500 km de Tunis) où un calme précaire régnait à la mi-journée, au lendemain de heurts inédits depuis plus d'un an dans le pays.

Selon une journaliste de l'AFP, un flux ininterrompu de véhicules était pendant ce temps enregistré à Bir Lahmer, la localité d'origine du manifestant tué, à 30 km de Tataouine.

"Avec nos âmes, avec notre sang, nous nous sacrifierons pour le martyr", ont scandé les milliers de personnes présentes, dans l'attente des funérailles prévues dans l'après-midi.

Après un mois d'un sit-in pacifique motivé par des revendications sociales, ce jeune manifestant a été tué lundi -"accidentellement" selon les autorités- par un véhicule de la Garde nationale (gendarmerie), à proximité du site pétrolier d'El-Kamour, à deux heures de route de Tataouine.

La tension y était montée durant le week-end, les forces de l'ordre faisant ensuite usage lundi de gaz lacrymogène pour empêcher des protestataires d'entrer dans le complexe, une première depuis que le président Béji Caïd Essebsi a solennellement demandé le 10 mai aux militaires de protéger les sites de production du pays.
 

 - "Incitation" -

Selon un correspondant de l'AFP, aucun nouvel incident n'a été observé mardi matin à El-Kamour, où certains manifestants continuent de réclamer une meilleure répartition des richesses et des recrutements prioritaires dans les sociétés pétrolières malgré des annonces gouvernementales.

Un calme précaire prévalait aussi à Tataouine, où des heurts violents avaient également éclaté la veille.

Ces violences ont fait des dizaines de blessés, dont une vingtaine de membres des forces de l'ordre, et des bâtiments publics ont été incendiés.

Dans un pays secoué par de fréquents troubles sociaux depuis la chute de la dictature en janvier 2011, il s'agit des événements les plus sérieux depuis début 2016.

A l'époque, l'unique pays rescapé du Printemps arabe avait connu la plus importante contestation sociale depuis la révolution après la mort d'un jeune lors d'une manifestation pour l'emploi à Kasserine, une autre région défavorisée.

"Il y a de l'incitation sur les réseaux sociaux (...), des appels à la désobéissance civile (...) et même au coup d'Etat dernièrement", a déploré lundi soir le porte-parole de la Garde nationale, Khalifa Chibani, sur la radio Mosaïque FM.

Le ministre de l'emploi Imed Hammami, chargé des négociations sur le dossier El-Kamour/Tataouine, avait auparavant accusé -sans les nommer- "des candidats à la présidence et des partis en faillite" d'être derrière ces évènements.

Selon Mosaïque FM, des heurts nocturnes ont eu lieu à Kébili, à plus de 200 km au nord-ouest de Tataouine. Une grève générale a été décrétée mardi dans la ville voisine de Douz. Et, en matinée, une centaine de personnes se sont rassemblées à Gafsa (centre), reprenant le slogan de Tataouine "on ne lâche rien", d'après un correspondant de l'AFP.
 

 - Essebsi "responsable" -

"La période par laquelle passe la Tunisie est délicate", a commenté Mohamed Ennaceur, le président du Parlement, où une session plénière a été consacrée à la situation.

Le gouvernement doit s'attaquer aux problèmes "qui font ressentir aux Tunisiens que rien n'a changé depuis le 14 janvier 2011. Sinon le pire est à craindre", a plaidé le quotidien La Presse.

A Tunis, où des manifestations ont eu lieu lundi, certains slogans de la révolution ont ressurgi, dans un contexte où le pouvoir est déjà vivement décrié pour un projet de loi d'amnistie -sous conditions- des faits de corruption.

"Le chef de l'Etat est responsable de ce décès, de ce qui s'est passé à Tataouine et se passera dans d'autres régions, surtout après son discours" sur le recours à l'armée, a réagi la Coordination nationale des mouvements sociaux.

Le porte-parole du gouvernement Iyed Dahmani a lui rappelé sur Shems FM que la Tunisie était "aujourd'hui un régime démocratique": "Dans toutes les démocraties, il n'y a pas d'autre solution que d'appliquer la loi et de dialoguer avec les manifestants", a-t-il dit.
Repost 0
Published by atf-federation - dans Echos de Tunisie
commenter cet article
22 mai 2017 1 22 /05 /mai /2017 17:28
Accueil  Societe  La main de Fatma toute une symbolique en Tunisie

La main de Fatma toute une symbolique en Tunisie

2192
 
 
Vous n’avez pas pu passer à côté de la main de Fatma, c’est une amulette en forme de main ouverte.

On en retrouve des représentations dans toute la Tunisie, ainsi qu’en Afrique du Nord et ce depuis l’époque des Carthaginois.
Peu à peu l’usage de cette amulette de protection contre le mal s’est répandu dans toute l’Afrique du Nord jusqu’aux frontières de l’Asie. On retrouve la main de Fatma jusqu’en Inde et au Pakistan ! La main de Fatma (ou Fatima) s’appelle aussi « La Khamsa ».

La main de Fatma est une amulette protégeant contre le mauvais oeil. Elle est aussi associée au chiffre 5. Cette amulette de protection n’est pas un symbole religieux juif ou musulman, mais chaque culture y a associé une symbolique différente.

Pour les musulmans l’origine de la main de Fatma et du chiffre 5 est liée au prophète Mohamed. Pour les juifs d’Afrique du Nord le chiffre 5 est associé à la lutte contre l’Aïn, le « mauvais œil », celui du regard de l’envieux, de la pensée du jaloux qu’il faut absolument contrer à l’aide d’une amulette. La main grande ouverte oppose un stop au mauvais oeil.

La main de Fatma se retrouve sur de nombreux objets en Tunisie :

 

 

Symbole du don et du langage écrit. La main est l’une des plus vieilles représentations mythologiques connues dans le monde de l’Islam, jouant toujours un rôle protecteur contre le mauvais oeil.

 

 

 

ET SI VOUS METTIEZ VOTRE GRAIN DE SEL ?

 
Repost 0
Published by atf-federation - dans Echos de Tunisie
commenter cet article
13 mai 2017 6 13 /05 /mai /2017 04:33
 
Israël recourt à une « guerre psychologique » pour tenter de briser la grève de la faim des prisonniers politiques palestiniens
 
 
 

"Israël a refusé de négocier avec les grévistes de la faim et de discuter avec eux à propos de leurs revendications, faisant allusion aux prisonniers comme à des terroristes et à la grève comme à un stratagème médiatique.

En attendant, l’Administration Pénitentiaire Israélienne essaie de démoraliser ses participants et leurs soutiens."

Lire la suite de la journaliste Charlotte Silver d'Electronic Intifada publié sur le site de l'Agence

Israël recourt à une « guerre psychologique » pour tenter de briser la grève

Lire également cette actualisation de la situation de ces prisonniers politiques palestiniens au 11 mai dernier sur le site de l'Agence , et cette déclaration de plusieurs ONG de défense des droits humains.

 

Manifestons notre solidarité avec les prisonniers également sur les réseaux sociaux!

Nous vous proposons d'utiliser le hashtag #SolidariteAvecLesPrisonniers 

De nombreux visuels de soutien à ces prisonniers ont également été publiés sur le compte twitter de l'Agence ou sur sa page facebook.

 
 
15 mai 2017: Commémoration des 69 ans de la Nakba
 
 

Il y a 69 ans, 750 000 Palestiniens étaient dépossédés de leur terres, 400 villages ont été dépeuplés ou détruits. 24 massacres, et 7 millions de réfugiés Palestiniens aujourd'hui.

#Nakba #OnOubliePas

Lire à ce sujet le billet de Ziad Medoukh, directeur du département de français à l'Université Al Aqsa de Gaza publié ce jour sur le site de l'Agence.

Lire aussi à ce sujet cette déclaration d'Anat Matar, membre du Comité israélien de soutien aux prisonniers palestiniens, lors de Marche du Retour qui s’est déroulée le 3 mai 2017 sur le site du village détruit d’Al-Kabri en Galilée:

« Israël n’a jamais reconnu ses citoyens palestiniens »

 

 
 
La plus grande fédération de syndicats de Norvège adhère au boycott total d’Israël
 
 

" 12 mai 2017 – Aujourd’hui, la Confédération norvégienne des Syndicats (LO), qui représente près d’un million de travailleurs, a souscrit au boycott total d’Israël pour permettre aux Palestiniens d’acquérir leurs droits fondamentaux conformément au droit international. LO est la plus grande et la plus influente des organisations qui chapeautent les unions syndicales de Norvège."

Lire la déclaration du BNC (comité palestinien pour le BDS) suite à cette grande et belle victoire du mouvement BDS sur le site de la Campagne BDS France.

 
 
Sortie en salles du film « Le chanteur de Gaza »
 
 

« Le Chanteur de Gaza», dernier film du réalisateur palestinien Hany Abu Assad , vient de sortir en salles en France le 10 mai dernier.

"Passionné par la musique depuis son enfance où il chantait dans les mariages et les réceptions privées, Mohammed Assaf veut réussir son rêve : devenir un grand chanteur. Il décide de participer à l’émission télévisée Arab Idol. Hélas, celle-ci est enregistrée en Égypte et Mohammed est prisonnier de la bande de Gaza… Commence alors un parcours du combattant pour rejoindre, sans passeport, l’hôtel où a lieu l’enregistrement…

On avait découvert Hany Abu-Assad avec deux films passionnants Paradise now (1er film palestinien à recevoir un Golden Globe en 2005) et qui racontait comment deux jeunes Palestiniens devenaient, à force d’humiliations, des bombes humaines, et Omar (2013). Avec Le Chanteur de Gaza le réalisateur filme l’histoire réelle de M. Assaf comme un film d’action. Premier film partiellement tourné dans la bande de Gaza depuis 20 ans, il se veut un hommage à ce territoire perdu: « Ce n’est pas comme si le film allait changer leur situation, mais le film peut les aider à se changer eux et à croire en eux-mêmes »"

L'Agence Média Palestine vous recommande ce très beau film, qui est sorti à l'échelle nationale.

Lire la suite de la présentation de ce film sur le site de l'Agence.

 

 
 

L'Agence Média Palestine a besoin de votre soutien!

 
 Faire un don à l'Agence 
Repost 0
Published by atf-federation - dans Solidarité internationale
commenter cet article
13 mai 2017 6 13 /05 /mai /2017 04:31
A P P E L
 
Solidarité avec les réfugiés syriens et les migrants subsahariens
bloqués à la frontière algéro-marocaine
 
Jeudi 18 mai 2017, à 18 heures 30,
Fontaine des Innocents,
Place du Châtelet, Paris
 
 
Depuis le 17 avril dernier, quarante et un réfugiés syriens, dont quinze d’enfants, sont bloqués dans une zone frontalière algéro-marocaine, près de la ville de Figuig (Maroc), dans des conditions extrêmement difficiles, sous un soleil de plomb la journée et soumis à des attaques de serpents et de scorpions la nuit.
 
Le 8 mai, la situation s'est encore aggravée car les autorités marocaines ne laissent plus la société civile sur place venir en aide à ces réfugiés et leur fournir le minimum vital, à savoir de l'eau et de la nourriture. Face à l'évolution dramatique de la situation dans laquelle se trouvent ces réfugiés, plusieurs associations et organisations se mobilisent pour alerter l'opinion publique maghrébine et internationale, ainsi que les instances internationales afin de trouver une réponse à cette urgence humanitaire.
 
Par ailleurs, nous avons appris, par le mouvement associatif marocain, que trente-quatre migrants subsahariens se trouvent dans la même situation de détresse, rejetés et bloqués, eux aussi, à la frontière algéro-marocaine.
 
Les autorités respectives de l'Algérie et du Maroc passent, aujourd'hui, leur temps à se renvoyer la responsabilité de cette situation dramatique sans venir en aide à ces réfugiés. Elles sont coupables de non-assistance à personnes en danger.
 
La militarisation des frontières algéro-marocaines entraîne de graves violations des droits humains. Depuis plusieurs années, les deux armées chassent les migrants subsahariens d'une frontière à l'autre, en flagrant délit d'atteinte aux droits des réfugiés et de la Convention internationale de Genève relative à la protection des réfugiés, bafouant le plus élémentaire des droits humains : celui d'accueillir des demandeurs d'asile syriens échappant à la guerre qui ravage leur pays, ou des migrants subsahariens qui fuient la misère.
 
Cette attitude illustre dramatiquement les conséquences de l'approche du tout sécuritaire imposée aux peuples de la région qui aspirent à un Maghreb des peuples ouvert, solidaire et démocratique.
 
Face à cette situation, les associations, organisations et personnes signataires :
- alertent l'opinion publique sur ce drame humain ;
- exigent des autorités marocaines et algériennes d'assurer la protection des réfugiés et des migrants, de les accueillir dignement et de leur garantir dans l'urgence l'acheminement des vivres et des soins ;
- interpellent les instances internationales pour une solution rapide dans le respect du droit et des conventions internationales,
- exigent des autorités françaises de prendre leur responsabilité dans l'accueil des réfugiés syriens,
- appellent à un rassemblement de solidarité avec les réfugiés syriens et les migrants subsahariens : jeudi 18 mai 2017, à 18 heures 30, Fontaine des Innocents, Place du Châtelet, Paris.
 
 
Premières associations et organisations signataires :
 
Appel d’Avignon à la solidarité avec le peuple syrien
Assemblée citoyenne des originaires de Turquie (ACORT)
Association de défense des droits de l’homme au Maroc (ASDHOM)
Association démocratique des Tunisiens en France (ADTF)
Association des Tunisiens de l'Isère citoyens des deux rives (ATI-CDR)
Association des familles des prisonniers et disparus sahraouis (AFAPREDESA)
Association des Marocains en France (AMF)
Association des travailleurs maghrébins de France (ATMF)
Association des Tunisiens en France (ATF)
Association marocaine des droits humains (AMDH)-IDF Paris,
Association Na'oura (Belgique)
Association Promotion des Cultures et du Voyage (APCV)
Collectif algérien en France ACDA (Agir pour le changement et la démocratie en Algérie)
Comité pour le respect des libertés et des droits de l'Homme en Tunisie (CRLDHT)
El Ghorba
Fédération des Amis de Figuig (FAF)
Fédération des Tunisiens pour une citoyenneté des deux rives (FTCR)
Fédération internationale des droits de l’Homme (FIDH)
Forum Palestine Citoyenneté
Immigration Développement Démocratie (IDD)
Ligue des droits de l’Homme (LDH)
Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples (MRAP)
Parti socialiste unifié (PSU Maroc), section France
Plateforme euro-marocaine MDCD
Réseau Euromed France
Souria Houria

Avec le soutien de (premiers signataires) :

Nadia Abbou, militante associative
Mourad Allal, militant associatif
Tewfik Allal, militant associatif
Mustapha Amgoune, militant politique
Mehdi Arafa, ingénieur
Boualem Azahoum, militant associatif
Nawal Badaoui, militante associative
Etienne Balibar, professeur émérite (philosophie), Université de Paris-Ouest
Mohammed Bazza, militant associatif
Farouk Belkeddar, militant associatif
Raymond Benhaïm, économiste
Tarek Ben Hiba, militant associatif
Abderrahmane Benkerroum, militant associatif
Ali Bensaad, géographe
Fatima Besnaci-Lancou, docteur en histoire contemporaine
Abderrazak Bouazizi Horchani, militant associatif
Mouloud Boumghar, juriste
Ali Brahimi, ancien militant du MCB et ancien parlementaire
Nadia Chaabane, militante associative
Nabil Challal, informaticien, militant associatif
Souad Chaouih, militante associative
Mouhieddine Cherbib, militant associatif
Alice Cherki, essayiste, psychanalyste
Ali Dabbaj, militant des DH
Delphine de Boutray, metteur en scène
Jocelyne Dakhlia, directrice d'études EHESS
Drisss El Kherchi, militant associatif
Driss El Korchi, militant associatif
Mohammed-Lakhdar Ellala, militant associatif
Abbas Fadhel, réalisateur
Saïd Fawzi, militant des DH
Seddik Ferchichi, militant associatif
Cherif Ferjani, essayiste, professeur émérite
Ouissam Ghmimat, militant des DH
Rachid Hammadi, militant associatif
Mohammed Harbi, historien
Hana Jaber, chercheuse
Abderrazak Kitar, militant associatif
Abdellatif Laabi, écrivain
Renée Le Mignot, responsable associative
Bachir Maaouni, militant associatif
Farouk Mansouri, militant associatif
Philippe Marlière, politiste
Umit Metin, militant associatif
Bachir Moutik, militant associatif
Slimane Noceir, militant associatif
Rahim Rezigat, responsable associatif
Fabrice Riceputi, historien
Lana Sadeq, militante associative
Youssef Selmi, responsable associatif
Hassan Slama, universitaire
Mohammed Smida, juriste
Taoufiq Tahani, universitaire
Tarik Toukabri, militant associatif
Michel Tubiana, responsable associatif
Emmanuel Wallon, professeur de sociologie
Farid Yaker, responsable associatif
Abdallah Zniber, militant associatif
Lamis Zohlof, militante associative
 
Pour tous contacts :
Souad Chaouih : 06 64 83 36 10 Mail : Pole.amf@gmail.com
Tewfik Allal : 06 81 60 65 43 : tewfik.allal@mailfr.com
Repost 0
Published by atf-federation - dans Immigration
commenter cet article
11 mai 2017 4 11 /05 /mai /2017 21:09
 

AFP, publié le mercredi 10 mai 2017 à 18h53

Hidalgo, Aubry, Taubira, des intellectuels, lancent le mouvement humaniste "Dès demain"

Les maires socialistes de Paris et de Lille, Anne Hidalgo et Martine Aubry, l'ex-Garde des Sceaux Christiane Taubira, des intellectuels et artistes, ont lancé mercredi "Dès demain", un "mouvement d'innovation" ouvert à "tous les humanistes qui croient encore en l'action".

Dans une tribune publiée dans Le Monde, quelque 160 signataires appellent leurs concitoyens à un "sursaut", en annonçant le lancement de ce "grand mouvement d'innovation pour une démocratie européenne, écologique et sociale, intitulé +Dès demain+".

Parmi les signataires de la tribune figurent des personnalités politiques comme Guillaume Balas et Mathieu Hanotin, proches de Benoît Hamon, Marylise Lebranchu ou André Laignel, le photographe et militant écologiste Yann Arthus-Bertrand, la philosophe Dominique Méda, le chanteur Jacques Higelin, l'humoriste Christophe Alévêque... 

"Dès Demain", "ça n'est pas un parti, ça n'est pas un courant", a assuré la maire PS de Paris Anne Hidalgo dans un entretien à l'AFP. Également présidente du réseau international de villes Cities 40 (C40), elle a insisté sur la volonté d'"un espace commun, national, européen, international, à la fois de discussion et de promotion des solutions inventées tous les jours sur nos territoires".

Cette initiative est sans rapport avec celle annoncée le même jour par l'ancien candidat socialiste Benoît Hamon.

"Ce sont les citoyens engagés qui relèveront à la fois localement et globalement les grands défis auxquels est confrontée l'humanité", ajoutent les signataires, en parlant de "libérer notre avenir français et européen de la catastrophe environnementale, de la casse sociale, de la faillite démocratique, de l'abandon des valeurs républicaines".

Dès Demain se fixe pour rôle "d'identifier les solutions et les réussites locales, et de travailler à leur mise en œuvre à toutes les échelles de territoires : locale, nationale et européenne", poursuit le texte.

Selon la maire de Paris, qui a déclaré en avoir eu "l'idée depuis longtemps" et être prête à en assumer la présidence, la future association sera lancée lors d'une "grande réunion publique avant l'été". Elle "s'inscrit dans la durée et s'appuie sur l'essentiel sur la société civile". L'objectif est de regrouper des "acteurs qui viennent du champ social, d'autres de l'écologie, beaucoup encore sont des élus locaux", a-t-elle précisé. 

La maire de Paris a assuré avoir "vu tout le monde", notamment Jean-Christophe Cambadélis, Benoît Hamon, Bernard Cazeneuve, pour dire que "cette démarche ne s'inscrit pas dans le cadre du PS". "Qu'elle puisse être utile aux partis politiques de gauche, humanistes, dans la durée, tant mieux !"

"Mon travail, ma mission, mon mandat, c'est Paris, et de gagner les jeux Olympiques pour Paris 2024. C'est l'horizon dans lequel je m'inscris", a aussi glissé Mme Hidalgo.

Dans un communiqué, Nathalie Kosciusko-Morizet, cheffe de l'opposition Les Républicains à la maire de Paris, a critiqué cette initiative en estimant: "Alors que son candidat a été lourdement sanctionné à la présidentielle y compris à Paris, Anne Hidalgo montre à nouveau son sectarisme en s'engageant dans une démarche toujours plus à gauche".

Repost 0
Published by atf-federation - dans Divers
commenter cet article
11 mai 2017 4 11 /05 /mai /2017 20:44

Le droit à la déconnexion au sein de l'entreprise

Le droit à la déconnexion au sein de l\'entreprise
 

 
 

Nous sommes aujourd'hui hyper sollicités. Smartphones et ordinateurs sont partout, à la maison et au bureau. La séparation entre les deux mondes n'est plus aussi claire et les abus parfois lourds de conséquences. Comment ne pas se laisser envahir par son environnement de travail ? En se protégeant...

Le droit à la déconnexion kézako ?

C'est le droit du salarié à refuser de répondre à tout appel, SMS ou mail de nature professionnelle, hors du cadre des horaires définis par son contrat de travail.
L'article 55 de la loi El Khomri, entré en vigueur le 1er janvier 2017 dans le code du travail, stipule que toute entreprise de plus de 50 salariés, se voit dans l'obligation d'ouvrir une négociation avec les partenaires sociaux (syndicats, CHSCT…) sur le droit à la déconnexion.
Le but de ces négociations est de définir les modalités qui permettront de protéger tout salarié qui aura décidé de couper ses communications, quelles qu'elles soient, une fois la journée finie ou durant son week-end.

Pourquoi le mettre en place ?

Ces mesures ont pour objectif de défendre la frontière entre la sphère privée et la sphère professionnelle. Cette distance n'a cessé de s'amoindrir avec la multiplication des canaux de communications, avec pour principal vecteur l'essor des smartphones professionnels, qui combinent à eux seuls téléphone, SMS, comptes mails et réseaux sociaux. Une séparation de plus en plus ténue entre privé et professionnel qui peut parfois conduire jusqu'au burn-out.

Conseils pour déconnecter

L'instauration de règles simples peut s'avérer efficace :
•    paramétrez un message d'absence sur des plages horaires fixes en semaine et le week-end, sur votre boîte mail, mais aussi votre smartphone ;
•    privilégiez les envois en différé pour les emails qui ne représentent pas une haute importance ;
•    transmettez les rapports de réunions tardives plutôt le lendemain matin ;
•    optimisez l'organisation de votre boîte de messagerie, de manière à ne pas noyer les emails importants sous le flux des autres messages ;
•    accordez-vous dans la journée de courtes pauses, durant lesquelles vous laisserez votre smartphone sur le bureau avant d'aller vous aérer ;
•    plus simplement, une fois en week-end, éteignez-le et laissez votre ordinateur portable au bureau.
Enfin, si ces indications ne suffisent pas vous pouvez toujours compter sur ces 3 applications pour décompresser au travail.

Repost 0
Published by atf-federation - dans droits
commenter cet article
11 mai 2017 4 11 /05 /mai /2017 20:27

En France, le cancer du sein est le cancer le plus fréquent chez la femme. C’est aussi la première cause de mortalité par cancer, avec près de 12 000 décès par an. Pourtant, s’il est détecté tôt, ce cancer est guéri dans 9 cas sur 10. Son dépistage est donc un enjeu majeur de santé publique ; pour réduire la mortalité et la morbidité liées au cancer du sein , mais également pour améliorer la qualité des prises en charges des personn es concernées.

En octobre 2016, Marisol TOURAINE, ministre des Affaires sociales et de la Santé, a engagé une rénovation profonde du programme de dépistage organisé du cancer du sein. Ce nouveau plan d’actions propose à toutes les femmes, quels que soient leur âge et leur niveau de risque, un suivi personnalisé, mieux coordonné et impliquant davantage le médecin traitant.

Ce programme de dépistage renouvelé s’appuie sur les recommandations remises à la ministre par l’Institut national du cancer (INCa), suite à la remise du rapport du comité d’orientation de la concertation citoyenne et scientifique lancée en 2015 sur le sujet.

Une consultation dédiée à la prévention de tous les cancers sera proposée aux femmes de 25 ans pour les sensibiliser à l’intérêt du dépistage et les informer sur les modalités de dépistage ou de suivi, selon les antécédents et les facteurs de risque de chacune. Cette consultation sera également l’occasion d’informer les femmes sur le dépistage du cancer du col de l’utérus, et plus globalement sur les facteurs de risques comportementaux (tabac et alcool, habitudes alimentaires, activité physique, etc.), la contraception ou les infections sexuellement transmissibles. Cette consultation sera intégralement prise en charge par l’Assurance maladie dès le 1er janvier 2018.

De 50 à 74 ans : un suivi personnalisé, coordonné et impliquant davantage le médecin traitant.

Une seconde consultation dédiée à la prévention et au dépistage sera proposée aux femmes à 50 ans, organisant un suivi personnalisé prenant en compte leurs éventuels facteurs de risque. Par ailleurs, l’échographie prescrite si nécessaire en complément de la mammographie, sera réalisée sans dépassements d’honoraires à compter de 1er janvier 2018.

Voir les 12 mesures du Plan d'action sur le site du Ministère des affaires sociales et de la santé

Marisol Touraine modernise le dépistage organisé du cancer du sein et annonce la mise en place de deux consultations dédiées, pour toutes les femmes de 25 ans et 50 ans

Marisol TOURAINE, ministre des Affaires sociales et de la Santé, modernise le dépistage organisé du cancer du sein : toutes les femmes, quel que soit leur âge ou leur niveau de risque, bénéficieront désormais d’un suivi personnalisé, mieux coordonné et impliquant davantage le médecin traitant. Le nouveau programme lancé aujourd’hui renforce l’information de toutes les femmes et prévoit notamment la mise en place de deux consultations dédiées à la prévention, à 25 ans, consultation prise en charge à 100% par l’Assurance maladie, et à 50 ans.

A l’issue d’une grande concertation citoyenne et scientifique, Marisol TOURAINE avait annoncé en octobre 2016 la prise en charge à 100% par l’Assurance maladie d’examens de dépistages supplémentaires pour les femmes particulièrement exposées. Aujourd’hui, la Ministre lance un nouveau programme de dépistage organisé du cancer du sein, qui renforce l’information des femmes dès 25 ans et améliore le suivi de toutes les femmes.
Une meilleure information des femmes à 25 ans : prévenir avant de dépister
Une consultation dédiée à la prévention de tous les cancers sera proposée aux femmes de 25 ans pour les sensibiliser à l’intérêt du dépistage et les informer sur les modalités de dépistage ou de suivi, selon les antécédents et les facteurs de risque de chacune. Cette consultation sera également l’occasion d’informer les femmes sur le dépistage du cancer du col de l’utérus, et plus globalement sur les facteurs de risques comportementaux (tabac et alcool, habitudes alimentaires, activité physique, etc.), la contraception ou les infections sexuellement transmissibles. Cette consultation sera intégralement prise en charge par l’Assurance maladie dès le 1er janvier 2018.
De 50 à 74 ans : un suivi personnalisé, coordonné et impliquant davantage le médecin traitant
Une seconde consultation dédiée à la prévention et au dépistage sera proposée aux femmes à 50 ans, organisant un suivi personnalisé prenant en compte leurs éventuels facteurs de risque. Par ailleurs, l’échographie prescrite si nécessaire en complément de la mammographie, sera réalisée sans dépassements d’honoraires à compter de 1er janvier 2018.

Les 12 mesures du plan d’action pour la rénovation du dépistage organisé du (...) Téléchargement (781.3 ko)

« La meilleure chance pour guérir du cancer du sein, c’est le dépistage. Pourtant, encore trop peu de femmes ont recours au dépistage organisé. C’est pourquoi je veux que chaque femme de 25 ans bénéficie d’une consultation dédiée et que chaque femme à 50 ans bénéficie d’un suivi plus personnalisé. Donner un nouvel élan au dépistage du cancer du sein pour mieux garantir la santé des femmes, c’est tout l’objet de ce programme », a déclaré Marisol TOURAINE.

Le cancer du sein est le cancer le plus fréquent chez la femme en France. C’est aussi la 1ère cause de mortalité par cancer chez la femme, avec près de 12 000 décès par an. Pourtant, s’il est détecté tôt, ce cancer est guéri dans 9 cas sur 10. Son dépistage est un enjeu majeur de santé publique.

Repost 0
Published by atf-federation - dans Santé
commenter cet article
11 mai 2017 4 11 /05 /mai /2017 20:04

Affichez ce courriel dans votre navigateur

 

Pourquoi et comment s’implique-t-on dans une association à Paris ? 
 
La Ville de Paris souhaite approfondir sa connaissance du milieu associatif, et dans la continuité du « baromètre de la vie associative » auquel plus de 1200 d’entre vous aviez répondu (en septembre 2014), nous vous invitons à remplir ce questionnaire sur l’implication des Parisiens dans les associations.
Nous vous remercions de votre contribution à cette enquête qui permettra de mieux comprendre la place des acteurs associatifs dans les dispositifs de démocratie participative mais aussi plus largement de mieux comprendre les transformations à l’œuvre dans les associations parisiennes.
 
Vous êtes invités, si vous le souhaitez, à remplir le questionnaire accessible en ligne en cliquant sur le lien suivant : https://www.modalisa-enquete.com/rnma-paris/


(Ou en effectuant un copier-coller de l’adresse Web dans le champ d’adresse de votre navigateur).
Ce questionnaire vous prendra 15 minutes et s’adresse à tous les membres des associations (salarié, volontaire en service civique et bénévole).
Nous vous invitons donc à le faire circuler au sein de votre structure.
 
Cette enquête est ouverte jusqu’à fin juin 2017. Les données sont recueillies à des fins statistiques et sont strictement confidentielles. Aucun recoupement avec les informations que vous avez fournies sur votre compte SIMPA ne sera effectué. L’enquête est conduite par Mathilde Renault Tinacci, chercheuse-doctorante au sein de la Mairie de Paris missionnée par le service association (DDCT) et rattachée au laboratoire CERLIS-CNRS et à l’Université Paris Descartes.

Si vous avez besoin d’informations complémentaires, n’hésitez pas à envoyer votre question à :  duct-ovap@paris.fr
 
En vous remerciant par avance de votre participation.

 

PS : Vous recevez ce message de la Ville de Paris car votre adresse électronique est enregistrée comme adresse de contact d'une association dans SIMPA. Conformément à la loi du 6 janvier 1978 modifiée par la loi du 6 août 2004, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, et de suppression, de tout ou partie des données vous concernant. Pour l'exercer ou pour demander à ne plus recevoir ce type d'information, connectez-vous sur SIMPA et identifiez-vous. 

 

 

Repost 0
Published by atf-federation - dans Communiqués
commenter cet article
4 mai 2017 4 04 /05 /mai /2017 19:44
 ‎مانيش مسامح Manich Msamah
 
Rassemblement à Paris contre la loi de la réconciliation
jeudi 11 mai à 17:30 UTC+01
25 Rue Barbet de Jouy, 75007 Paris, France
Repost 0
Published by atf-federation - dans Echos de Tunisie
commenter cet article