Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Adresse : ATF, 5 rue Louis Blanc, 75010 Paris 

Tél. : 01.45.96.04.06, 

Fax. : 01.45.96.03.97,

Recherche

Liens

22 septembre 2017 5 22 /09 /septembre /2017 10:36

 

Un testing inédit met en lumière les discriminations dans l'accès au crédit bancaire

Un testing inédit met en lumière les discriminations dans l'accès au crédit bancaire

Le maire PS de Villeurbanne, Jean-Paul Bret (G) et le Défenseur des droits Jacques Toubon (D), le 21 septembre 2017 à Villeurbanne (centre-est)

AFP, publié le jeudi 21 septembre 2017 à 19h26

Un Français d'origine africaine ou maghrébine a plus de risque que d'autres d'être victime de discriminations lors d'une demande de crédit bancaire: c'est la conclusion d'un "testing" inédit réalisé à la demande de la ville de Villeurbanne, présenté jeudi.

Si dans le cas d'une demande de crédit en vue d'une création d'entreprise, une différence de traitement envers les femmes a également été révélé par ce test, celle-ci se présente avec "moins d'acuité" que pour le critère "ethnico-racial", selon Éric Cédiey, le directeur d'ISM Corum, qui a réalisé l'étude.

Pour l'obtention d'un prêt immobilier, le test a mis en évidence que "l'homme supposé comme sans origine migratoire" était reçu plus longtemps, obtenait plus de conseils et d'informations et bénéficiait d'une offre plus attractive que le client "supposé comme d'origine subsaharienne".

Quant au "créateur d'entreprise +supposé comme d'origine maghrébine+, il n'a jamais reçu d'information sur le montant empruntable, ni sur le taux d'intérêt, ni sur la durée de remboursement conseillée (et a fortiori n'a jamais reçu de simulation)". Celui-ci "est donc fortement pénalisé pour se projeter dans la suite de son projet", selon les conclusions du test.

Pour cet exercice, 90 tests ont été réalisés dans douze enseignes bancaires différentes de l'agglomération lyonnaise.

Courtier en assurances à Villeurbanne, Rachida Boukhari a raconté devant la presse comment elle s'était vu refuser en 2012 un crédit pour lancer son projet malgré "un dossier complet" et "un apport". Face au refus de la banque, "tout s'écroule et on se pose toujours la question : +pourquoi?+".

"Contrairement à l'emploi et au logement, la discrimination dans l'accès au crédit est peu explorée dans notre pays", a estimé le maire PS de Villeurbanne, Jean-Paul Bret, commanditaire de l'étude.

"Il y a l'idée que les banques, menées par une logique uniquement économique, seraient à l'abri des discriminations et que l'obtention d'un prêt serait déterminée par des critères objectifs. Or, il s'avère que non", a-t-il poursuivi, dénonçant "l'opacité" des établissements de crédit.

La sociologue Djaouida Sehili, qui a participé au conseil scientifique de ce +testing+, a exclu que ces résultats soient le fruit de "défaillances individuelles".

- "Condamner vigoureusement" -

Sollicitée par l'AFP, la Fédération bancaire française (FBF) a dénoncé "l'approximation de la méthode et la grande imprécision des résultats" de ce "testing". 

"Mais si certains cas de discrimination étaient avérés, nous ne pourrions que les condamner vigoureusement", a-t-elle ajouté.

"Nous demandons au Défenseur des droits, avec lequel nous avons un dialogue permanent sur ces sujets, un rendez-vous pour établir un diagnostic précis et travailler ensemble sur les points d'amélioration", a affirmé la FBF.

Selon la maire-adjointe, Agnès Thouvenot, lors d'une présentation en avant-première de ce "testing" aux représentants locaux de la FBF, ces derniers ont été "surpris" des résultats. "Ils ont reconnu que c'était une perte de chiffre d'affaires d'écarter des clients autant solvables que les autres", a-t-elle affirmé.

En 2008, la Haute autorité de lutte contre les discriminations (Halde), remplacée depuis par le Défenseur des Droits, avait épinglé lors d'un +testing+ trois entreprises - Accor, Crédit agricole et Mercuri Urval - pour des pratiques discriminatoires portant pour la première sur l'origine et pour les autres sur l'âge.

Présent lors de la conférence de presse, le Défenseur des Droits Jacques Toubon a quant à lui dit à l'AFP qu'il comptait "prendre une décision cadre pour préconiser ce qu'il conviendrait de faire au niveau législatif et réglementaire" en la matière.

Les banques n'étant pas dans l'obligation de motiver leur décision, pour M. Toubon, "chaque fois qu'une décision n'est pas motivée, il y a la tentation de la prendre pour de mauvaises raisons".

Déplorant "l'absence de discours national contre les discriminations depuis douze ou quinze ans", l'ancien Garde des Sceaux a plaidé pour la création d'un "Observatoire national des discriminations".

 

Repost 0
Published by atf-federation - dans Lutte contre le racisme
commenter cet article
14 août 2017 1 14 /08 /août /2017 20:38

Sous la pression, Trump dénonce les "violences racistes" de Charlottesville

Chargement en cours
 Les secours à l\

Les secours à l'oeuvre, le 12 août 2017 à Charlottesville, en Virginie, après qu'un véhicule a foncé dans une foule de contre-manifestants

 
1/4
© AFP, PAUL J. RICHARDS

AFP, publié le lundi 14 août 2017 à 19h47

Vivement critiqué pour ses atermoiements et ses silences après les violences qui ont secoué la petite ville de Charlottesville samedi, Donald Trump a changé de ton lundi, dénonçant des "violences racistes" et pointant du doigt les suprémacistes blancs.

"Le racisme, c'est le mal", a lancé le président américain lors d'une brève allocution depuis la Maison Blanche.

"Ceux qui ont recours à la violence en son nom sont des criminels et des voyous, y compris le KKK, les néo-nazis et  les suprémacistes blancs (...) qui sont à l'opposé de tout ce qui nous est cher en tant qu'Américains", a-t-il encore dit.

Ces propos tranchaient singulièrement avec ses premières déclarations, il y a deux jours, lorsqu'il avait refusé de condamner les groupuscules dont est issu le militant néofasciste qui a projeté sa voiture contre des manifestants antiracistes en Virginie. Cette ambiguïté avait provoqué une vague d'indignation, y compris au sein de son propre camp républicain.

"Ceux qui ont agi de manière criminelle lors des violences racistes de ce week-end devront répondre de leurs actes devant la loi, justice sera rendue", a assuré M. Trump, après avoir rencontré son ministre de la Justice Jeff Sessions et son nouveau chef du FBI.

"Quelle que soit la couleur de notre peau, nous vivons tous avec les mêmes lois, nous saluons le même drapeau", a-t-il martelé.

Venant d'un dirigeant que l'on sait prompt à réagir sur Twitter et qui se targue d'appeler un chat un chat, sa réticence initiale à désapprouver nommément ces militants xénophobes avait suscité un véritable malaise à travers les Etast-Unis.

Une femme de 32 ans a été tuée à Charlottesville quand un sympathisant néo-nazi, James Fields, a intentionnellement percuté avec son véhicule des contre-manifestants. Un juge a maintenu lundi sa détention pour une durée indéterminée.  Le drame a également fait 19 blessés.

- 'Manifestations de haine' -

M. Trump, qui à de multiples reprises a reproché à son prédécesseur à la Maison Blanche, Barack Obama, son laxisme présumé contre le "terrorisme" et son refus de prononcer les mots "islam radical", faisait face à des demandes émanant des démocrates comme des républicains de parler ici de "terrorisme intérieur".

Une partie de la droite alternative, ou "Alt Right", a soutenu Donald Trump dans sa course à la Maison Blanche, et celui-ci a plusieurs fois refusé de prendre clairement ses distances avec certains de ses groupes ou de ses leaders.

Nombre d'observateurs rappellent aussi que le magnat de l'immobilier a pendant des années soutenu une théorie du complot sur le lieu de naissance de Barack Obama, avant de virer de bord durant la campagne.

En dépit de ce changement de pied soudain, cet épisode de Charlottesville pourrait marquer durablement la présidence de Donald Trump.

Kenneth Frazier, le PDG du géant américain de la pharmacie Merck, a annoncé lundi qu'il démissionnait de ses fonctions de conseiller économique de la Maison Blanche.

"Les dirigeants américains doivent honorer nos valeurs fondamentales en rejetant clairement les manifestations de haine, de sectarisme et toute revendication de suprématie qui nient l'idéal américain voulant que tous les hommes ont été créés égaux", a indiqué M. Frazier, qui est noir.

Là, M. Trump n'a pas gardé le silence longtemps. M. Frazier "aura plus de temps pour se consacrer à réduire les prix totalement abusifs des médicaments", a immédiatement réagi le président américain dans un tweet.

De son côté la NAACP, grande organisation de défense des Afro-Américains, a affirmé que l'extrême droite américaine "applaudi(ssait) les déclarations" de Trump après les violences de Charlottesville.

De façon probablement opportuniste, les autorités judiciaires américaines ont annoncé lundi avoir bouclé une vaste investigation sur des gangs racistes actifs dans les prisons du Texas.

Repost 0
Published by atf-federation - dans Lutte contre le racisme
commenter cet article
14 août 2017 1 14 /08 /août /2017 20:35

Etats-Unis: Trump dénonce les "violences racistes" de Charlottesville

 

Etats-Unis: Trump dénonce les

Le président américain Donald Trump, le 14 août 2017 à Washington

AFP, publié le lundi 14 août 2017 à 19h11

Le président américain Donald Trump a fermement dénoncé lundi les "violences racistes" qui ont fait un mort et une vingtaine de blessés à Charlottesville samedi, dénonçant les "suprémacistes blancs, le KKK et les néo-nazis" dont les valeurs sont contraires à celles de l'Amérique.

"Le racisme, c'est le mal", a lancé Donald Trump, sous le feu roulant des critiques pour n'avoir pas clairement dénoncé des violences de l'extrême droite lors de sa première allocution sur le sujet, samedi.

"Tout ceux qui ont agi de manière criminelle lors des violences racistes de ce week-end devront répondre de leurs actes devant la loi, justice sera rendue", a-t-il lancé lors d'une brève déclaration depuis la Maison Blanche.

"Quelle que soit la couleur de notre peau, nous vivons tous avec les mêmes lois, nous saluons le même drapeau", a-t-il poursuivi.

"Ceux qui ont recours à la violence en son nom sont des criminels et des voyous, y compris le KKK, les néo-nazis et les suprémacistes blancs (...) qui sont à l'opposé de tout ce qui nous est cher en tant qu'Américains", a-t-il encore dit.

Dans sa déclaration de samedi, depuis son golf de Bedminster, dans le New Jersey, le président américain avait condamné les violences mais renvoyé les deux camps dos à dos en pointant une responsabilité "venant de diverses parties".

Une femme de 32 ans a été tuée à Charlottesville quand un sympathisant néo-nazi, James Fields, a intentionnellement percuté avec son véhicule des contre-manifestants. Un juge a maintenu lundi sa détention pour une durée indéterminée.

Repost 0
Published by atf-federation - dans Lutte contre le racisme
commenter cet article
7 juin 2017 3 07 /06 /juin /2017 11:32

Cet email ne s'affiche pas correctement ? Voir cette Infolettre dans votre navigateur.

UJFP

Une insoutenable européanisation du chantage à l’antisémitisme

Le Parlement européen a voté à une très large majorité, le jeudi 1er juin, une nouvellerésolution sur l’antisémitisme. Il va sans dire que nous déplorons, une fois encore, la singularisation de l’antisémitisme vis-à-vis des autres formes de racisme. D’elles pas un mot, alors que, par exemple, l’islamophobie sévit partout en Europe et que la rromophobie tue. Mais il y a plus grave. A y regarder de plus près, ce n’est pas tant d’antisémitisme que de limitation de la liberté de parole et de criminalisation de la critique d’Israël qu’il s’agit.

La résolution, par le biais du paragraphe 2, fait sienne les critères proposés par la très sioniste Alliance internationale de la mémoire de l’holocauste (International Holocaust Remembrance Alliance, IHRA) pour définir l’antisémitisme. Si celle-ci reconnaît que l’antisémitisme, c’est la haine du Juif en tant que juif, le paramètre de la définition ne s’arrête pas là. « Nier au peuple juif (sic) le droit à l’autodétermination, en prétendant par exemple que l’existence de l’État d’Israël est une entreprise raciste » relèverait de l’antisémitisme. « Avoir deux poids deux mesures en demandant de l’Etat d’Israël un comportement que l’on attend ni ne demande de n’importe quelle autre nation démocratique (sic) [1] » ? Antisémitisme !

Le Royaume-Uni et l’Autriche ont récemment adopté cette définition, et les effets catastrophiques n’ont pas tardé à se faire sentir. C’est notamment sur cette base qu’a failli être annulée il y a une dizaine de jours la Palestine Expo 2017 de Londres qui aura bien lieu début juillet [2].

En France aussi, la petite musique qui amalgame insidieusement la moindre critique d’Israël et/ou du sionisme à de l’antisémitisme bat son plein. Pas besoin de la définition de l’IHRA pour cela ! Et pourtant, si le vote de cette résolution au Parlement européen n’a aucune valeur juridique contraignante, il contribue à renforcer ce climat nauséabond où la parole critique à l’encontre d’Israël est bâillonnée et criminalisée. Ce vote, c’est une attaque sournoise contre la liberté d’expression de la part de la seule institution démocratique de l’Union européenne.

A l’exception notable de la Gauche unitaire européenne (GUE/NGL) et des Verts, tous les groupes parlementaires ont écouté plus ou moins religieusement les doléances des lobbies hyperactifs pro-israéliens – au premier rang desquels, l’IHRA et le Congrès juif européen – qui ont finalement réussi à obtenir gain de cause après une longue et coûteuse bataille. Mais ne nous y trompons pas, cette résolution ne s’est pas obtenue que sous la pression. Il s’agit d’un vote d’adhésion. Elle a été approuvée à une large majorité comprenant une alliance pas si hétéroclite qu’elle n’en a l’air au premier abord : de l’aile droite de la social-démocratie à l’extrême droite souverainiste et antisémite, tous, à de rares exceptions près, ont voté en faveur de la résolution.

Sans un accord idéologique tacite fondé sur une islamophobie plus ou moins assumée et le choix stratégique néoconservateur du soutien indéfectible à Israël, une telle alliance aurait été inconcevable. Il suffit de prendre la peine de gratter le vernis des bonnes intentions de cette résolution pour que se laisse apercevoir sa véritable raison d’être, qui ne fait d’ailleurs que peu de cas de la situation des Juifs en Europe. Il faut rappeler qu’il n’y a pas de politique d’état antisémite en Europe, et que ce vote vise clairement à empêcher non pas l’antisémitisme réel mais la critique politique légitime d’un État, de sa politique et de son régime.

Le vote de cette résolution nous rappelle, qu’ici comme en Europe, le droit à la critique d’Israël fait partie de la liberté d’expression politique en général – un acquis aussi précieux que fragile qu’il nous faut défendre à tout prix.

Le Bureau national de l’UJFP, le 2 juin 2017


Lire ce communiqué sur notre site
Télécharger ce communiqué au format pdf

 
Repost 0
Published by atf-federation - dans Lutte contre le racisme
commenter cet article
4 mai 2017 4 04 /05 /mai /2017 19:09
1ER Mai 2017 : Rassemblement à la mémoire de Brahim Bouarram et de toutes les victimes de crimes racistes.

 
 
On diabolise l’immigré, l’arabe, le noir, le rrom, le réfugié, les quartiers populaires. On dédiabolise le FN.
 
Aujourd’hui, comme les années passées, nous sommes rassemblés ici pour dire notre condamnation du racisme qui a tué Brahim BOUARRAM le 1er mai 1995 ici, ce racisme qui avait tué Ali IBRAHIM à Marseille, ce racisme qui a tué avant, comme en octobre 1961, et qui n’a jamais cessé de tuer.
Ce racisme, maladie de notre société n’a cessé de se nourrir, de se développer.
Maladie qui a lepénisé les esprits et les politiques depuis les années 80.
Aujourd’hui, qu’est ce qui s’est passé pour qu’on se trouve avec un FN encore pour la 2eme fois qualifié pour le second tour de ces élections présidentielles ?
Comment en 1981, Lepen n’arrivait pas à se présenter aux élections présidentielles faute de parrainages et aujourd’hui il est à la porte du pouvoir pour diriger la république française ?
Oui, 36ans après, la lepénisation des esprits a fait du chemin avec la complicité de différents dirigeants politiques qui n’ont cessé de loucher vers l’idéologie essentialiste et raciste, en sus de leurs politiques antisociales et pro patronales.
Ainsi en 1983, jean pierre stirbois avec son slogan « halte à l’immigration » devient maire adjoint de la ville de Dreux suite à une alliance avec le RPR. A noter que dans les grèves de l’automobile en 1982/1983, des anti grévistes à la solde des patrons ont crié « les arabes dans le four, les noirs dans la seine », on a entendu aussi Gaston Deferre, ministre de l’intérieur sous François Mitterrand, qualifier ces grèves de : « grèves saintes, d’intégristes, de musulmans, de chiites ».
En 1986, 35 députés FN entrent à l’assemblée nationale, et voilà la parole raciste encore plus banalisée et légitimée au sein des institutions de la république.
En 1995, année de l’assassinat de Brahim Bouarram, le FN gagne les villes d’orange, Marignane, Vitrolles après Dreux.
La banalisation de la parole raciste continue de faire partie de tous ces moyens qui sont bons pour calomnier les musulmans et capter l’électorat du FN, c’était notamment avec Nicolas Sarkozy et son parti sur l’identité nationale et tous les débats qui ont suivi et qui ont participé à cette lepénisation des esprits.
 Cette lepénisation a continué avec Valls qui évoque la question de la civilisation, et ose affirmer que la France mène une guerre de civilisation.
Et on continue d’assister de plus en plus à des discours d’hommes politiques qui conduisent à ce que la population musulmane devient un ennemi de l’intérieur, notamment après les attaques de Charlie hebdo, de l’hyper casher et du bataclan. Et on assiste ainsi, petit à petit, à la construction d’une autre manière de stigmatisation et de banalisation de la parole raciste dans l’évocation du problème musulman à la place du problème de l’immigration.
En 2014, le FN et ses idées racistes est à la tête de 14 villes françaises dont Hénin Beaumont, et en 2015, voilà le FN qui est à plus de 27 pour cent dans les régionales soit 6 millions de voix alors qu’on était à 3,5 millions de voix en 2004.
Dans cette montée des idées fascistes, la dédiabolisation a joué tout son rôle, et là-dessus on doit et on a le devoir de relever aussi la complicité de certains médias, car lorsque jean marie lepen n’apparaissait dans les médias que 200 fois par an, Marine lepen c’est 1000 fois par an, et nous ne parlons pas des statistiques de ces premiers mois de 2017. C’est dire à quel point la dédiabolisation est en marche et à quoi elle nous conduit aujourd’hui.
C’est dire aussi, et surtout rappeler que quand on a tenu des discours associant les juifs à la finance mondiale au début du 20éme siècle, on a vu la suite. C’est dire donc, que continuer à tenir des discours associant les arabes, les noirs et les rroms à la paresse, au vol et à la fraude aux allocations, continuer à associer les musulmans à la violence et au terrorisme, nous ne pouvons qu’assister à voir à la porte du pouvoir un parti fasciste et xénophobe, comme c’est le cas aujourd’hui.
Cher e ami e s, cher e s camarades, mesdames, messieurs, le racisme qui a tué Brahim Bouarram un 1er mai 1995 a bien progressé. Cette maladie des esprits gangrène nos rapports sociaux et notre regard sur la société.
La réussite de la marche du 19 mars 2017 contre le racisme et les violences policières fait partie de ces combats pour contrer et faire face au racisme pour le faire reculer.
Aujourd’hui, nous disons, nous crions halte aux discours racistes et leur banalisation
Aujourd’hui, nous disons halte au racisme, à la xénophobie, à l’islamophobie, à l’antisémitisme.
Halte aux discriminations des jeunes dans les quartiers populaires.
Halte aux discriminations qui ont pour victimes les vieux migrants dans les foyers.
Halte à la politique de fermeture des frontières, et ses milliers de morts en méditerranée
Halte à la répression et à l’exploitation des sans papiers.
 
En ce jour de d’hommage et de lutte contre le racisme, nous saluons d’ici Paris, le combat de 1500 prisonniers politiques palestiniens qui sont en grève de la faim depuis le 17 avril pour l’amélioration de leurs conditions de détention, et à travers eux nous saluons la lutte du peuple palestinien.
 
Cher e s ami e s et camarades, nous avons eu raison, tous, de continuer et de maintenir cette commémoration depuis 22 ans. Il faut donc continuer de lutter et rester vigilants pour ne plus voir   le FN et son idéologie raciste dans les seconds tours.
 
Merci
 
 
L’ATMF.
 
 
Paris, le 1er Mai 2017.
Repost 0
Published by atf-federation - dans Lutte contre le racisme
commenter cet article
12 avril 2017 3 12 /04 /avril /2017 10:30

Racisme, récupération et « bad buzz » publicitaire…

dimanche 9 avril 2017 
par  Damien Glez 
popularité : 32%
 

Les manifestations d’un racisme ordinaire se multiplient. Mais parfois, la bêtise et la trivialité semblent davantage en cause.

C’est à décourager d’être raciste ! Le politiquement correct soulève-t-il des lièvres perfides qui, jadis, passaient comme une lettre à la poste ? Ou y a-t-il réellement, comme le dénoncent nombre de militants antiracistes, une libération de la parole de ceux qui se sentent indisposés par les variations trop visibles des épidermes ?…

Bien sûr, le film À bras ouverts – intitulé d’abord « Sivouplééé ! » – présente la caricature grossière d’une famille de Roms envahissants. Mais n’est-ce pas le même réalisateur, Philippe de Chauveron, qui forçait le trait des clichés racistes, dans Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ?, pour mieux les dynamiter, faisant ainsi œuvre d’utilité publique ?

Bien sûr, l’ancien président français Valéry Giscard d’Estaing, dans un entretien télévisé en début de semaine, manipulait dangereusement la notion d’origine, expliquant son choix non-rancunier, dans l’affrontement électoral de Jacques Chirac et Edouard Balladur, en 1995. Les racines limousines du futur élu auraient rassuré VGE davantage que les origines orientales du battu. Pour autant, ne faut-il pas se contenter d’y voir les relents stériles et séniles d’un esprit anachronique ?

On pourrait ainsi renvoyer joyeusement dans les cordes la réactivité parfois trop… épidermiques de ceux qui souhaitent traquer la « racialisation » de tout discours. Pour autant, la date de péremption des politiciens ou l’immunité humoristique sont parfois des circonstances atténuantes un peu courtes. Au risque de réveiller Dieudonné Mbala Mbala…

Saint-Benetton, où es-tu ?

Quand Pepsi met en scène, dans un spot publicitaire trivial, une demi-sœur de la demi-vedette de télé-réalité Kim Kardashian, avec une séquence finale rappelant l’action de la manifestante noire Leshia Evans à Bâton Rouge en 2016, la marque ne peut nier – et ne nie plus – qu’elle récupère en l’instrumentalisant l’imagerie contestataire du mouvement « Black Lives Matter », dans le but d’écouler un soda aussi mauvais pour les artères que pour la culture protestataire. Saint-Benetton, où es-tu ?

Circonstances atténuantes ou pas, les lapsus et la candeur ont bon dos

Pire : quand la marque Nivea vend son déodorant « invisible for Black & White » en scandant le slogan « White is purity », n’alimente-elle pas le phénomène de la dépigmentation encore récemment dénoncé par la journaliste Laura Mel dans son reportage « les Ivoiriennes y laissent leur peau ! ». Car la naïveté supposée des créatifs commerçants devient le fouet que ceux-ci tendent pour se faire morigéner.

À moins que ce martinet ne soit justement l’instrument semi-masochiste d’un buzz programmé, ce qui n’est pas constitutif du registre habituel de Nivea, marque pourtant connue pour la valorisation d’individus hétéroclites, aussi bien en termes de couleurs de peau que de corpulences ou de tranches d’âge.

Circonstances atténuantes ou pas, les lapsus et la candeur ont bon dos, surtout quand on constate que la campagne de Nivea a formellement « enjaillé », sur les réseaux sociaux, les comptes de certains suprémacistes blancs.

 
Repost 0
Published by atf-federation - dans Lutte contre le racisme
commenter cet article
18 mars 2017 6 18 /03 /mars /2017 18:04

Appel des associations et partis démocratiques tunisiens en France

Nous, associations organisations et partis politiques tunisiens en France, dénonçons les graves brutalités policières exercées contre beaucoup de jeunes et d’habitants des quartiers populaires. Ces brutalités sont indignes d’une police d’un état démocratique respectueux des droits, elles représentent des exactions racistes et xénophobes qui ont certaines fois causés la mort.

Les coupables sont rarement sanctionnés, ils sévissent dans une grande impunité dans le cadre d’un large recul des règles élémentaires du vivre ensemble et la montée des forces et idées réactionnaires d’intolérance et de chasse aux immigrés, aux arabes et aux musulmans dans une grande impunité.

La dégradation de la situation touche lourdement les immigrés ou d’origines immigrées, parmi eux figurent de nombreux citoyens tunisiens ou d’origine tunisienne.

Nous associations, organisations et partis politiques tunisiens en France, dénonçons ces brutalités et ceux qui les encourage et voir les applaudissent. Nous exigeons que les coupables soient traduits en justice et sanctionnés rapidement.

Nous exprimons notre entière solidarité aux familles et réclamons justice pour leurs morts et leurs victimes.

Nous rejetons le racisme sous toutes ses formes

Nous rejetons l’humiliation et la « hogra », il faut que cela cesse.

Nous voulons pour toutes et tous la dignité qui est due aux êtres humains.

Les horribles attentats, que nous dénonçons, qu’ont connue la France, les pays européens et de la région arabe du Machrek au Maghreb ne peuvent servir de prétexte pour exercer impunément cette terrible répression contre les arabes, les noirs les rroms et les musulmans.

Pour faire reculer ces inacceptables sévices, nous appelons tous les démocrates et tous les partisans du respect des droits de l’homme les plus élémentaires de rejoindre la marche du dimanche 19 mars 2017 à Paris pour la justice et la dignité.

Nous sommes tous concernés! Marchons ensemble pour :

POUR LA DIGNITÉ

NON A L’HUMILIATION ET AUX VICTIMES POLICIÈRES

LES ASSOCIATIONS ET PARTIS DÉMOCRATIQUES TUNISIENS EN FRANCE

Premiers signataires :
Associations : Association Démocratique Des Tunisiens En France (A.D.T.F.) - Association Des Tunisiens En France (A.T.F.) – A.I.D.D.A.-.Association Trait d’Union - Avenir Massy - Comité Pour Le Respect Des Libertés Et Des Libertés En France (C.R.L.D.H.T.) - Fédération Des Tunisiens Pour Une Citoyenneté Des Deux Rives (F.T.C.R.)
Organisations et partis politique :
Al Joumhouri France Nord - Al Massar France Nord - Alliance Démocratique - Attayar France - Ettakatol (Forum démocratique pour le travail et les libertés) France - Front Populaire Nord France - Harakat Echaab France
Ettakatol Résidence Omar, Bloc B, 1er étage Montplaisir 1001 Tunisia 
Unsubscribe
Email Marketing Powered by MailChimp
Repost 0
Published by atf-federation - dans Lutte contre le racisme
commenter cet article
18 mars 2017 6 18 /03 /mars /2017 15:12
 

Ce qui était curieux dans l'émission de Sami Fehri sur la chaine Al Hiwar Altounssi, hier soir, c'est la mise en scène des personnes invitées. Vous aviez d'un côté tous les noirs qui donnent leurs témoignages et récits de vies et en face les "blancs" intellectuels, psychologues, sociologues, juristes... qui essayaient de donner une explication soit disant scientifique et académique au phénomène du racisme, avec des analyses très terre à terre et bien sûr gentilles, sans impliquer ou citer l'ETAT et les institutions, acteurs principaux dans la production et la continuité du racisme anti-noirs en Tunisie.
Cette mise en scène déjà m'a paru très "exposition Zoo Humain" désolée mais c'est un peu ça. 
Une émission qui n'a rien ajouté à ce qui a été dit durant les premiers mois de la révolution, quand les noirs se sont manifestés pour vider leur sacs et raconter leur oppression politico-économique et sociale. Cette présentation très primaire et naïve du racisme en Tunisie s'explique par deux choses:

- La première est que ceux qui ont préparé l'émission ne sont pas informés de ce qui s'est passé pendant ces sept dernières années et de la dynamique des mouvements sociaux, y compris celui des noirs ainsi que de la réaction de la société civile et de quelques institutions politiques ; et cela est un scandale car ils ne font pas bien leurs travail en tant que média : en effet ils n'ont pas actualisé leurs informations et ne les remettent pas dans leur contexte et dans leur processus logique de déroulement. 
- La deuxième, c'est qu'ils ferment les yeux sur tous ce que je viens de citer en haut et cela est un "foutage de gueule" et une présentation ridicule et banal d'un phénomène qui se dure depuis des siècles..

Déconstruire les vraie raisons qui maintiennent la continuité du racisme nécessite du courage et des gens qui osent et pas une approche superficielle qui occulte les causes réelles de ce phénomène pervers.

Repost 0
Published by atf-federation - dans Lutte contre le racisme
commenter cet article
23 février 2017 4 23 /02 /février /2017 12:35

Projection-débat du film "Au- delà de la haine"

 
  • Collèges
  • Lycées
  • Universités
  • Autres publics
 
  • Projection de films / documentaires

Un film documentaire réalisé par Olivier MEYROU.

Ce film a comme point de départ un crime gratuit et odieux qui est survenu à Reims le 13/09/2002.

Il explore la dimension humaine du processus judiciaire, un bon support pour aborder le thème des discriminations, du respect des droits de la personne et de la tolérance.

Le débat sera animé par:

Mme Abir GHALI & M. Adel GHEZALA

Durée du film: 1h26

Nom de la structure / du porteur de projet
Association des Tunisiens en France et Centre d'animation la grange aux Belles
Nom et prénom du porteur de projet
Abir GHALI
Coordonnées du porteur de projet
tél: 0145960406; Mail: atf.bn@wanadoo.fr
Url du projet/site web/réseaux sociaux
Site http://www.atf-federation.org ; page face book de l'Association des tunisiens en France
, Lutte contre les discriminations
 

A propos du lieu

6, rue Boy Zelenski, 75010, Paris
Repost 0
Published by atf-federation - dans Lutte contre le racisme
commenter cet article
23 février 2017 4 23 /02 /février /2017 12:03

"Azur et Asmar"

Projection-débat du film "Azur et Asmar"

 
  • Ecoles élémentaires
 
  • Projection de films / documentaires

Un film d'animation pour les enfants à partir de CE1,

réalisé par Michel OCELOT. C'est un conte plein d'humour qui offre

de nombreuses pistes d'exploitation à tous les niveaux aussi bien sur

la civilisation arabe que sur l'acceptation des différences culturelles

et religieuses.

Durée du film: 1h39

Nom de la structure / du porteur de projet
Association des Tunisiens en France et Espace Parentalité CRL 10
Nom et prénom du porteur de projet
GHALI Abir
Coordonnées du porteur de projet
tél: 0145960406; Mail: atf.bn@wanadoo.fr
Url du projet/site web/réseaux sociaux
Site http://www.atf-federation.org / page face book Association des Tunisiens
en France
, Lutte contre le racisme
 
Repost 0
Published by atf-federation - dans Lutte contre le racisme
commenter cet article