Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Adresse : ATF, 5 rue Louis Blanc, 75010 Paris 

Tél. : 01.45.96.04.06, 

Fax. : 01.45.96.03.97,

Recherche

Liens

10 mars 2017 5 10 /03 /mars /2017 18:21

المرصد المغاربي للهجرة

التقرير الشهري حول ظاهرة "الحرقة" في تونس - جانفي 2017 -

 

تقديم

مازال البحرُ المتوسط قبلة الهاربين من جحيم الحروب و من الازمات الاقتصادية والاجتماعية التي تعصف بدول المنطقة. ورغم انخفاض عدد الواصلين الى أوروبا خلال سنة 2016 الى 364000 مقابل 1015807 خلال سنة 2015 مقابل ارتفاع عدد الضحايا الى 4742 خلال سنة 2016 وقد توجّه منهم 181000 نحو السواحل الإيطالية بارتفاع يقدّر ب 20 في المائة مقارنة بسنة 2015.

أما في تونس وخلال سنة 2016 فقد أحبطت السلطات التونسية 113 محاولة "حرقة" بمجموع 1103 مجتازا قابل 75 محاولة سنة 2015 و 87 سنة 2014 فيما أعلنت البحرية الإيطالية إيقاف 541 قادما من تونس في عمليات "حرقة" .

 

 

مرصد الهجرة

أطلق المنتدى التونسي للحقوق الاقتصادية والاجتماعية ومنتدى بدائل المغرب منذ شهر جانفي 2017 النواة الأولى للمرصد المغاربي للهجرة وهو هيكل يعنى بالرصد و التحليل لكل قضايا الهجرة واللجوء في المنطقة المغاربية وافريقيا جنوب الصحراء والبحر الأبيض المتوسط. سيقع دعم المرصد تدريجيا بخبراء ومختصين مع توسيع مجال عمله بالشراكة مع الجمعيات ومراكز البحث والمخابر العلمية المختصة و سيعمل على اصدار تقارير شهرية وسنوية وبحوث ميدانية وتنظيم لقاءات وندوات حول ظاهرة "الحرقة" وكل ماله علاقة بالهجرة. وينطلق أوليا في اصدار تقارير حول "الحرقة" في تونس.

منهجية الرصد

يعتمد "مرصد الهجرة" التابع للمنتدى التونسي للحقوق الاقتصادية والاجتماعية في رصده لعمليات الهجرة غير النظامية على بلاغات وزارة الداخلية وما ينشر في الصحافة الوطنية حول الموضوع وما يتم جمعه من معطيات ميدانيا.

لا تشمل مبدئيا عمليات الرصد عمليات الاجتياز البري والتي يكون هدفها خاصة "الحرقة" عبر الأراضي الليبية لصعوبة التحقق من الهدف.

ظاهرة "الحرقة" خلال شهر جانفي 2017

خلال شهر جانفي ارتفع عدد التونسيين الذين تم ضبطهم على الحدود من طرف الحرس البحري من 37 شخصا سنة 2015 الى 87 شخصا سنة 2017 حسب المعلومات التي قام بجمعها المنتدى التونسي للحقوق الاقتصادية والاجتماعية و هو ما يمثل ارتفاعا بنسبة 135%.

 

وقد سجلت ولاية نابل وولاية بنزرت أعلى نسب العبور كما يبين الرسم التوضيحي أدناه ولعل الموقع الجغرافي كان السبب الرئيسي حيث تتمتع المنطقتان بطول شريطهما الساحل اضافة الى قرب سواحلهما من الدولة الايطالية.

 

استنتاجات عامة

  • نسبة الهجرة غير النظامية عند النساء تظل متواضعة حيث لا تتجاوز 1% وذلك لأسباب ثقافية واجتماعية بالأساس رغم ارتفاع الرغبة في الهجرة لدى الاناث حسب الدراسة التي أصدرها مؤخرا المنتدى التونسي للحقوق الاقتصادية والاجتماعية
  • بصفة عامة ينحدر أغلب المهاجرين غير نظاميين من أحياء شعبية في المدن الكبرى أو من المناطق الداخلية ولعل أوضاعهم الاجتماعية والاقتصادية المتدهورة تمثل دافعا أساسيا للهجرة إضافة الى ارتفاع حجم الإحباط لدى الفئة الشابة.
  • الرصد شمل 7 عمليات "حرقة" تمّ منعها ضمت 87 شخصا من كافة أنحاء الجمهورية، 34% منهم ينحدرون من الأحياء الشعبية بتونس العاصمة.
  • الصعوبات في تجميع المعطيات التفصيلية حول المعطيات الخاصة ب"الحارقين" من حيث الجنس والسن و الجهة التي ينتمون اليها والمستوى التعليمي وبقية المعطيات الاقتصادية والاجتماعية تجعل عملية التحليل صعبة إضافة الى شح المعلومات حول الوسائل المستعملة والتكلفة والوسطاء وهي معطيات تسهّل مقاربة اكثر تفصيلية للظاهرة.
  • يفضّل عادة الشباب المنحدر من الاحياء الشعبية حول العاصمة عمليات الحرقة انطلاقا من شواطئ بنزرت ونابل لأسباب جغرافية ومادية ولطبيعة نشاط الوسطاء الذين ينتشرون في كل منطقة في حين يعتمد الحارقون من المناطق الداخلية على شواطئ مدنين وصفاقس والمنستير والمهدية.
  • انطلاقا من العمل الميداني يمكن بناء فرضية ان كل عملية "حرقة" يقع احباطها تقابلها ثلاث عمليات "حرقة" ناجحة استنادا الى الشهادات الميدانية التي وقع تجميعها والتي تتضمن معطيات حول التكلفة والوسيلة المستعملة والتي تجعل الشباب التونسي يفضل الوسيلة الأكثر أمنا بصرف النظر عن التكلفة.
Repost 0
18 janvier 2017 3 18 /01 /janvier /2017 12:47

Le Conseil National des tunisiens résidents à l’étranger, Une loi pour répandre la cendre dans les yeux

Le Conseil National des tunisiens résidents à l’étranger,

Une loi pour répandre la cendre dans les yeux

 

Article de Wided Othmani tiré de la revue TRE (Tunisiens résidents à l’étranger) numéro décembre 2016 

Depuis des décennies, la diaspora tunisienne demande la constitution d’un conseil national des Tunisiens à l’étranger  :  elle voulait qu’il soit une entité morale indépendante du pouvoir exécutif et législatif, loin des magouilles, des combines politiques et des calculs électoraux. Elle y voyait une instance représentative des expatriés tunisiens qui se pencherait sur leur affaires à l’étranger comme en Tunisie, et qui constituerait un lien social, culturel, économique et civilisationnel capable de maintenir et de développer des relations solides avec la patrie mère.

La nouvelle loi concernant ce conseil, adoptée  par les représentants du peuple «  l’ARP » à la fin de mois de juillet, représente-t-elle une réponse satisfaisante à  ce propos ?

A ce propos, la revue a rencontré des acteurs de la société civile tunisienne en France,  représentant  différents profils et spécialités et recueilli leurs avis à ce sujet.

Hassane Karkar : Professeur d’Université, membre fondateur de l’association des Chercheurs enseignants tunisiens en France(ACETEF) et membre actif dans des cadres d’expatriés tunisiens en France

« A mon avis, le texte adopté par l’assemblée des représentants des peuples «  l’ARP » le 23  juillet, pour la création d’un Conseil National des Tunisiens à l’étranger «  CNTE » est resté, malgré la mobilisation mal organisée de la société civile tunisienne pour l’améliorer en deçà des espoirs de la plupart des acteurs associatifs tunisiens à l’étranger.

En effet, de par sa composition les 18 députés représentant les tunisiens à l’étranger et 8 « experts » aux cotés de 18 représentants des associations et 5 représentants des organisations nationales tunisiennes (UGTT, UTICA, syndicat des agriculteurs, deux associations nationales actives dans le domaine de l’immigration) le CNTE traduit une volonté des partis majoritaires  qui cherchent à  le domestiquer en faire une sorte d’antichambre de l’ARP alors que la majorité des acteurs associatifs , après la révolution comme avant,  ont revendiqué la création d’une instance représentative de la société civile dans sa diversité autonome des partis politiques et des enjeux électoraux.

des partis majoritaires à l’ARP  sont incapable d’ accepter l’autonomie d’un tel conseil, en dit long sur leur conception du rôle des tunisiens à l’étranger et la place qui peut leur être faite dans des instances fussent-elles consultatives. Elle en dit encore plus long sur l’approche que peuvent avoir ces partis des instances consultatives pour peu qu’elles soient institutionnelles, conçues comme terrain à conquérir aussi au nom d’une légitimité électorale, largement ternie, par leur échec à donner de l’espoir aux Tunisiens de sortir le pays de la crise dans laquelle ils s’enfoncent chaque jour un peu plus.

une autre vision de la place et du rôle de nos concitoyens, vivant à l’étranger, dans le développement de la nouvelle Tunisie et   une nouvelle approche des politiques migratoires dans laquelle nos concitoyens vivant à l’étranger sont un élément stratégique à la fois politique, économique et culturel et un Conseil national des Tunisiens à l’étranger, autonome, composé pour l’essentiels d’acteurs de la société civile doté de compétences consultatives en matière de politique migratoire.

 les mouvements associatifs des tunisiens résidents en France  ont demandé  à l’ANC  un autre projet qui avait  l’ambition de faire du Conseil national des Tunisiens à l’étranger une instance constitutionnelle sans y parvenir, les islamistes y étaient opposés. Lors de la campagne en 2014, un Conseil national des Tunisiens à l’Etranger composé pour l’essentiel de représentants des associations actives au service des tunisiens à l’étranger, figurait en bonne place.

Le projet adopté par l’ARP est loin, bien  loin des ambitions qu’ont les Tunisiens vivant à l’étranger pour le pays… La jeunesse, et  toutes les composantes de la communauté tunisienne à l’étranger débordent d’envie de s’impliquer et de servir leur pays,  et ce projet ne prend pas cela en compte !! la présence des élus avec droit de vote dans cette instance réduit le CNTE a une chambre d’enregistrement de décisions politiques prises par l’ARP, ou de légitimation des décisions a à  venir devant l’ARP ! »

Mohamed Lakhder Ellela : Président de l’association des Tunisiens  de France (ATF), la plus grande association en nombre de filiales sur le territoire français, est dotée de la plus importante assise auprès de la diaspora tunisienne en France :

lakhder ellala« On a constaté une première avancée par rapport au premier projet de loi présenté par le gouvernement puisque le pouvoir exécutif a accepté que les représentants des ministères n’auront pas le droit de voter  les 18 députés représentants des Tunisiens à l’étranger se  sont accrochés de manière bizarre pour intégrer le conseil, ce qui signifie  pour nous que certains partis politiques  ne croient pas à l’indépendance de ce conseil, on peut déduire qu’ils veulent utiliser le CTNE comme tremplin pour des fins politiques et idéologiques , il y a un conflit d’intérêts claire avec le législateur puisque les députés ont un double vote au sein de l’ARP et du CNTE

On n’a pas vu ou entendu dire que les députés des tunisiens à l’étranger vont à la rencontre de la diaspora tunisienne à l’étranger, les rares rencontres qui ont lieu en France se font sur la base  d’appartenance au même parti politique, c’est dire sur une base partisane alors que les associations côtoient la diaspora de façon continue.

On a aussi constaté que le nombre des personnalités indépendantes au sein du conseil a augmenté au nombre de 8 alors qu’ils étaient 4 personnalités, et on a vu certains députés proposé deux sièges pour le Qatar, alors qu’on sait pertinemment que les tunisiens au Qatar ne dépassent pas 20 milles personnes, un nombre  inférieur à celui des Tunisiens résident à la ville de Marseille  ou Nice

Aujourd’hui on s’interroge sur  les critères  de choix des associations qui vont siéger au CTNE, ces critères qu’on espère objectifs seront sujet de discussions  entre les associations et  les  députés de l’ARP  et le prochain gouvernement, L’instance du CTNE a été voté de manière démocratique, on est obligé de l’accepter. On fera tout notre possible pour équilibrer le rapport de forces au sein du CNTE et préciser le rôle que vont jouer les associations au sein de l’CTNE »

Syrine Ben Youssef : Consultante Senior en Stratégie et Responsable du pôle initiative au sein de l’association des tunisiens des grandes écoles (ATUGE) :

syrine_ben_youssef« L’ATUGE a assisté à la séance  de consultation avec la société civile consacrée à la loi du Conseil National des Tunisiens résidant à l’étranger sous la coupole de l’ARP le 4 juin 2016.

Nous ne sommes pas contre la participation des députés des circonscriptions de l’étranger car nous pensons que leur présence renforcera l’impact sur(le) terrain et l’efficacité opérationnelle de ce conseil. Cependant nous insistons sur le fait que l’ATUGE trouve le texte de loi incomplet puisqu’ il n’a pas précisé les critères de nomination des représentants des associations; ces critères auraient  du être inscrits directement dans le texte de la loi et non pas par circulaire ministériel; nous estimons que pour pouvoir intégrer le CNTE, le seuil minimum de critères à requérir pour les personnalités associatives et indépendantes est la neutralité politique en France et à l’étranger et la résidence à l’étranger pendant au moins cinq ans.

Même si nous saluons les efforts de l’ARP pour concrétiser la démocratie participative, nous sommes globalement déçus de cette loi dont la version promulguée n’a quasiment pas connu de progrès par rapport à la version initiale mis à part l’article13 qui exige (l’équité)l’égalité homme-femme dans le conseil.

De ce fait, nous nous posons des questions sur le sérieux et la pertinence des consultations qui ont eu lieu  avec la société civile tunisienne à l’étranger sous la coupole de l’ARP. Les zones de flou sont non seulement nombreuses au niveau du texte de loi mais aussi au niveau de l’organisation des consultations et du calendrier prévisionnel de la mise en place du conseil : à titre d’exemple, deux séances consultatives avec la société civile ont eu lieu respectivement le 4 juin et le 11 juillet mais nous avons été invités uniquement à la première séance sachant que nous avons soumis notre proposition de modification du texte de loi en février 2016. Malgré ce flou organisationnel, un représentant de l’ATUGE  s’est présenté le jour j à cette séance sans invitation pour exprimer notre mécontentement quant au manque de coordination et de continuité au niveau de la collaboration entre la société civile et l’ARP

Par ailleurs, plusieurs associations présentes aux séances des consultations ont présenté des amendements  pertinents de la loi qui n’ont pas été pris en considération.

L’un des amendements majeurs que l’ATUGE a proposé sans qu’il soit pris en compte est au niveau de l’article 15 qui stipule des pouvoirs étendus octroyés au directeur administratif et financier du CNTE; afin d’équilibrer les pouvoirs et de palier aux éventuelles possibilités de conflits d’intérêts et de blocage fonctionnel en cas d’absence, nous avons proposé de remplacer ce directeur par un conseil d’administration composé d’un directeur administratif ,d’un vice directeur administratif et d’un directeur financier qui pourraient se partager les fonctions et être efficaces opérationnellement pour représenter le CNTE pour toutes les actions civiles, administratives et juridiques .

Nous avons fait beaucoup d’efforts pour contribuer à l’amélioration du texte de loi du Conseil National des Tunisiens Résidant à l’étranger mais le résultat final n’a pas été à la hauteur de nos espérances.

Il est de notre devoir de continuer à suivre de plus près l’avancement de ce projet en vue de participer à sa concrétisation avec les autres associations et composantes de la société civile, sans qui, ce conseil ne dépassera pas le papier et ne pourra pas voir le jour. »

Moncef Labidi : citoyen et sociologue tunisien vivant en France

 Moncef_abidi« Le Conseil National des Tunisiens à l’étranger, dont la composition de ses membres constitue un véritable enjeu…et une bagarre pour pourvoir compter et se faire valoir connaît une gestation difficile. Cela  ne nous change pas du spectacle déplorable auquel le citoyen est habitué aujourd’hui : la lutte féroce pour occuper un siège, avoir une responsabilité et du pouvoir. Alors que l’essentiel, dans cette initiative, semble être mis de côté, à savoir : une définition précise des missions de ce Conseil, de ses objectifs et des moyens dont il doit disposer.

Et puis, comment comprendre la démarche des initiateurs de ne pas associer les Tunisiens à l’étranger eux-mêmes à la réflexion sur sa mise en place ? Faut-il se satisfaire de la consultation d’associations qui, souvent, constituent un tremplin pour des ambitions politiques et ne représentent pas à véritablement parler les Tunisiens.

Il est à craindre que ce Conseil ne participe du brouillage de l’univers institutionnel, déjà brouillon et complexe. On n’a que faire des mille feuilles des dispositifs qui s’empilent. »

Repost 0
6 janvier 2017 5 06 /01 /janvier /2017 18:43

Nous ne serons pas complices
Relaxes pour Pierre-Alain Pannoni et Cédric Herrou

 

Pierre-Alain Pannoni, poursuivi devant le tribunal de Nice pour avoir secouru des migrants dans le besoin, a été relaxé ce vendredi 6 janvier 2017.

Le MRAP salue cette décision conforme aux exigences de solidarité envers les plus démunis.

Mais Cedric Herrou est encore poursuivi devant ce même tribunal pour les mêmes raisons. Le procureur a requis contre lui de la prison. Comme Pierre-Alain Pannoni, Cédric Herrou doit être relaxé.

Les procureurs requièrent régulièrement des peines de prison pour "aide à l'entrée, à la circulation et au séjour de personnes en situation irrégulières".

Quels que soient les arguments des procureurs, le MRAP réaffirme sa totale solidarité avec tous ceux qui apportent aide et soutien aux migrants dans le besoin.

Ne nous y trompons pas, ces procès sont politiques.

Quel qu'en soit le verdict final, l'État veut faire oublier ses carences, son incapacité à protéger les personnes en détresse et particulièrement les Mineurs Isolés Etrangers, en dépit de ses engagements internationaux. Il veut faire oublier sa politique de refus d'un accueil responsable des migrants. Il veut intimider ceux qui agissent solidairement en soutien aux personnes en situation de précarité sans se soucier de savoir si elles sont ou non en situation régulière. Il veut criminaliser l'action des personnes engagées auprès des migrants.

Le MRAP refuse que des populations visées par des politiques ou des pratiques d'exclusion soient privées de soutien.

Le délit de solidarité doit être totalement aboli et l'hypocrisie des pouvoirs publics doit cesser.

La France et l'Union européenne doivent faire cesser leur aveuglement et leur surdité face à la détresse des migrants. Il faut une toute autre politique d’accueil qui respecte les Droits Humains.

Paris le 6 janvier 2017

--

Mouvement contre le Racisme et pour l'Amitié entre les Peuples

43 Boulevard Magenta - 75010 Paris

01.53.38.99.82

Site internet - Facebook - Twitter

Repost 0
9 juin 2016 4 09 /06 /juin /2016 13:01

Pour un Conseil National des Tunisiens à l’étranger indépendant et représentatif de la société civile tunisienne à l’étranger

Après avoir étudié la dernière version du projet de loi constituant «le Conseil national des Tunisiens à l’étranger» (CNTE), daté du 23 juillet 2015, suivi avec intérêts les travaux de la Commission parlementaire des Tunisiens à l’étranger et suite aux débats par les associations démocratiques des Tunisiens-es à l’étranger, les associations signataires déclarent :

I. Rôle du CNTE

Renouveler son attachement à la constitution d’un Haut Conseil des Tunisiens à l’étranger comme concrétisation d’une revendication de notre Fédération depuis 1989. Cette revendication répond aux aspirations des Tunisiennes et Tunisiens depuis des décennies à fonder une institution indépendante qui leur permet non seulement :

- de manifester leur rattachement à la Tunisie et à leur culture,

- mais aussi de participer pleinement à l’élaboration de politique nationale d’émigration et/ou d’immigration,

- d’apporter leurs propositions et leurs avis sur les conventions avec les pays tiers de leur résidence avant leur signature, renforçant leur participation au développement politique, économique, culturel, éducationnel et commercial, de la Tunisie

- concevoir et proposer des actions et des outils permettant d’affermir leurs liens et ceux de leurs enfants avec leur patrie ainsi que leur identité nationale et d’intervenir sur les questions nationales qui décident de l’avenir de la Tunisie, de son peuple et de sa jeunesse.

- II. Réaffirmer leur attachement à l’indépendance du futur CNTE,

Condition indispensable pour éviter son instrumentalisation par un quelconque pouvoir politique et partisan ou que ce conseil soit un cadre formel une caisse de résonance à des politiques partisanes loin des véritables préoccupations des Tunisiens vivant et travaillant ou étudiant à l’étranger. Seule l’indépendance du future CNTE permettra à cette institution de la République d’être un espace de dialogue et d’échanges entre les pouvoirs exécutifs et législatif (la Présidence de la République, du Gouvernement et de l’Assemblée des Représentants du peuple (ARP)) et la société civile.

III. Comment concrétiser l’indépendance du Conseil L’indépendance du Conseil ne peut se concrétiser que par :

1- La reconnaissance que seul le Président du CNTE est le représentant légal devant l’Administration tunisienne, la Justice et les autorités du pays le Président de la République, le Président du Gouvernement et de l’ARP et apte à engage le Conseil aux niveaux politique et administratif. Il peut déléguer provisoirement certains de ses pouvoirs à l’un de ses adjoints.

2- La constitution d’un Bureau du Conseil formé par le Président, ses deux Vice-Présidents et les présidents des commissions permanentes du Conseil pour permettre des rapports réguliers entre le bureau et les commissions.

3- Les responsabilités du Directeur exécutif restent cantonnées à la gestion administrative et financière du Conseil selon la réglementation appliquée dans les domaines de l’Etat. Il est choisi par le Président du gouvernement.

IV. Les représentants des associations :

1. Afin que les voix des associations des Tunisiens à l’étranger pèsent réellement et ne soient pas cantonnées à un rôle de figuration nous proposons que :

2. Les représentants des associations des Tunisiens à l’étranger doivent constituer au moins 55% du total des membres du CNTE. En effet ce sont les associations qui vivent la réalité des Tunisiens à l’étranger au quotidien et qui défendent agissent pour qu’ils accèdent effectivement à la citoyenneté et à l’égalité des droits avec les citoyens du pays de résidence et luttent contre toutes les formes de racisme et xénophobie

3. La représentations des femmes et des jeunes dans le CNTE Les associations signataires appellent les législateurs à ce que la loi impose un quota de jeunes et de femmes issues de l’immigration tunisienne.

4. La présence des députés de l’immigration au CNTE Pour nous les députés de l’immigration était une de nos revendications depuis longtemps et nous avons milité pour son existence depuis plus de 30 ans. Grace à la Révolution, les Tunisiens à l’étranger ont accédé à un droit constitutionnel qui fait d’eux des citoyens à part entière. Nous en sommes fiers. Cependant nous considérons que leur présence au sein du CNTE avec droit de vote est contraire à l’autonomie du Conseil.

Nous proposons deux possibilités : les 18 députés siègent au CNTE sans droit de vote comme les représentants des ministères ou bien l’ARP désigne entre 5 et 6 députés pour la représenter au sein du Conseil..

Le député est par définition le député de la nation et non de sa circonspection.

5. Les experts ou les personnalités qualifiées

- Vu que le terme d’expert utilisé par le projet est un terme ambigu et que certains députés proposent la désignation de 8 ou 9 experts, nous proposons :

- De changer ce terme d’expert par de terme de personnalités qualifiées. Ces personnalités qualifiées doivent être des Tunisiennes et/ou des Tunisiens résidants à l’étranger au moins depuis 5 ans connues pour :

a) leur engagement dans la défense des intérêts, des droits des Tunisiens à l’étranger dans le pays de résidence et dans la lutte contre la dictature

b) venant d’horizons multiples tels que les collectifs antiracistes, pour la régularisation des sans-papiers, pour la démocratie en Tunisie et les droits des Tunisiens résidants à l’étranger à jouir de leur citoyenneté tunisienne pleine et entière.

c) Les experts, les chercheurs et les universitaires, comme le prévoit le projet de la loi seront quel que soit les cas invités par le Conseil pour participer aux travaux des commissions permanentes, des commissions spéciales et des assemblées générales du CNTE, pour éclairer et aider le conseil à formuler ses avis et ses propositions

d) Nous appuyons la proposition du projet de loi de se limiter à 4 personnalités qualifiée.

La proposition de 8 ou 9 des dits experts aboutira à marginaliser le rôle des associations et à gonfler le rôle des personnes n’appartenant à aucune instance.

6. Les critères de désignation des candidats des associations de l’immigration

Les associations qui présentent des candidats doivent remplir des conditions,

a) d’existence légale dans les pays de résidence depuis avant la révolution,

b) une activité et des financements transparents,

c) une présence sur le terrain, un engagement effectif pour la citoyenneté et l’égalité des droits avec les citoyens du pays de résidence, les luttes contre toutes les formes de racisme et de xénophobie et pour la démocratie et les droit de l’Homme en Tunisie, etc..,

Le nombre des associations désignées par région ayant des représentants candidat au CNTE doit respecter la répartition géographique établie dans le code électoral relatif aux scrutins législatifs des élections de 2011 et 2014, proportionnel au nombre des Tunisiens vivant à l’étranger à l’instar de la répartition des sièges des députés et conformément aux dernières publications officielles faites par le Ministère des affaires étrangères d’après les statistiques en 2014

Au niveau de la France

Au moins, 56% des sièges attribués à des représentants d’associations de Tunisiens doivent revenir aux associations en France (selon le recensement de 2014, 728948 Tunisiens résident en France sur 1282371 Tunisiens à l’étrangers soit 56.8%).

Paris, le 26/05/2016 P/° les associations signataires

Mohamed-Lakhdar ELLALA et les responsables et Présidents des associations suivantes : Les premiers signataires ·

Mohamed-Lakhdar ELLALA, Président de l’Association des Tunisiens en France – Bureau National

Béchir Gharbi, Président de l’ATF-Haute Savoie ·

Mohamed Smida, Président de l’ATF-Nord ·

Rabeh ARFAOUI, Membre du Bureau d’IDEAL-92 ·

Rania MAJDOUB, Secrétaire Générale de l’Espace Fârâbî ·

Mohez Ellala, Secrétaire Général ATF-75 ·

Ahmed ZIED, Président «Pont méditerranéen de Solidarité», Montpellier ; ·

Kamel Yousfi, Président de l’association "Jasmin solidarité Aix en Provence Marseille" ·

Mohamed Majjati, Président de l’ATF-Var ·

Mme Sonia Hassine, Président de l’ATF-Haute Garonne ·

Taoufik Karbia, Vice-Président de l’association ALIF’S ·

Noureddine Snoussi, Président du réseau REMCC ·

Adel TRABELSI, Président de l’ATF-Bouches du Rhône ·

Mohamed Ben Khaled, Président de l’ATF-Aquitaine ·

Ezzedine Bouachir, Secrétaire Général de l’association IDEAL, ·

Issam Zaïri , Président de l’Association Sportive de Toulon ·

Chaker Kablouti, Président de l’ATF-Charente ·

Mounir Ouri, Président de l’Association échange solidaire PACA-Tunisie ·

Sliman Shahdi, Méditerranée Cultures Solidaires, Marseille ·

Lotfi Hamrouni, Association des démocrates tunisiens du BENELUX ·

Hédi SAIDI Président JISR ·

Farouk KHALDI, Président Union des Tunisiens de l'Est ·

Hédi Ben KRAIEM, Président, Citoyens des deux rives sud-ouest ·

Jalel Matri, Président de l'Association Le Pont Genève

Personnalités: · M. Mohamed BARIRA, Militant associatif, · M’Hamed-Ali HALOUANI, ancien candidat à la Présidence de la République tunisienne en 2004, Professeur de Philosophie et ancien Doyen de la Faculté des Lettres et sciences humaines à Sfax-Tunisie · M. Tarek MAMI, Président de Radio France Maghreb 2- France

Repost 0
22 mars 2016 2 22 /03 /mars /2016 17:37
Rencontre-débat "Les jeunes s'impliquent pour faire face aux nouveaux défis de la Tunisie",
Participation du Président de l'ATF Mohamed-Lakhdar ELLALA à la rencontre-débat "Les jeunes s'impliquent pour faire face aux nouveaux défis de la Tunisie", le Samedi 19 Mars 2016 à 15h00, organisée par l'Ambassadeur de Tunisie à Paris, à la «Maison de Tunisie», sise au 45 Boulevard Jourdan 75014-Paris.
Repost 0
12 mars 2016 6 12 /03 /mars /2016 16:44
rencontre de M. l'Ambassadeur de Tunisie à Paris avec un collectif d’Associations et de personnalités tunisiennes
rencontre de M. l'Ambassadeur de Tunisie à Paris avec un collectif d’Associations et de personnalités tunisiennes

Une délégation composée de Chérif MSADEK, Rabeh ARFAOUI, Mohez ELLALA, Nacer EL Fahem, Mohamed SMIDA et Mohamed-Lakhdar ELLALA, représentants de l'ATF, de l'Espace Fârâbî, d'IDEAL-92, ATF-Nord et de l'ATF-75 était présente à la rencontre.

Communiqué de Presse,

Le jeudi 10 mars 2016, un collectif d’Associations et de personnalités tunisiennes vivant en France ont rencontré S. Exc. M. Mohamed Ali CHIHI, Ambassadeur de la République Tunisienne en France et son équipe pour une réunion d’échange et de concertation sur les attentes des Tunisiens installés en France. Lors de cette rencontre, dont ils saluent l’initiative, les présents : - Expriment, à l’unanimité, leur ferme condamnation de l’attaque terroriste contre la ville de Ben Guerdane et contre la Tunisie ; - Saluent la résistance des forces de sécurité et de la population civile ; - Réitèrent leur solidarité avec les forces armées et de sécurité (Armée Nationale, Garde Nationale, Police Nationale et Douanes) et les citoyens de Ben Guerdane ; - Réaffirment leur mobilisation et leur disponibilité à agir pour défendre une Tunisie démocratique, ouverte et tolérante et appellent à la solidarité internationale pour soutenir la jeune démocratie tunisienne ; - S’inclinent devant la mémoire des martyrs tombés au cours de cette lâche agression et expriment leur sympathie et leur solidarité aux proches des victimes et des blessés. Paris, le 10 mars 2016

Communiqué de Presse, suite à la rencontre de M. l'Ambassadeur de Tunisie à Paris avec un collectif d’Associations et de personnalités tunisiennes
Communiqué de Presse, suite à la rencontre de M. l'Ambassadeur de Tunisie à Paris avec un collectif d’Associations et de personnalités tunisiennes
Repost 0
8 mars 2016 2 08 /03 /mars /2016 18:01
Rencontre entre une délégation de l'ATF, Espace Farbi et IDEAL-92 et M le Consul Général de Tunisie à Paris
Rencontre entre une délégation de l'ATF, Espace Farbi et IDEAL-92 et M le Consul Général de Tunisie à Paris

Rencontre entre une délégation de l'ATF, Espace Farabi et IDEAL-92 et M le Consul Général de Tunisie à Paris

Le 26 février 2016 une délégation de l'Association des Tunisiens en France (ATF) composée de représentants du Bureau National de l'ATF ainsi que des responsables des associations affiliées IDEAL-92 et Espace Farabi en Ile de France, a rencontré Monsieur le Consul Général de Tunisie à Paris, Ali CHAALALI, Madame la Consule Dr; Najoua MAKHLOUF et Monsieur le Consul, Naoufel ZIADI au Consulat Général à Paris.

Les deux délégations se sont entretenues sur les activités de l'Association des Tunisiens en France, son implantation sur le territoire français, les thématiques développées par la fédération et ses associations affiliées pour mobiliser et accompagner les Tunisiennes et les Tunisiens en France et leurs familles et la défense et leurs droits :

à l'égalité des droits et à la citoyenneté en France et en Tunisie, les droits des femmes à l'égalité avec les hommes,

l'accompagnement des personnes âgées migrantes dans leurs droits sociaux et sanitaires ont été au cœur des échanges entre les deux délégations.

maintenir et développer les liens des Tunisiens-nes, en particulier les plus jeunes parmi eux/elles, avec leur pays d'origine, nécessitent:

le développement d'un partenariat actif entre les associations tunisiennes en France et les représentants de les administrations consulaires et centrales de l'Etat tunisiens et de revoir la gestion des centres tunisiens et les maisons du tunisien dans un but qui assure une participation des associations des Tunisiens à leur gestion.

La création d'un Institut culturel permettant l'accès à une culture digne de notre histoire et notre civilisation et l'échange interculturel. cette demande a été une des premières de nos revendications après la révolution dans le cadre de l'ancienne Dynamique citoyenne des Tunisiens à l'étranger (ex-DCTE).

La délégation de l'ATF a rappelé sa position et celle des associations amies exprimé dans deux documents envoyés au Gouvernement Jomoa et au Gouvernement ESSID (M.M. Habib ESSID, Ahmed-Ammar YENBAÏ ET Belgacem SABRI) en réitérant son attachement à l'indépendance du futur CNTE et à la nécessité à ce que le nombre des associations membres soit le plus large possible et représentant plus que 50% de ses membres.

La délégation de l'ATF a rappelé notre demande avec les associations partenaires, à voir l'Assemblée des représentants du peuple représentée par une délégation de députés-es n'excédant pas 7 députés-es.

Les deux délégations se sont quittées avec l'engagement mutuel de veiller au développement des partenariats et la multiplication des rencontres et actions communes.

P/° la Délégation Le Président de l'ATF Mohamed-Lakhdar ELLALA

Rencontre entre une délégation de l'ATF, Espace Farbi et IDEAL-92 et M le Consul Général de Tunisie à Paris

Rencontre entre une délégation de l'ATF, Espace Farbi et IDEAL-92 et M le Consul Général de Tunisie à Paris

Repost 0
22 février 2016 1 22 /02 /février /2016 11:48

Mohamed Jaoua

Hommage à Abbas Bahri · Public

Lu pendant l'hommage à Abbes Bahri samedi le 20/02/2016 à la Bibliothèque Nationale à Tunis

Je ne parlerai pas des mathématiques de Abbas. D’autres, ici présents, en parleront – en ont déjà parlé - mieux que je ne saurais le faire.

Non que les mathématiques fussent étrangères à notre relation. Nous les avons servies, chacun à sa manière, chacun de son côté et parfois ensemble, chacun selon ses capacités, et les siennes étaient incomparables.

Mais elles nous ont surtout rapprochés en ce que, comme le dit Alain Badiou, « loin d’être l’exercice ingrat et vain que l’on imagine, elles pourraient bien être le chemin le plus court pour la vraie vie. »

Je veux donc parler de ce jeune homme de 20 ans, que j’ai connu en débarquant à Paris en 1974, et du long compagnonnage qui nous a unis en mathématiques comme dans la vie, et dans la vie par les mathématiques.

Je veux parler de ce fils de grande famille, né du bon côté du manche, qui ne détestait rien davantage que l’injustice et la domination.

Je veux parler de ce tunisois, parti très jeune à Paris, qui connaissait mieux que quiconque la géographie des tribus tunisiennes, des Majer et des Frachich, des Hemmama et des Ouled Ayar, des Jlass et de tous ces mal-aimés qui, en accompagnant la révolte de Ali Ben Ghedahem, ont préparé la naissance de la Tunisie moderne.

Je veux parler de ce citoyen du monde qui avait cette Tunisie là chevillée au corps, et qui rêvait de lui offrir le monde.

Je veux parler de cet érudit d’exception, qui pouvait soutenir une controverse philosophique avec Althusser le soir à la rue d’Ulm, et se retrouver le lendemain à l’aube dans le métro à coller des affiches pour défendre l’UGTT.

Je veux parler de cet intellectuel lumineux, qui pouvait lire l’intégralité de l’œuvre de Gramsci en quelques jours, pour en restituer la quintessence à ses camarades – dont j’étais – qui ne juraient que par « L’Etat et la révolution ».

Je veux parler de ces longues nuits de septembre passées à préparer le couscous pour le stand tunisien de la fête de l’Huma.

Et de Marcel Khalifa, venu nous y rendre visite un soir, quelques jours à peine après la chute de Tell El Zaatar, armé de son seul luth et des poèmes de Mahmoud Darwish, et dont nous finîmes par connaître par cœur toutes les chansons.

Je veux parler de ce brillant élève de Carnot, où la langue arabe était la cinquième roue du carrosse, qui lisait pourtant dans le texte les manuscrits arabes les plus rares, chinés chez les bouquinistes les plus improbables.

Je veux parler de ce lettré, de cet homme qui avait tout lu, et qui continuait pourtant à s’émerveiller de la moindre ligne qu’on pouvait lui donner à découvrir.

Je veux parler de cet amoureux des Lumières, élevé au biberon de Diderot et d’Alembert, qui nous ouvrit les yeux sur d’autres siècles de lumières qui précédèrent la longue décadence arabe.

Et je veux parler enfin de ce rationaliste à la spiritualité exigeante, qui nous fit découvrir - à travers la lecture des « Rasaïl Ikhwan Al Safa » - que Descartes aurait pu naître arabe, s’il n’avait attendu si longtemps pour être.

Car Abbas était tout cela, en plus du mathématicien de génie qu’il était. Il était tout cela, parce que mathématicien de génie il était.

Mais comment pourrais-je quitter Abbas sans parler de l’oncle bienveillant et affectueux, au verbe haut et au rire contagieux, qu’il a été pour mes enfants ?

De l’ami de quarante ans, dont l’absence continue à me dévaster chaque minute que Dieu fait depuis quarante jours ?

Du cadet qui m’a beaucoup plus appris que je ne lui ai appris ?

Et du frère de luttes et de cœur, avec lequel j’ai partagé accords et désaccords, succès et désillusions, complicités et disputes aussi parfois … bien sûr ? « Bien sûr nous eûmes des orages », chante Brel qu’il affectionnait aussi.

En lui disant adieu, j’ai voulu résumer tout ce que Abbas a été. Mais Omar Khayyam l’avait fait avant moi, bien mieux que moi, en un quatrain :

Mon coeur m'a dit : Je veux savoir, je veux connaître !

Instruis-moi, Abbas, toi qui as tant travaillé !

J'ai prononcé la première lettre de l'alphabet et mon coeur m'a dit : Maintenant, je sais.

Un est le premier chiffre du nombre qui ne finit jamais

(Texte lu lors de la cérémonie du 40ème jour à la Bibliothèque Nationale, 20 février 2016)

Repost 0
20 février 2016 6 20 /02 /février /2016 20:18

A mon frère disparu, Abbas Bahri

par Mohamed Jaoua[1]

La Tunisie pleure Abbas Bahri. Mathématicien de génie, homme de science et de culture, savant au sens médiéval du terme, c’était un érudit et un esprit universel, sans doute le cerveau le plus puissant auquel notre pays ait donné naissance. Avec lui, j’ai perdu le 10 janvier un ami de quarante ans, un compagnon des bons et des mauvais jours, un frère.

Je l’ai connu à Paris en 1974, j’arrivais alors de Tunis et il venait d’intégrer la rue d’Ulm. Les mathématiques nous avaient rapprochés, et la politique tout autant. Militants de gauche dans un pays qui ne tolérait qu’une opinion, patriotes et internationalistes, nous avons traversé ensemble – au sein d’un petit parti d’opposition – les controverses intellectuelles les plus riches qu’il ait été donné aux jeunes de notre époque de connaître.

La première était celle du rapport de la démocratie au socialisme, dont la résolution a ouvert le long chemin qui nous conduisit au 14 janvier. Et la seconde celle du rapport de l’Islam à la politique, charriée par la révolution iranienne et l’irruption de l’islamisme dans le champ politique tunisien. Je me souviens de nos débats sans fin dans les chambres d’étudiants enfumées qui nous servaient de lieux de réunion, de nos accords et de nos désaccords, invariablement conclus autour d’une bonne table. Abbas les éclairait d’interventions érudites, argumentées, convoquant l’histoire de la Tunisie depuis La Kahena à Ali Ben Ghedahem, celle du mouvement social et national contemporain, et l’histoire du monde. Convoquant aussi la pensée moderne issue de la Renaissance et de la Révolution française, nourrie d’éléments de science et de culture dont beaucoup puisaient aux sources des lumières de la civilisation arabo-islamique.

Présent sur la scène syndicale avec la création de la « Base des grandes écoles » qui fut une préfiguration de l’ATUGE, présent sur sur le terrain culturel avec l’organisation du ciné club Ibn El Haythem, des journées culturelles tunisiennes, et l’édition de la revue de cinéma « Adhoua », Abbas était de tous les échanges et de tous les débats.

Sans oublier sa présence militante à la base, aux réunions de l’UGET et du Collectif tunisien du 26 janvier, créé pour défendre l’UGTT aux prises avec la répression. Et ces collages d’affiches au petit matin, courant de quai en quai pour fuir agents de la RATP et policiers, avec pour récompense le café noir pris à 7H dans quelque bistrot à peine ouvert. C’est encore barbouillé de colle qu’il nous salua un de ces matins là pour s’en aller tranquillement passer le concours d’agrégation, dont les épreuves commençaient une heure plus tard. Il y fut admis, bien sûr, classé 25ème sur environ 200 reçus, dans ce concours qui était alors d’une exigence redoutable. Sans autre préparation que son ébullition intellectuelle constante et sa curiosité sans cesse aux aguets.

Car Abbas n’avait nul besoin de « préparation », puisque les mathématiques étaient sa première langue – à côté de toutes les autres – et sa respiration. Il en lisait les ouvrages savants comme d’autres des romans, et en maniait les concepts les plus ardus avec une facilité déconcertante. Il lui fallut ainsi moins de deux ans pour venir à bout de sa thèse d’Etat, là où il en fallait cinq ou six à un doctorant « normal ». Et quelle thèse ! Il y révolutionna l’étude des équations aux dérivées partielles en y convoquant les outils de la géométrie. Sa culture encyclopédique lui permettait en effet de s’affranchir de toutes les frontières interdisciplinaires, lui donnant une puissance inégalée dans l’analyse et la résolution des problèmes.

Thèse soutenue, le voilà aussitôt à Tunis – loin des voies royales ouvertes à son génie – pour intégrer la Faculté des Sciences en 1981 en qualité de maître de conférences. La désillusion, celle de la « normalisation », y fut aussi grande que l’étaient ses ambitions pour le pays. Il se résolut donc à reprendre la route en 1982 pour s’installer d’abord à Chicago, puis à l’Ecole Polytechnique, avant d’intégrer l’Université de Rutgers en 1987 où il effectua toute la suite de sa carrière.

En 1990, il s’est heureusement trouvé un homme d’Etat – Mohamed Charfi – pour rétablir l’honneur de l’université tunisienne en l’y réintégrant, en qualité de professeur à l’ENIT. Nous pûmes alors tirer pleinement parti de ses compétences et de son rayonnement pour lancer une formation doctorale en Mathématiques Appliquées, au sein de laquelle il joua un rôle déterminant. Orchestrant la noria des visites à Tunis de sommités internationales, et celles de nos enseignants et doctorants aux Etats Unis, animant un séminaire de haute facture, encadrant de nombreux doctorants, enseignant en DEA les mathématiques les plus actuelles, Abbas déploya une énergie sans pareille pour hisser cette formation au plus haut niveau international. Avec sa présence constante, sa patience et sa bienveillance infinies, notamment avec les plus jeunes, avec sa générosité dans le partage de la science inépuisable qui était la sienne, avec son humilité et sa gentillesse jamais prises en défaut.

Lorsque les vicissitudes politiques l’éloignèrent à nouveau du pays, car sa liberté d’esprit ne pouvait tolérer aucune compromission, Abbas continua à entretenir ses collaborations avec les mathématiciens tunisiens. Nombreux sont ceux – jeunes et moins jeunes – qu’il invita régulièrement à Rutgers, les aidant à tisser leurs liens avec la communauté internationale. Et tout aussi nombreuses furent ses interventions dans les cénacles mathématiques tunisiens les plus essentiels, les plus profonds en même temps que les moins ostentatoires, comme ce colloque annuel de « Dar El Hout » qu’il a constamment enrichi de sa présence et de son intérêt. Car Abbas ne méprisait rien davantage que le clinquant et la lumière factice, puisqu’il était lui-même lumière, éclatante.

De ce géant qui était mon cadet, j’ai davantage appris que de nombre de mes maîtres. Et d’abord de ne jamais penser petit, car aucune ambition ne saurait être assez grande pour notre pays, pour peu qu’il fasse de la science son credo. Lui pensait dur comme fer que la roue de l’histoire avait tourné, et qu’il nous revenait à présent de reconstruire le monde. Et Dieu … qu’il avait raison !

Adieu Abbas, l’ami, le frère. Adieu, l’oncle si drôle et affectueux dont se souviennent avec émotion mes enfants. Adieu l’exemple vivant, et d’autant plus vivant aujourd’hui dans nos cœurs que tu n’es plus. Là bas, dans ce pays lointain où nous nous retrouverons un jour, je sais que tes équations continuent à vivre, tes éclats de voix à surprendre et tes fulgurances à illuminer. Alors, quand un éclair surgira dans le ciel, quand un orage y grondera et qu’un grand rire tonnera, je saurai que c’est encore toi qui fais des tiennes. Et je serai heureux de te savoir toujours proche … car tu ne nous pas quittés, n’est-ce pas ?

Mohamed Jaoua

Tunis, 14 janvier 2016

[1] Mathématicien

Repost 0
20 février 2016 6 20 /02 /février /2016 18:23

A mon frère disparu, Abbas Bahri

par Mohamed Jaoua[1]

La Tunisie pleure Abbas Bahri. Mathématicien de génie, homme de science et de culture, savant au sens médiéval du terme, c’était un érudit et un esprit universel, sans doute le cerveau le plus puissant auquel notre pays ait donné naissance. Avec lui, j’ai perdu le 10 janvier un ami de quarante ans, un compagnon des bons et des mauvais jours, un frère.

Je l’ai connu à Paris en 1974, j’arrivais alors de Tunis et il venait d’intégrer la rue d’Ulm. Les mathématiques nous avaient rapprochés, et la politique tout autant. Militants de gauche dans un pays qui ne tolérait qu’une opinion, patriotes et internationalistes, nous avons traversé ensemble – au sein d’un petit parti d’opposition – les controverses intellectuelles les plus riches qu’il ait été donné aux jeunes de notre époque de connaître.

La première était celle du rapport de la démocratie au socialisme, dont la résolution a ouvert le long chemin qui nous conduisit au 14 janvier. Et la seconde celle du rapport de l’Islam à la politique, charriée par la révolution iranienne et l’irruption de l’islamisme dans le champ politique tunisien. Je me souviens de nos débats sans fin dans les chambres d’étudiants enfumées qui nous servaient de lieux de réunion, de nos accords et de nos désaccords, invariablement conclus autour d’une bonne table. Abbas les éclairait d’interventions érudites, argumentées, convoquant l’histoire de la Tunisie depuis La Kahena à Ali Ben Ghedahem, celle du mouvement social et national contemporain, et l’histoire du monde. Convoquant aussi la pensée moderne issue de la Renaissance et de la Révolution française, nourrie d’éléments de science et de culture dont beaucoup puisaient aux sources des lumières de la civilisation arabo-islamique.

Présent sur la scène syndicale avec la création de la « Base des grandes écoles » qui fut une préfiguration de l’ATUGE, présent sur sur le terrain culturel avec l’organisation du ciné club Ibn El Haythem, des journées culturelles tunisiennes, et l’édition de la revue de cinéma « Adhoua », Abbas était de tous les échanges et de tous les débats.

Sans oublier sa présence militante à la base, aux réunions de l’UGET et du Collectif tunisien du 26 janvier, créé pour défendre l’UGTT aux prises avec la répression. Et ces collages d’affiches au petit matin, courant de quai en quai pour fuir agents de la RATP et policiers, avec pour récompense le café noir pris à 7H dans quelque bistrot à peine ouvert. C’est encore barbouillé de colle qu’il nous salua un de ces matins là pour s’en aller tranquillement passer le concours d’agrégation, dont les épreuves commençaient une heure plus tard. Il y fut admis, bien sûr, classé 25ème sur environ 200 reçus, dans ce concours qui était alors d’une exigence redoutable. Sans autre préparation que son ébullition intellectuelle constante et sa curiosité sans cesse aux aguets.

Car Abbas n’avait nul besoin de « préparation », puisque les mathématiques étaient sa première langue – à côté de toutes les autres – et sa respiration. Il en lisait les ouvrages savants comme d’autres des romans, et en maniait les concepts les plus ardus avec une facilité déconcertante. Il lui fallut ainsi moins de deux ans pour venir à bout de sa thèse d’Etat, là où il en fallait cinq ou six à un doctorant « normal ». Et quelle thèse ! Il y révolutionna l’étude des équations aux dérivées partielles en y convoquant les outils de la géométrie. Sa culture encyclopédique lui permettait en effet de s’affranchir de toutes les frontières interdisciplinaires, lui donnant une puissance inégalée dans l’analyse et la résolution des problèmes.

Thèse soutenue, le voilà aussitôt à Tunis – loin des voies royales ouvertes à son génie – pour intégrer la Faculté des Sciences en 1981 en qualité de maître de conférences. La désillusion, celle de la « normalisation », y fut aussi grande que l’étaient ses ambitions pour le pays. Il se résolut donc à reprendre la route en 1982 pour s’installer d’abord à Chicago, puis à l’Ecole Polytechnique, avant d’intégrer l’Université de Rutgers en 1987 où il effectua toute la suite de sa carrière.

En 1990, il s’est heureusement trouvé un homme d’Etat – Mohamed Charfi – pour rétablir l’honneur de l’université tunisienne en l’y réintégrant, en qualité de professeur à l’ENIT. Nous pûmes alors tirer pleinement parti de ses compétences et de son rayonnement pour lancer une formation doctorale en Mathématiques Appliquées, au sein de laquelle il joua un rôle déterminant. Orchestrant la noria des visites à Tunis de sommités internationales, et celles de nos enseignants et doctorants aux Etats Unis, animant un séminaire de haute facture, encadrant de nombreux doctorants, enseignant en DEA les mathématiques les plus actuelles, Abbas déploya une énergie sans pareille pour hisser cette formation au plus haut niveau international. Avec sa présence constante, sa patience et sa bienveillance infinies, notamment avec les plus jeunes, avec sa générosité dans le partage de la science inépuisable qui était la sienne, avec son humilité et sa gentillesse jamais prises en défaut.

Lorsque les vicissitudes politiques l’éloignèrent à nouveau du pays, car sa liberté d’esprit ne pouvait tolérer aucune compromission, Abbas continua à entretenir ses collaborations avec les mathématiciens tunisiens. Nombreux sont ceux – jeunes et moins jeunes – qu’il invita régulièrement à Rutgers, les aidant à tisser leurs liens avec la communauté internationale. Et tout aussi nombreuses furent ses interventions dans les cénacles mathématiques tunisiens les plus essentiels, les plus profonds en même temps que les moins ostentatoires, comme ce colloque annuel de « Dar El Hout » qu’il a constamment enrichi de sa présence et de son intérêt. Car Abbas ne méprisait rien davantage que le clinquant et la lumière factice, puisqu’il était lui-même lumière, éclatante.

De ce géant qui était mon cadet, j’ai davantage appris que de nombre de mes maîtres. Et d’abord de ne jamais penser petit, car aucune ambition ne saurait être assez grande pour notre pays, pour peu qu’il fasse de la science son credo. Lui pensait dur comme fer que la roue de l’histoire avait tourné, et qu’il nous revenait à présent de reconstruire le monde. Et Dieu … qu’il avait raison !

Adieu Abbas, l’ami, le frère. Adieu, l’oncle si drôle et affectueux dont se souviennent avec émotion mes enfants. Adieu l’exemple vivant, et d’autant plus vivant aujourd’hui dans nos cœurs que tu n’es plus. Là bas, dans ce pays lointain où nous nous retrouverons un jour, je sais que tes équations continuent à vivre, tes éclats de voix à surprendre et tes fulgurances à illuminer. Alors, quand un éclair surgira dans le ciel, quand un orage y grondera et qu’un grand rire tonnera, je saurai que c’est encore toi qui fais des tiennes. Et je serai heureux de te savoir toujours proche … car tu ne nous pas quittés, n’est-ce pas ?

Mohamed Jaoua

Tunis, 14 janvier 2016

[1] Mathématicien

Repost 0